Israël en guerre - Jour 145

Rechercher

À Haïfa, ville mixte et tolérante, les chrétiens découvrent les bienfaits du ramadan

Musulmans, Juifs et chrétiens lancent des initiatives interconfessionnelles dans un contexte de tensions croissantes alimentées par le conflit israélo-palestinien

Des femmes préparant des plats pour l'iftar à l'école primaire Ahva à Haïfa, le 13 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
Des femmes préparant des plats pour l'iftar à l'école primaire Ahva à Haïfa, le 13 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Comme de nombreux musulmans de Haïfa, Haula Hashiboon ne jure que par les bienfaits du jeûne du ramadan, tant sur le plan spirituel que sur celui de la santé.

« L’islam est le reflet fidèle de la culture arabe, et le ramadan est le reflet le plus fidèle de l’islam, c’est donc quelque chose de très profond. De plus, j’aime l’énergie et la vivacité que le jeûne diurne vous donne », a déclaré Hashiboon, directrice de programme d’une organisation locale à but non lucratif, au Times of Israel.

Hashiboon participait à un événement communautaire organisé à l’occasion du ramadan, qui s’est achevé jeudi dernier et a laissé place à l’Aïd al-Fitr, la fête célébrant la fin du mois de jeûne de l’aube au coucher du soleil pour les musulmans.

Mais Hashiboon n’est pas musulmane. Elle appartient à la minorité chrétienne de Haïfa, qui représente environ la moitié des quelque 35 000 Arabes qui vivent dans cette ville portuaire majoritairement juive d’environ 285 000 habitants.

Sa participation aux activités du ramadan s’inscrit dans le cadre d’un brassage religieux peu connu mais croissant entre musulmans et chrétiens à Haïfa. Si ces relations sont parfois tendues, elles n’en constituent pas moins un témoignage inhabituel de tolérance dans une ville qui s’enorgueillit également de la coexistence largement pacifique entre ses Arabes et ses Juifs.

« Haïfa est vraiment une ville mixte, et pas seulement dans le sens où les Juifs et les Arabes vivent ensemble », a déclaré Hashiboon, qui travaille au centre communautaire Ahva. « À Noël, certains de mes voisins musulmans le fêtent avec moi. Il y a beaucoup de croisements qui peuvent sembler religieux, mais qui sont en réalité spontanés, culturels et de voisinage par essence. »

Ce phénomène s’est pleinement manifesté lors du dernier iftar communautaire, le repas de rupture du jeûne organisé au coucher du soleil chaque jour du ramadan, lorsque les musulmans pieux s’abstiennent de manger ou de boire pendant la journée.

Les chrétiens étaient très présents lors de cet événement, que Ahva organise au moins une fois par an pour des centaines d’invités.

Habituellement organisée en plein air dans la rue, près des bureaux du centre communautaire, cette année, les conditions météorologiques ont contraint l’événement à se dérouler dans l’école voisine de Ahva. Bien que le centre et l’école partagent le même nom et coopèrent sur des projets tels que les dîners d’iftar, ce sont des institutions distinctes.

Des musiciens jouant de la musique arabe traditionnelle lors d’un iftar à l’école primaire Ahva, à Haïfa, le 13 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Lors de l’événement, un orchestre a joué de la musique arabe traditionnelle tandis qu’une dizaine de bénévoles, presque toutes des femmes, disposaient sur des plateaux de cuivre des plats qu’elles avaient cuisinés : des feuilles de vigne et des courgettes farcies avec une sauce au citron et du riz parfumé à la cannelle avec un ragoût de bœuf riche en cumin. Des serveurs, tous des hommes, déposaient les plateaux sur des rangées de tables flanquées de chaises peuplées de personnes affamées.

À l’extérieur du réfectoire, des enfants et quelques adultes regardaient les tables installées sur le terrain de football de l’école, chargées de sucreries, notamment des tranches de knafeh et des baklava nageant dans le sirop, à côté d’alternatives plus saines comme des tranches de pastèque et des pommes entières.

Alors que le soleil commençait à se coucher, les invités ont écouté poliment le discours d’un imam local, qui a prononcé un sermon en langue arabe sur la dévotion, la communauté et la famille en tant qu’abstractions positives, et qui s’est terminé juste à la tombée de la nuit, lorsque les invités ont commencé à manger avec retenue mais détermination. Une demi-heure plus tard, la plupart d’entre eux se mêlaient à la foule dans la cour de l’école, une assiette de knafeh à la main, tandis qu’un serveur portant une théière de deux pieds sur son dos comme un sac à dos se déplaçait entre les invités, se penchant pour verser le liquide chaud dans de petites tasses en verre.

« Ce que vous voyez ici ne peut se produire qu’à Haïfa, et plus particulièrement à Wadi Nisnas », a déclaré Mohammed Abbasi, un acteur musulman de 73 ans, musicien et résident de longue date du quartier vallonné et tranquille où se trouve l’école. Majoritairement arabe, ce quartier organise régulièrement des événements interconfessionnels pour Noël et Hanoukka, ainsi que pour Pâques et Pessah.

