Le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas a déclaré jeudi que son administration était prête à prendre toutes les actions nécessaires pour aider à la localisation des trois adolescents qui ont été kidnappés en Cisjordanie à la mi-juin.

Lors d’une déclaration à Moscou après une réunion mercredi avec le président russe Vladimir Poutine, Abbas a continué en affirmant qu’il se sentait optimiste sur la possibilité de reprendre les négociations avec Israël dans un futur proche.

Le président de l’AP a demandé à Israël d’honorer ses engagements et de libérer le quatrième et dernier contingent de prisonniers sécuritaires, selon un média palestinien.

Toujours selon les médias palestiniens, Abbas a indiqué que si le processus de paix devrait être relancé, les trois premiers mois des négociations devraient être dédiés à la délimitation des frontières. Pendant ces trois mois, il soutient que l’AP exigera qu’Israël arrête de construire dans les implantations.

Mercredi, Poutine a exhorté Abbas de reprendre les pourparlers de paix avec le gouvernement israélien, et à travailler pour surmonter tous les obstacles qui peuvent se dresser sur le chemin de la réalisation d’un accord à long terme.

« Malheureusement, la situation dans la région ne s’améliore pas, et je suis très heureux d’avoir l’occasion de vous rencontrer et de parler de la façon dont la situation évolue et de mettre en lumière les étapes vers la normalisation », a déclaré Poutine Abbas, selon Russia Today.

« Bien sûr, nous aimerions beaucoup que le processus de paix reprenne. Je sais qu’il y a beaucoup de difficultés ici », a-t-il ajouté.

Mercredi également, lors d’une rencontre avec le président américain Barack Obama, le président Shimon Peres a déclaré que le processus de paix entre Israël et l’Autorité palestinienne pouvait être renouvelé, et devrait être renouvelé prochainement. Il a réitéré les observations faites plus tôt cette semaine où il affirmait qu’Abbas était un « véritable partenaire » pour la paix, mais a souligné que le Hamas, un partenaire dans le gouvernement d’union technocratique, était une organisation terroriste.

« Vous ne pouvez pas mettre du feu et de l’eau dans le même verre », a déclaré Peres à Obama.

La rencontre a eu lieu alors qu’Israël mène sa campagne depuis deux semaines pour localiser Naftali Fraenkel, Eyal Yifrach et Gil-ad Shaar, qui ont été enlevés alors qu’ils faisaient de l’auto-stop en Cisjordanie.

Israël a accusé le Hamas de l’enlèvement, même si le groupe islamiste a nié toute implication. Des milliers de soldats israéliens ont cherché des centaines d’endroits en Cisjordanie et arrêté près de 400 Palestiniens, dont beaucoup sont des membres du Hamas, y compris des prisonniers qui ont été libérés dans le cadre de l’accord Shalit.