1 mort et 3 blessés après une fusillade dans une synagogue Habad de Californie
Rechercher

1 mort et 3 blessés après une fusillade dans une synagogue Habad de Californie

Un enfant a été touché. Les trois blessés sont dans un état stable après qu'un homme armé a ouvert le feu pendant l'office de Pessah

  • Jessica Parks, à droite, réconforte Tina White aux abords de la synagogue de Poway, en Californie, après une fusillade, le 27 avril 2019 (Crédit : AP/Denis Poroy)
    Jessica Parks, à droite, réconforte Tina White aux abords de la synagogue de Poway, en Californie, après une fusillade, le 27 avril 2019 (Crédit : AP/Denis Poroy)
  • Des adjoints du shérif de San Diego regardent la synagogue de Poway, en Californie, après une fusillade, le 27 avril 2019 (Crédit : SANDY HUFFAKER / AFP)
    Des adjoints du shérif de San Diego regardent la synagogue de Poway, en Californie, après une fusillade, le 27 avril 2019 (Crédit : SANDY HUFFAKER / AFP)
  • Des gens se réconfortent mutuellement devant la synagogue Habad de Poway, en Californie, qui se trouve de n'autre côté de la rue, après une fusillade, le 27 avril 2019 (Crédit : SANDY HUFFAKER / AFP)
    Des gens se réconfortent mutuellement devant la synagogue Habad de Poway, en Californie, qui se trouve de n'autre côté de la rue, après une fusillade, le 27 avril 2019 (Crédit : SANDY HUFFAKER / AFP)
  • La synagogue Habad de Poway, en Californie, après une fusillade, le 27 avril 2019 (Crédit : SANDY HUFFAKER / AFP)
    La synagogue Habad de Poway, en Californie, après une fusillade, le 27 avril 2019 (Crédit : SANDY HUFFAKER / AFP)
  • Deux personnes se réconfortent mutuellement aux abords de la synagogue Habad de Poway, en Californie, après une fusillade, le 27 avril 2019 (Crédit : AP/Denis Poroy)
    Deux personnes se réconfortent mutuellement aux abords de la synagogue Habad de Poway, en Californie, après une fusillade, le 27 avril 2019 (Crédit : AP/Denis Poroy)

Une femme a été tuée et trois autres personnes ont été blessées lorsqu’un homme armé a ouvert le feu à l’intérieur d’une synagogue du Habad à San Diego, en Californie, pendant l’office du samedi matin, ont déclaré les autorités.

Un homme a été placé en détention et les autorités ont renforcé les patrouilles autour des lieux de culte en guise de précaution, a fait savoir la police de Poway, en Californie, six mois très exactement après une fusillade perpétrée dans une synagogue de Pittsburgh qui avait fait onze fidèles morts – l’attaque la plus meurtrière menée contre les Juifs de toute l’histoire des Etats-Unis.

Les autorités ont identifié la défunte : Une femme du troisième âge blessée lors de la fusillade et qui a ultérieurement succombé à ses blessures. Selon la police, le tireur, qui s’appelle John Earnest, a utilisé une arme d’assaut de type AR-15.

Une jeune mineure et deux hommes adultes, notamment un rabbin, ont également été touchés mais ils se trouveraient dans un état stable, selon les autorités.

« Le rabbin subit en ce moment une intervention chirurgicale après avoir blessé aux doigts, à l’index, alors qu’il tentait de se défendre. L’homme de 34 ans et la mineure ont été touchés par des éclats de balle. Ils vont bien », a fait savoir le bureau du shérif de San Diego.

Des membres de la synagogue aux abords de la synagogue ‘Habad de Poway, le 27 avril 2019, à Poway, Californie (Crédit : AP/Denis Poroy)

Les responsables ont expliqué que des autorités du comté de San Diego avaient été appelées juste avant 11 heures du matin. Quatre personnes ont été admises à l’hôpital Palomar aux environs de minuit et demi, a expliqué Derryl Acosta, un porte-parole.