Tout comme l’allumage des bougies de Hanoukka et les repas de Pessah, les repas d’iftar sont généralement familiaux, bien que les repas communautaires soient souvent organisés dans des mosquées ou des locaux communautaires. La participation aux iftars annuels de Ahva est gratuite et ouverte à tous.

Les repas d’iftar comportant des aspects interconfessionnels ou inter-culturels ont gagné en popularité ces dernières années, l’événement festif offrant une occasion de compréhension et d’engagement entre des groupes qui peuvent être en proie à des tensions à d’autres moments. Au début du mois, un groupe encourageant les liens entre les résidents d’implantations israéliens et les Palestiniens a organisé un repas d’iftar casher en Cisjordanie.

Un serveur versant du thé et du café lors d’un iftar à l’école primaire Ahva, à Haïfa, le 13 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Abbasi, un artiste qui voyage souvent dans les villes arabes à travers le pays, a déclaré que d’autres endroits ont une ambiance différente pour le ramadan. « Ici, le ramadan est beaucoup plus ouvert et diversifié, tout comme la ville elle-même », a-t-il déclaré.

Mais il n’y a pas que des knafeh et des baklava.

« Bien sûr, il y a des tensions », a déclaré Mary Saada, la directrice de l’école Ahva, qui est chrétienne. « Nous avons tous des préjugés. Je ne veux pas que mes enfants deviennent musulmans, ou Juifs. » Saada, qui a deux enfants, a récemment reçu une plainte d’un parent musulman concernant l’organisation par l’école d’une fête de Pâques avec déguisement.

« Il était furieux et demandait pourquoi nous enseignions à ses enfants le culte chrétien », s’est remémoré Saada. Elle lui a conseillé de ne pas autoriser ses enfants à se déguiser.

« Il y aura toujours des plaintes dans ce genre de situation multi-confessionnelle. Je fais participer les parents, j’écoute leurs préoccupations, mais je n’hésite pas à participer à ces événements parce que c’est mon travail d’éduquer les enfants sur une partie importante de la société – la religion des autres », a ajouté Saada, qui assiste régulièrement – et apprécie – les iftars organisés par le centre communautaire de Ahva.

Malgré les tensions, les chrétiens et les musulmans de Haïfa se sont rapprochés. « Les écoles qui comptaient de nombreux élèves musulmans et chrétiens étaient rares, mais elles sont aujourd’hui de plus en plus courantes », a expliqué Saada. « Il y a de plus en plus d’interactions et d’engagements mutuels. »

Mary Saada et Aadle Khlaile à l’école primaire Ahva de Haïfa, le 13 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

En 2016, Mary Saada a révolutionné ce qui s’appelait alors « le cours de religion » à l’école Ahva, où les élèves chrétiens et musulmans étudiaient leurs religions respectives dans des classes séparées. Au lieu de cela, Saada a institué un cours de religion dans lequel tous les élèves apprennent ensemble les trois grandes religions abrahamiques – ou monothéistes.

« Nous vivons parmi les Juifs, mais beaucoup d’entre nous ne savent rien du judaïsme. Qu’est-ce que Yom Kippour ? Pour beaucoup d’enfants arabes, c’est simplement la journée du vélo », a déclaré Saada, faisant référence au fait que de nombreux enfants profitent de l’arrêt quasi-total de la circulation automobile pour faire du vélo dans les rues vides pendant la journée d’expiation juive.

Les Juifs ont également une « grande ignorance » de l’islam, a fait remarquer Saada, dont l’hébreu sans accent est comparable à sa langue maternelle, l’arabe. « Dans les médias israéliens, le ramadan est synonyme d’une menace imminente pour la sécurité. Les musulmans vont-ils se révolter pendant le ramadan ? Pour 99 % des Arabes, il s’agit simplement d’une fête religieuse. »

Des lycéens assistant à l’iftar à l’école primaire Ahva, à Haïfa, le 13 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Pourquoi, alors, ne pas inviter les Juifs à participer à l’iftar ou aux fêtes ultérieures de l’Aïd, comme l’ont fait d’autres promoteurs interconfessionnels cette année et les années précédentes ?

« Nous en avons parlé. Mais les gens ici ne sont pas encore prêts », a déclaré Saada. « L’action islamo-chrétienne qui se déroule ici est déjà un pas important. Peut-être que l’année prochaine, nous en ferons un autre. »

Plusieurs Juifs étaient présents à l’événement, notamment Assaf Ron, PDG de Beit HaGefen, le centre culturel judéo-arabe, mais peu de familles juives, voire aucune, ne sont venues.

Il y avait également des symboles exposés qui sont répréhensibles pour de nombreux Israéliens juifs.

Dans la cour de l’école primaire Ahva, dont le nom signifie « fraternité » en hébreu, sont accrochés de nombreux portraits de feu Mahmoud Darwish, un poète largement considéré comme le barde national palestinien. Alors que certains de ses poèmes célèbrent la coexistence avec les Juifs, les critiques en interprètent d’autres comme un appel au nettoyage ethnique et à la violence, notamment un poème dans lequel il écrit qu’il aimerait « manger la chair de l’occupant ».

