101 groupes américains demandent la fin du boycott d’Israël dans les universités
Rechercher

101 groupes américains demandent la fin du boycott d’Israël dans les universités

Cette initiative est survenue après des incidents où des facultés et des enseignants se sont opposés à des participations à des programmes d'études israéliens

Des manifestants dénoncent Israël à New York City,  au mois de juin 2016 (Crédit : Erik McGregor/Pacific Press/LightRocket via Getty Images)
Des manifestants dénoncent Israël à New York City, au mois de juin 2016 (Crédit : Erik McGregor/Pacific Press/LightRocket via Getty Images)

Combattre le boycott d’Israël dans les universités. C’est le message qui a été transmis par 101 organisations et groupes juifs israéliens qui ont signé une lettre envoyée mardi à 250 présidents et doyens d’universités américaines dont les institutions avaient clamé, dans le passé, s’opposer au boycott de l’Etat juif.

Ils veulent que les responsables réaffirment leur opposition suite à de récents incidents au cours desquels des membres du personnel enseignant des facultés se sont opposés à des programmes d’études en Israël.

La semaine dernière, la faculté du Pitzer College de Claremont, en Californie, a voté la suspension du programme d’études à l’étranger organisé à l’université de Haïfa. Cet automne, deux enseignants de l’université du Michigan avaient refusé d’écrire un courrier de recommandation pour des étudiants qui désiraient étudier au sein de l’Etat juif.

« Au vu des tentatives répréhensibles récentes effectuées à l’université du Michigan, au Pitzer College et ailleurs de mettre en place un boycott universitaire qui menace la liberté académique des étudiants et les activités universitaires de leurs propres collègues, il est impératif que les dirigeants d’université s’expriment à nouveau, et cette fois avec plus de force encore », dit la lettre écrite par l’initiative AMCHA, un observatoire de l’antisémitisme sur les campus.

Parmi les signataires, Bnai Brith International, le NCSY, le centre Simon Wiesenthal et la ZOA (Zionist Organization of America).

Les dirigeants des deux universités impliquées ont critiqué les actions menées par leurs facultés. Le président du Pitzer a estimé que le vote n’était « pas conforme aux valeurs qui se trouvent au coeur de Pitzer » tandis que l’université du Michigan a sanctionné un professeur qui avait refusé de recommander un élève.

Plusieurs associations universitaires, et notamment l’American Studies Association en 2013, avaient voté en faveur du boycott des universités israéliennes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...