Rechercher

8 Palestiniens, soupçonnés de complicité avec l’assassin de Noa Lazar, arrêtés

Des affrontements ont eu lieu lorsque les policiers sont venus interpeller proches et amis d’Udai Tamimi, accusé d’avoir tué le sergent Noa Lazar lors d’une fusillade à Shuafat

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des agents des forces de l'ordre interpellent un Palestinien dans le camp de réfugiés de Shuafat, à Jérusalem-Est, le 18 octobre 2022. (Crédit : Police israélienne)
Des agents des forces de l'ordre interpellent un Palestinien dans le camp de réfugiés de Shuafat, à Jérusalem-Est, le 18 octobre 2022. (Crédit : Police israélienne)

Huit Palestiniens soupçonnés de complicité avec l’homme armé qui a tué une soldate israélienne à un poste de contrôle, près de Jérusalem, il y a quelques jours, ont été arrêtés par les forces de l’ordre israéliennes, mardi avant le lever du soleil.

La sergente Noa Lazar, âgée de 18 ans et membre du bataillon Erez de la police militaire, a été abattue le 8 octobre dernier par un homme armé qui a ouvert le feu à un poste de contrôle près du camp de réfugiés de Shuafat, à Jérusalem-Est, blessant grièvement un garde hospitalisé dans un état grave.

Transportée d’urgence à l’hôpital, Noa Lazar a rapidement succombé à ses blessures.

Le tireur présumé, Udai Tamimi, âgé de 22 ans, aurait trouvé refuge à l’intérieur du camp, où il se cacherait encore.

La police a fait savoir que les huit suspects, originaires du camp de réfugiés de Shuafat et de la ville voisine d’Anata, en Cisjordanie, étaient des proches et amis de Tamimi.

Un porte-parole de la police des frontières a précisé que lors des perquisitions, effectuées de nuit, des accessoires d’armes à feu et gilets pare-balles avaient été saisis.

Il a ajouté que les Palestiniens avaient lancé des cocktails Molotov et des pierres sur les agents, qui ont riposté avec des outils de dispersion des émeutes.

Aucun Palestinien n’aurait été blessé.

La police a fait savoir qu’aucun agent n’avait été blessé lors des incidents.

La caporale Noa Lazar, 18 ans, tuée dans une fusillade à Jérusalem-Est, le 8 octobre 2022. (Crédit : Armée israélienne)

Les forces de l’ordre recherchent activement Tamimi depuis l’attentat, que l’homme a perpétré en ouvrant brutalement le feu sur des soldats en faction à un poste de contrôle près de Shuafat, après être sorti d’un véhicule à l’arrêt sans éveiller de soupçons.

D’autres suspects ont été interpelés dans les environs de Shuafat dans les jours qui ont suivi la fusillade.

Udai Tamimi, 22 ans, originaire du camp de réfugiés de Shuafat, est le tireur présumé de l’attentat meurtrier du 8 octobre 2022, au cours duquel une femme soldat a été tuée à bout portant à un poste de contrôle près du camp de Jérusalem-Est. (Crédit : Photo utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

L’intense activité policière déployée à Shuafat a donné lieu, pendant plusieurs jours, à des émeutes dans le camp de réfugiés et dans d’autres quartiers palestiniens de Jérusalem-Est.

Les échauffourées dans la capitale semblent s’être calmées ces tout derniers jours.

L’armée israélienne indique avoir interpellé cinq Palestiniens activement recherchés lors d’interventions nocturnes en Cisjordanie et saisi une arme à feu ainsi que des accessoires d’armes à feu.

La Cisjordanie, surtout dans sa partie nord, connaît un regain de violence depuis quelques mois.

Nombre de Palestiniens armés s’en sont pris à des postes militaires, des soldats déployés le long de la barrière de sécurité en Cisjordanie, des implantations israéliennes ou des civils sur les routes.

L’armée y mène des opérations de grande envergure depuis une série d’attentats palestiniens qui ont coûté la vie à 19 personnes entre la mi-mars et le début du mois de mai de cette année.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...