Les autorités ont identifié le suspect de la fusillade, un jeune adulte blanc âgé de 19 ans et originaire de San Diego. Les enquêteurs s’intéressent actuellement à ses activités sur les réseaux sociaux.

D’après les médias locaux, il avait annoncé publiquement sur internet son intention de tuer des juifs.

« Nous avons des copies de ses publications sur les réseaux sociaux et de sa lettre ouverte et nous les examinerons pour déterminer leur authenticité et savoir ce que cela apporte à l’enquête », a précisé le shérif.

Le texte présenté par les médias comme celui du tueur, lu par l’AFP, qui revendique comme inspiration celui écrit par Brenton Tarrant, un Australien suprémaciste blanc qui a tué 50 personnes dans l’attaque de mosquées le 15 mars à Christchurch (Nouvelle-Zélande).

« Nous avons des copies de ses posts sur les réseaux sociaux et de sa lettre ouverte et nous allons les examiner pour déterminer leur légitimité et la manière dont ils peuvent être utiles dans le cadre de l’enquête », a expliqué le shérif du comté de San Diego Bill Gore.

Gore a expliqué lors d’une conférence de presse que la police avait été appelée sur les lieux peu avant 11h30 du matin après que l’homme est entré dans le lieu de culte, ouvrant le feu avec une arme de « type AR-15 ». Ce type de fusil a été utilisé dans un grand nombre de fusillades de masse aux Etats-Unis.

Un garde-frontière qui n’était pas en service et qui se trouvait là a ouvert le feu sur le suspect alors qu’il prenait la fuite, touchant sa voiture, a expliqué Gore.

L’homme a été finalement appréhendé par un officier K-9 qui contrôlait les transmissions radio et qui est précipitamment arrivé, a ajouté le chef de la police de San Diego, David Nisleit.

« Il a clairement vu le véhicule du suspect. Ce dernier est descendu, les mains en l’air, et il a été immédiatement emmené en détention par le département de la police de San Diego.

« Alors que l’agent interpellait ce jeune de 19 ans, il a clairement aperçu un fusil sur le siège avant du véhicule du suspect. Ce dernier a été emmené par les forces de l’ordre sans autre incident ».

Cette fusillade est survenue au dernier jour de Pessah.

Environ 100 personnes étaient présentes au moment de l’attaque, selon le sergent Aaron Meleen du bureau du shérif.

« Comme vous pouvez l’imaginer, c’était le chaos. Les gens couraient partout quand nous sommes arrivés », a-t-il confié au LA Times.

Minoo Anvari a dit à la branche locale de CNN que son époux se trouvait à l’intérieur de la synagogue au moment de la fusillade.

« Juste un message à transmettre de la part de nous tous qui nous tenons côte à côte et en solidarité », a-t-elle déclaré. « Nous sommes forts. Vous ne pourrez pas nous briser. Nous sommes tous ensemble ».

Des informations ont indiqué que l’un des blessés est le rabbin Yisroel Goldstein, qui dirigeait le service. Selon un témoin oculaire, Goldstein a reçu une balle dans la main mais il a continué à tenter d’apaiser le tireur et les fidèles.

Les membres de la synagogue aux abords de la synagogue Habad de Poway, en Californie, le 27 avril 2019 (Crédit :AP/Denis Poroy)

Goldstein, le rabbin de la synagogue, avait fondé le centre avec son épouse Devorie Goldstein en 1986, un lieu où « les valeurs juives traditionnelles prennent vie dans une ambiance joyeuse, dénuée de jugement », selon le site Habad.

Donny Phonea, qui vit de l’autre côté de la rue, face au lieu de culte, a éteint sa perceuse électrique et a entendu quelqu’un crier : « Police ! ».

Puis il a entendu trois ou quatre tirs.

