A voir : des dizaines d’armes illégales saisies en Cisjordanie
Rechercher

A voir : des dizaines d’armes illégales saisies en Cisjordanie

L'armée, la police et le Shin Bet ont mené des raids à Bethléem et Hébron dans le cadre de la campagne contre les armes illégales

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Dans la plus grande opération de l’année, les forces de sécurité israéliennes ont saisi des dizaines d’armes, confisqué du matériel et procéder à des arrestations à Hébron et Bethléem mardi matin dans le cadre d’un effort continu pour sévir contre les armes illégales en Cisjordanie, a annoncé un responsable de Tsahal.

Au total, sept ateliers d’armes à feu illégales ont été perquisitionnés et 22 pièces de machines d’armurerie – perceuses et tours métalliques – ont été saisis, ainsi qu’ « environ 50 armes », y compris des armes de poing, des fusils, des fusils de chasse et des mitraillettes de style Carlo, une arme automatique simple vaguement basée sur le design de la mitraillette Carl Gustav, a indiqué le responsable.

Les forces de sécurité ont également récupéré des munitions et des dizaines de pièces d’armes à feu – manches, canons, stocks, etc… – qui auraient été utilisés pour créer plus d’armes, a ajouté le responsable.

Deux des fabricants présumés ont été arrêtés dans les raids. Les suspects ne semblent pas être liés à des groupes terroristes mais auraient été plus susceptibles d’être motivés par des motifs financiers, selon une source de l’armée.

« Cela semble être une combinaison de la demande du marché et de la capacité à fabriquer », a-t-il expliqué.

L'armée israélienne, ainsi que la police et le service de sécurité du Shin Bet, saisit les machines qui aurait été utilisé pour fabriquer des armes illégales à Bethléem et à Hébron, le 23 août, 2016 (Crédit : Unité du porte-parole de Tsahal)
L’armée israélienne, ainsi que la police et le service de sécurité du Shin Bet, saisit les machines qui aurait été utilisé pour fabriquer des armes illégales à Bethléem et à Hébron, le 23 août, 2016 (Crédit : Unité du porte-parole de Tsahal)

Bien que les outils nécessaires pour créer des mitraillettes de style Carlo ont un « double objectif » et peuvent être trouvés dans presque tous les magasins de machinerie dans le monde. Les usines qui ont fait l’objet du raid tôt mardi matin semblaient être « spécialement conçues pour la fabrication d’armes », a expliqué le responsable de l’armée israélienne.

D’autres arrestations devraient avoir lieu, car les enquêteurs du Shin Bet et de la police d’Israël vont maintenant commencer à interroger les deux suspects afin de localiser le réseau de fabrication et de distribution, a indiqué le responsable.

Des dizaines d'armes illégales saisies par les forces de sécurité israéliennes à Bethléem et à Hébron, le 23 août, 2016 (Crédit : Unité du porte parole de Tsahal)
Des dizaines d’armes illégales saisies par les forces de sécurité israéliennes à Bethléem et à Hébron, le 23 août, 2016 (Crédit : Unité du porte parole de Tsahal)

L’opération conjointe a été menée entre 1 h et 5h30 du matin par cinq bataillons de l’armée israélienne – l’unité d’élite Duvdevan, le 50e Bataillon de la Brigade Nahal, les soldats d’une batterie d’artillerie et deux bataillons de réservistes – ainsi que des représentants de la police israélienne et le service de sécurité du Shin Bet, selon des porte-parole de ces organisations.

les soldats de Tsahal font irruption dans un atelier qui aurait été utilisé pour créer des armes illégales à Bethléem et à Hébron, le 23 août, 2016 (Crédit : Unité du porte parole de Tsahal)
les soldats de Tsahal font irruption dans un atelier qui aurait été utilisé pour créer des armes illégales à Bethléem et à Hébron, le 23 août, 2016 (Crédit : Unité du porte parole de Tsahal)

Les raids à Bethléem et Hébron ont été l’aboutissement de plusieurs mois de collecte « de renseignements, d’intelligence humaine et d’intelligence visuelle », a déclaré un responsable de Tsahal.

Il n’y avait aucune indication immédiate prouvant que l’une des armes vendues par les deux fabricants présumés n’ait pas été spécifiquement vendue pour une utilisation terroriste. Ces types d’armes à feu peuvent être utilisées pour un certain nombre de raisons, y compris des attentats terroristes, l’auto-défense et des activités criminelles, a précisé le responsable de Tsahal.

Cependant, une arme achetée dans le but de s’autodéfendre peut encore finir par être utilisée dans une attaque terroriste, a ajouté le responsable.

« Quelqu’un qui a une de ces armes à la maison [pour l’auto-défense] pourrait le cacher dans un placard. Et quand son fils se laisse emporter par l’incitation [à la violence], il va prendre cette arme pour mener des attaques », a précisé l’officier.

L'armée israélienne, ainsi que la police et le service de sécurité du Shin Bet, en train de saisir les machines qui auraient été utilisés pour fabriquer des armes illégales à Bethléem et à Hébron, le 23 août, 2016 (Crédit : Unité du porte-parole de Tsahal)
L’armée israélienne, ainsi que la police et le service de sécurité du Shin Bet, en train de saisir les machines qui auraient été utilisés pour fabriquer des armes illégales à Bethléem et à Hébron, le 23 août, 2016 (Crédit : Unité du porte-parole de Tsahal)

Cette année, plus de 30 attaques menées avec des armes à feu ont été menées avec des armes produites illégalement. En réponse, l’armée israélienne et d’autres agences de sécurité ont commencé à sévir contre les armes produites illégalement au cours des derniers mois, en arrêtant plus de 140 personnes soupçonnées d’être impliquées dans la création ou la distribution d’armes illicites, a indiqué la police.

Plus de 300 armes à feu illégales et près de 50 pièces d’équipement destinées à la fabrication ont également été confisquées lors de raids à travers la Cisjordanie au cours des derniers mois, selon la police.

La répression en cours a déjà eu un effet sur le marché, entraînant une hausse du prix des armes à feu, a indiqué le colonel Roman Gofman à l’Associated Press le mois dernier.

Par exemple, le coût d’une simple mitraillette de style Carlo tournait autour de 500 dollars il y a quelques mois, alors que maintenant elle peut coûter jusqu’à 2 500 dollars, a-t-il précisé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...