Israël en guerre - Jour 200

Rechercher

Washington, l’Union européenne et la France fustigent le discours antisémite d’Abbas

Pour le chef de l'Autorité palestinienne, Hitler a tué les Juifs pour leur "rôle social" de créanciers, et non en raison de sa haine des Juifs

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas devant le Parlement européen, à Bruxelles, le 23 juin 2016. (Crédit : John Thys/AFP)
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas devant le Parlement européen, à Bruxelles, le 23 juin 2016. (Crédit : John Thys/AFP)

L’Union européenne (UE) a condamné jeudi le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas pour son récent discours sur les origines des Juifs ashkénazes et les motivations d’Adolf Hitler, déplorant qu’il alimente l’antisémitisme et insulte les victimes de la Shoah.

Dans une déclaration, l’UE a indiqué que le discours prononcé en août par Abbas devant le Conseil révolutionnaire de son parti, le Fatah, contenait « des remarques fausses et grossièrement trompeuses sur les Juifs et l’antisémitisme ».

Abbas a en effet répété un certain nombre de clichés antisémites proférés au fil des ans, notamment des affirmations infondées sur les origines des Juifs ashkénazes et sur le fait que le dictateur nazi Adolf Hitler avait fait massacrer les Juifs en raison de leur « rôle social » de créanciers, et non en raison de sa haine des Juifs.

« De telles distorsions historiques sont incendiaires, profondément offensantes, ne peuvent qu’exacerber les tensions dans la région et ne servent les intérêts de personne », peut-on lire dans la déclaration de l’UE. « Elles font le jeu de ceux qui ne veulent pas d’une solution à deux États, que le président Abbas a préconisée à maintes reprises. »

« En outre, ils banalisent la Shoah [sic], alimentent l’antisémitisme et sont une insulte aux millions de victimes de la Shoah et à leurs familles », poursuit la déclaration.

L’ambassade de France a de son côté qualifié le discours de « clairement inacceptable », ajoutant qu’elle « condamne fermement et sans équivoque l’antisémitisme et le négationnisme sous toutes leurs formes, ainsi que sa détermination à lutter sans relâche contre ces fléaux ».

L’envoyée spéciale des États-Unis pour la lutte contre l’antisémitisme, Deborah Lipstadt, a aussi dénoncé les « remarques haineuses et antisémites » d’Abbas.

« Le discours a diffamé le peuple juif, déformé l’Holocauste et dénaturé l’exode tragique des juifs des pays arabes », a tweeté Lipstadt. « Je condamne ces déclarations et réclame des excuses immédiates », a-t-elle ajouté.

L’ambassadeur israélien auprès des Nations unies, Gilad Erdan, s’en est aussi pris à Abbas mercredi, après avoir publié la traduction des propos du chef de l’AP.

« Voici le vrai visage des dirigeants palestiniens », a écrit Erdan sur X -anciennement Twitter. « Tout comme Abbas blâme les Juifs pour la Shoah, il blâme également les Juifs pour tous les problèmes du Moyen-Orient. Tout en propageant ce pur antisémitisme, il paie les terroristes palestiniens pour qu’ils assassinent des Israéliens et fait publiquement l’éloge du terrorisme palestinien. »

« Le monde doit se réveiller et tenir Abbas et son Autorité palestinienne responsables de la haine qu’ils répandent et de l’effusion de sang qui en découle. Il doit y avoir une tolérance zéro pour l’incitation [à la haine] et le terrorisme palestiniens », a ajouté l’envoyé.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.