Interrogée sur la signification de ces portraits, Saada les a qualifiés d’apolitiques. « Ils ne signifient rien, ils faisaient partie d’un cours d’art où l’on demandait aux étudiants de dessiner des écrivains en utilisant des vers de leur prose », a-t-elle déclaré.

Des portraits du barde national palestinien Mahmoud Darwish accrochés à l’école Ahva, à Haïfa, en Israël, le 13 avril 2023. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Mais Wadi Nisnas présente de nombreux symboles nationalistes palestiniens, notamment une statue métallique de la taille d’une voiture représentant Handala, une caricature emblématique d’un enfant palestinien qui est le symbole officiel du mouvement anti-Israël Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS), exposée dans la rue de l’école. Le Palestinien écrit « le retour d’abord » sur le mur contre lequel elle se trouve, en référence au désir – que beaucoup qualifient de droit – de faire venir en Israël un grand nombre de Palestiniens. De nombreux Israéliens estiment qu’il s’agit là d’un stratégie pour mettre fin à l’existence d’Israël en tant qu’État juif en modifiant radicalement la démographie du pays.

Un autre symbole figurant sur les statues et les peintures murales de Wadi Nisnas et de Haïfa est celui des clés, la représentation graphique la plus courante du soi-disant droit au retour. Des graffitis populaires à Haïfa comprennent les chiffres 048, une référence à 1948, l’année de la création de l’État d’Israël que de nombreux Palestiniens appellent la Nakba – le mot palestinien signifiant « catastrophe ».

Une statue métallique de la taille d’une voiture représentant Handala, la mascotte du mouvement de boycott d’Israël, à Haïfa, le 13 avril 2023. (Crédit : Canaan Liphshiz)

Ces symboles, qui constituent une nouveauté à Haïfa, inquiètent de nombreux Juifs et Arabes modérés, notamment après les émeutes qui ont éclaté à Haïfa lors d’une importante flambée de violence en 2021. Ces troubles, au cours desquels plusieurs personnes ont été blessées et des dizaines d’autres arrêtées pour avoir mis le feu à des pneus et lancé des objets sur la police, s’inscrivaient dans le cadre d’une vague nationale de tensions intestines accompagnant les combats dans la Bande de Gaza entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Mais la violence a été particulièrement traumatisante à Haïfa, que beaucoup croyaient à l’abri de telles hostilités. Les causes des émeutes ont même laissé perplexe une chercheuse de l’université de Haïfa qui, l’année dernière, a rédigé un rapport complet sur ces émeutes en s’appuyant sur 45 entretiens.

« Je ne sais pas s’il existe une réponse concluante à la question de savoir ce qui a provoqué les événements de mai 2021 », a-t-elle déclaré lors d’une conférence l’année dernière. « Cela fait partie d’un processus, alimenté par des tensions nationalistes et socio-économiques dans le cadre d’un conflit plus large, qui s’est également manifesté à Haïfa. »

Certains dirigeants arabes nationalistes, qui utilisent une rhétorique de division à l’égard de la majorité juive, lancent simultanément des passerelles entre chrétiens et musulmans.

Dans la même rue que Ahva se trouve le bureau du député Ayman Odeh, leader de l’alliance politique Hadash-Taal, majoritairement arabe. Sa famille est musulmane, mais il a fréquenté une école chrétienne dans les années 1980, à une époque où les écoles arabes multi-confessionnelles et les centres communautaires étaient rares.

Odeh, qui a qualifié les terroristes palestiniens de « martyrs » et a exhorté les policiers et les soldats arabes à démissionner par solidarité avec les Palestiniens et pour protester contre la politique israélienne, se décrit comme ayant transcendé les frontières de l’ethnie et de la religion qui divisent les Palestiniens tant en Israël qu’à l’étranger.

Abbasi constate une « colère croissante » chez certains Arabes face à ce qu’ils perçoivent comme de nouvelles expressions d’un racisme profondément ancré à l’égard des Arabes en Israël, qui se manifeste, selon lui, par les récents gains électoraux d’Otzma Yehudit, un parti d’extrême-droite dirigé par le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir, qui fait partie du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Saada a déclaré qu’elle avait observé de la colère, et non de la peur, chez ses étudiants et dans sa communauté. « Nous avons peur, comme beaucoup de Juifs, de l’orientation que ce gouvernement donne à la société israélienne et à ses minorités », a-t-elle déclaré, en faisant référence à la réforme du système judiciaire du gouvernement, dont certains craignent qu’elle ne porte préjudice aux minorités.

« La seule façon de garantir nos droits est de travailler ensemble – entre Arabes et avec des alliés juifs », a déclaré Saada. « Nous n’y sommes pas encore, loin s’en faut. Mais au moins, nous sommes désormais plus nombreux à être sur la bonne voie. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.