Le jeune inspecteur financier de 38 ans a alors regardé au-delà de la clôture de son jardin et a vu des gens cachés derrière un caisson électrique, sur le parking d’une église voisine. Il a compris à ce moment-là que quelque chose se déroulait « mal, très mal ». Il est rentré chez lui et verrouillé ses portes et son garage.

« Je suis un peu déconcerté », a dit Phonea, qui s’est installé à Poway il y a deux semaines. « Je me suis installé ici parce que la sécurité était un facteur important pour moi. Poway est très sûr ».

Poway est situé à 32 kilomètres seulement de San Diego, au nord de cette ville de Californie.

Vaus a déclaré à CNN qu’il estimait que cette attaque relevait d’un crime de haine.

« Je crois que c’est vraiment l’oeuvre de quelqu’un dont le coeur est rempli de haine. De haine envers notre communauté juive », a-t-il dit. « C’est absolument insupportable ».

Le ministère israélien de l’Intérieur a indiqué qu’il n’y avait pas de ressortissants de l’Etat juif blessé dans l’attaque. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est entretenu avec le consul israélien de Los Angeles et lui a donné pour instruction d’offrir toute l’aide nécessaire à la synagogue Habad, a fait savoir son bureau.

Le président américain Donald Trump a présenté ses « plus sincères condoléances ». « A ce stade, il semble qu’il s’agisse d’un crime motivé par la haine », a-t-il déclaré depuis la Maison Blanche.

Puis, arrivé pour une réunion publique à Green Bay (Wisconsin, nord), il a dit que « la Nation tout entière (était) en deuil ». « Nous condamnons avec force les maux de l’antisémitisme et de la haine, qui doivent être vaincus », a-t-il souligné.

Onze personnes avaient été tuées exactement six mois auparavant, le 27 octobre, dans une fusillade dans une synagogue de Pittsburgh, en Pennsylvanie (est des Etats-Unis). Il s’agissait de l’attaque la plus meurtrière contre la communauté juive jamais commise aux Etats-Unis.

« Il est temps de passer à l’action, de déclarer une guerre déterminée (à l’antisémitisme), et pas de condamner mollement, ce qui permet aux forces de la haine de revivre les heures sombres de l’histoire, a estimé l’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Danny Danon.

« Une attaque sur quelque lieu de culte que ce soit, depuis les églises du Sri Lanka ou de France, en passant par les synagogues de Jérusalem, jusqu’aux mosquées de Christchurch, sont une agression contre la dignité humaine et notre droit en tant que croyants de prier Dieu », a affirmé le centre Simon-Wiesenthal de Los Angeles.

L’Anti-Defamation League (ADL), une organisation qui combat l’antisémitisme, avait dénombré un bond de 57% des incidents antisémites aux Etats-Unis en 2017, la hausse la plus brutale depuis les années 1970.

Isaac Herzog, chef de l’agence juive, a fait savoir que son organisation « suit les informations transmises petit à petit et prie pour le prompt rétablissement des blessés en regrettant la vie qui a été perdue ». « Une attaque contre les fidèles priant dans un lieu de culte est complètement immoral. Il faut lutter sévèrement contre ce phénomène partout dans le monde », a-t-il ajouté.

Vaus a expliqué à CNN que la synagogue de Poway était « très sécurisée », sans donner plus de détails.

La majorité des synagogues du pays ont renforcé la sécurité à leurs abords depuis qu’un homme armé a ouvert le feu dans la synagogue Tree of Life de Pittsburgh, le 27 octobre, tuant onze personnes.

Robert Bowers, l’auteur du massacre, avait dit à ce moment-là qu’il voulait « tuer des Juifs » pendant la fusillade. Selon les autorités, Bowers avait exprimé de forts points de vue antisémites sur internet avant son passage à l’acte.

Cette fusillade ravive les craintes d’une résurgence des extrémistes de droite et des néo-nazis dans le pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...