Rechercher

A Bethléem, un hôtel pour rendre visibles des Palestiniens handicapés

Maan lil-Hayat emploie des personnes intellectuellement déficientes pour leur inculquer des compétences et accroître leur visibilité dans une société où elles sont souvent rejetées

Mariam Kansan, 27 ans, une Palestinienne ayant des besoins spéciaux, travaille dans un hôtel-boutique géré par Maan Lil-Hayaat, une organisation qui soutient les Palestiniens souffrant de handicaps intellectuels, à Bethléem, en Cisjordanie, le 26 août 2022. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
Mariam Kansan, 27 ans, une Palestinienne ayant des besoins spéciaux, travaille dans un hôtel-boutique géré par Maan Lil-Hayaat, une organisation qui soutient les Palestiniens souffrant de handicaps intellectuels, à Bethléem, en Cisjordanie, le 26 août 2022. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

Au pied de la basilique de la Nativité de Bethléem, lieu de naissance du Christ selon la tradition chrétienne, Mahera Nassar Ghareeb s’est donnée une mission : donner de la visibilité à des Palestiniens porteurs de handicap en les faisant travailler dans un nouvel hôtel.

Après deux années de pandémie qui ont mis à mal le tourisme local, les visiteurs étrangers ont repris d’assaut les ruelles de pierre ocre de Bethléem, ville de Cisjordanie située à moins de dix kilomètres de Jérusalem.

A Bethléem, le « Walled Off », hôtel conçu par l’artiste britannique Banksy qui attire son lot de touristes, propose la « pire vue au monde », sur le mur bariolé de tags séparant la Cisjordanie d’Israël. Le nouvel établissement de Mahera Nassar Ghareeb propose lui de sortir de « l’invisibilité » des Palestiniens porteurs de handicap.

Ici, plusieurs familles estiment que « c’est un fardeau » d’avoir des proches avec un handicap, car « soit ils sont enfermés à la maison, soit ils sont dans les rues, sans rien faire et sans que personne ne s’occupe d’eux », souligne la directrice de l’organisation Maan lil-Hayat (« Ensemble pour la vie » en arabe), qui aide une quarantaine de personnes.

Mahera Nassar Ghareeb, responsable communautaire de Maan Lil-Hayaat, une organisation qui soutient les Palestiniens souffrant de handicaps intellectuels, s’entretient dans l’hôtel de charme géré par l’organisation, dans la ville biblique de Bethléem, en Cisjordanie, le 26 août 2022. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

« Progressivement, nous pouvons changer les idées préconçues non seulement de la population mais du monde entier car nous recevons à Bethléem des visiteurs de partout », fait valoir la responsable de cette ONG, membre du réseau l’Arche fondé par Jean Vanier.

Maan lil-Hayat a restauré ces derniers mois une résidence de la fin du XIXe siècle, avec ses carreaux de céramique multicolores au sol et ses vieux murs de pierre, pour la reconvertir en un hôtel coquet qui vient à peine d’ouvrir ses portes.

Les employés atteints d’autisme, de trisomie 21 et d’autres handicaps s’occupent de nombreuses tâches, de la blanchisserie au service du petit-déjeuner.

« J’ai grandi avec Maan », souffle Mariam en référence aux amitiés tissées depuis l’adolescence avec les autres membres de l’organisation. Outre faire les lits dans des chambres avec vue sur les collines du sud de Bethléem, Mariam, 27 ans, dessert la table des voyageurs comme ce matin-là, Véronique Gandon et Hervé Tisserand, deux Français âgés dans la petite soixantaine.

Changer le regard

L’hôtel de Maan lil-Hayat est « franchement extraordinaire », lance M. Tisserand, notamment fasciné par l’architecture des lieux, avec des fresques anciennes de chat et d’anges.

Un hôtel géré par Maan Lil-Hayaat, une organisation qui soutient les Palestiniens souffrant de handicaps intellectuels, dans la ville biblique de Bethléem, en Cisjordanie, le 26 août 2022. (Crédit : Ahmad GHARABLI/AFP)

L’établissement repose sur « une bonne idée car cela permettra à l’association d’augmenter ses revenus (…) et de se faire connaître », renchérit Mme Gandon.

L’organisation reçoit des dons épars et se finance en vendant des produits tissés avec de la laine de mouton provenant de bergers palestiniens. Avec son hôtel, l’organisation veut consolider ses sources de revenus.

« Nous n’avons pas un vrai Etat, nous n’avons pas de donateurs stables, nous ne comptons que sur nous-mêmes depuis nos débuts », en 2009, explique M. Ghareeb.

Les villes comme Bethléem tombent sous l’administration de l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, dont les finances demeurent dans un état « très précaire » selon la Banque mondiale.

Mariam Kansan, 27 ans, une Palestinienne ayant des besoins spéciaux, travaille dans un hôtel-boutique géré par Maan Lil-Hayaat, une organisation qui soutient les Palestiniens souffrant de handicaps intellectuels, à Bethléem, en Cisjordanie, le 26 août 2022. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

Sans financement de l’Autorité palestinienne pour rénover l’hôtel, Maan lil-Hayat s’est tournée vers la Fondation assistance internationale, basée en Suisse, et a approché Albergo Etico, une organisation italienne qui gère plusieurs hôtels avec des employés présentant des handicaps, pour parfaire la formation de son personnel.

« Le but de notre modèle de formation hôtelière est de les rendre autonome (…) de les guider vers leur indépendance », explique Antonio De Benedetto, le fondateur d’Albergo Etico, qui doit accueillir d’ici la fin de l’année en Italie des membres de Maan lil-Hayat.

Il souhaite mettre en relation des familles palestiniennes avec certaines familles italiennes qui pourraient, selon lui, « servir d’antidote à la peur » aux familles de Bethléem méfiantes à l’égard du projet visant à rendre ces personnes handicapées plus visibles, plus acceptées socialement.

Pour Mahera Nassar Ghareeb, tout l’enjeu est là. « Nous ne voulons pas seulement offrir des débouchés à des personnes handicapées. Nous voulons changer la réalité, changer la société ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...