Ankara et Israël « proches » d’un accord sur une normalisation
Rechercher

Ankara et Israël « proches » d’un accord sur une normalisation

Les deux pays se sont entendus sur une compensation des victimes du Mavi Marmara, le retour des ambassadeurs et le lancement de négociations sur l'exportation de gaz israélien en Turquie

Le président turc Recep Tayyip Erdogan en avril 2015 (Crédit :  AFP PHOTO / DANIEL MIHAILESCU)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan en avril 2015 (Crédit : AFP PHOTO / DANIEL MIHAILESCU)

Israël et la Turquie sont parvenus à une série d’ « ententes » pour normaliser leurs relations qui s’étaient détériorées après l’assaut meurtrier des forces israéliennes contre une flottille turque à destination de Gaza en 2010, a indiqué jeudi un responsable israélien.

La Turquie et Israël sont « proches d’un cadre final » pour un accord visant à normaliser les relations entre les deux pays après que des progrès sur les demandes turques ont été enregistrés, a déclaré vendredi un responsable gouvernemental turc.

« Nous sommes proches d’un cadre final », a affirmé à des journalistes à Ankara le reponsable turc. « Il y a des progrès concrets et positifs », a-t-il poursuivi, insistant toutefois sur le fait qu’aucun accord final n’avait encore été signé.

Lors d’une rencontre secrète en Suisse, les deux pays se sont entendus sur une compensation des victimes du raid israélien, le retour des ambassadeurs et le lancement de négociations sur l’exportation de gaz israélien en Turquie, des mesures qui seront appliquées dès la conclusion de l’accord, selon ce responsable s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

Toutes les poursuites judiciaires engagées par la Turquie contre Israël seront annulées, et la Turquie interdira l’entrée sur son territoire de Salah al-Arouri, haut cadre du Hamas, le mouvement terroriste palestinien qui contrôle la bande de Gaza, selon cette même source.

Israël a longtemps accusé Ankara de laisser ce cadre du Hamas préparer des attaques depuis son territoire.

Le responsable gouvernemental turc n’a pas confirmé ce point : « Nous n’avons pas discuté de noms en particulier. Si Israël fait une telle demande, nous en discuterons », a-t-il déclaré.

Yossi Cohen à la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset le 2 septembre 2014 (Crédit : Noam Revkin Fenton / flash 90)
Yossi Cohen à la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset le 2 septembre 2014 (Crédit : Noam Revkin Fenton / flash 90)

Lors de la réunion en Suisse, Israël était représenté par le nouveau chef du Mossad Yossi Cohen et le porte-parole du Premier ministre Benjamin Netanyahu sur le dossier turc, Joseph Ciechanover, et la Turquie par le sous-secrétaire des Affaires étrangères, Feridun Sinirlioglu , selon cette même source.

Un second responsable a dit ne pas savoir quand l’accord sera signé, mais la Dixième chaîne israélienne a rapporté que la signature était attendue  » dans les prochains jours ».

Ankara n’a pas encore réagi à cette annonce, mais avait reconnu en juin dernier que des discussions étaient en cours en vue d’une réconciliation.

Cette annonce survient quelques heures après la signature par M. Netanyahu d’un accord controversé sur l’exploitation des importants gisements de gaz naturel découverts au large des côtes israéliennes.

La Turquie a récemment vu ses liens avec la Russie se dégrader, pays auquel Ankara importe plus de la moitié de son gaz naturel.

« Nous, Israël, les Palestiniens et la région avons tous beaucoup à gagner de ce processus de normalisation », avait indiqué lundi le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Le 31 mai 2010, des commandos israéliens avaient donné l’assaut dans les eaux internationales sur six navires civils, dont le Mavi Marmara, supposés acheminés de l’aide humanitaire à Gaza. Dix Turcs avaient été tués, provoquant une grave crise entre Israël et la Turquie.

Ankara avait expulsé l’ambassadeur israélien, réclamant excuses et dédommagements de la part d’Israël, ainsi que la fin du blocus de la bande de Gaza.

Des discussions sur les compensations avaient débuté en 2013 sous le parrainage du président américain Barack Obama, mais celles-ci n’avaient pas été finalisées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...