Israël en guerre - Jour 288

Rechercher

50 Etats, dont Israël, dénoncent à l’ONU les violations des droits humains au Xinjiang

Le Haut commissariat aux droits de l'Homme de l'ONU a publié un rapport évoquant la possibilité de crime contre l'humanité commis contre les minorités du Xinjiang et les Ouïghours

Des membres de la minorité musulmane ouïgoure brandissent des pancartes et des drapeaux du Turkestan oriental alors qu'elles manifestent pour demander des nouvelles de leurs proches et pour exprimer leur inquiétude quant à la ratification d'un traité d'extradition entre la Chine et la Turquie, près du consulat de Chine à Istanbul, le 8 mars 2021, lors de la Journée internationale de la femme. (Crédit : Ozan KOSE / AFP)
Des membres de la minorité musulmane ouïgoure brandissent des pancartes et des drapeaux du Turkestan oriental alors qu'elles manifestent pour demander des nouvelles de leurs proches et pour exprimer leur inquiétude quant à la ratification d'un traité d'extradition entre la Chine et la Turquie, près du consulat de Chine à Istanbul, le 8 mars 2021, lors de la Journée internationale de la femme. (Crédit : Ozan KOSE / AFP)

Cinquante Etats ont dénoncé lundi lors d’une commission de l’Assemblée générale de l’ONU les violations « graves et systématiques » des droits de l’Homme au Xinjiang, appelant la Chine à libérer « tous les individus arbitrairement privés de leur liberté » dans cette région.

« Nous sommes profondément inquiets de la situation des droits de l’Homme en République populaire de Chine, en particulier les violations des droits des Ouïghours et d’autres minorités principalement musulmanes au Xinjiang », ont déclaré ces pays dans un texte lu par le Canada lors d’une session de la troisième commission de l’Assemblée générale, spécialisée dans les droits humains.

Le Haut commissariat aux droits de l’Homme de l’ONU a publié fin août un rapport qui évoque la possibilité de crime contre l’humanité commis contre les minorités du Xinjiang et en tout premier lieu les Ouïghours, évoquant des « preuves crédibles » de tortures et des violences sexuelles. Pékin rejette ces accusations, affirmant combattre le terrorisme et assurer le développement de la région.

« De telles violations graves et systématiques des droits humains ne peuvent pas être justifiés sur la base du contre-terrorisme », ont estimé lundi les 50 Etats, dont les Etats-Unis, le Royaume-Uni, le Japon, la France, l’Australie, Israël, la Turquie, le Guatemala ou encore la Somalie.

Sur cette photo d’archive du lundi 3 décembre 2018, une tour de garde et une clôture de barbelés entourent un centre de détention dans le parc industriel de Kunshan à Artux, dans la région du Xinjiang, dans l’ouest de la Chine. L’Associated Press a découvert que le gouvernement chinois mène un programme de contrôle des naissances dans les populations ouïghoures, kazakhes et d’autres minorités largement musulmanes du Xinjiang, alors même qu’une partie de la majorité Han du pays est encouragée à avoir plus d’enfants. Les mesures comprennent la détention dans des prisons et des camps, comme cet établissement à Artux, comme punition pour avoir eu trop d’enfants. (Photo AP / Ng Han Guan, dossier)

Ils ont appelé Pékin à « mettre en œuvre les recommandations » du Haut commissariat, ce qui inclut « de prendre des mesures rapides pour libérer tous les individus arbitrairement privés de leur liberté au Xinjiang et clarifier urgemment le sort » de personnes disparues.

Au regard de la « gravité » du rapport, « nous sommes inquiets du fait que la Chine ait jusqu’à présent refusé de discuter de ses conclusions », ont-ils ajouté.

La Chine avait réussi à éviter en octobre une discussion sur ce rapport au Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Genève, la majorité des 47 Etats membres s’opposant à un débat réclamé par les Etats-Unis et une dizaine d’autres pays.

L’ONG Human Rights Watch a appelé lundi les Etats membres de ce Conseil à « tenter à nouveau » de tenir ce débat « le plus tôt possible ».

« Clairement, l’élan diplomatique pour tenir Pékin responsable de ses violations des droits de l’Homme grandit », a estimé Louis Charbonneau sur le site de l’organisation, se félicitant de la déclaration des 50 pays, « groupe le plus important d’Etats à publiquement dénoncer les violations des droits de l’Homme au Xinjiang ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.