Affaire Yisrael Beytenu : deuxième condamnation dans l’enquête pour corruption
Rechercher

Affaire Yisrael Beytenu : deuxième condamnation dans l’enquête pour corruption

Le dirigeant d'une association commerciale avoue avoir corrompu des responsables politiques en 2014 ; condamnation après l'emprisonnement de l'ancien ministre Stas Misezhnikov

Faina Kirshenbaum, ancienne vice-ministre de l'Intérieur du parti Yisrael Beytenu, à la Knesset, en mai 2014. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Faina Kirshenbaum, ancienne vice-ministre de l'Intérieur du parti Yisrael Beytenu, à la Knesset, en mai 2014. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le tribunal de Tel Aviv a prononcé mercredi une deuxième accusation dans l’enquête tentaculaire de corruption menée par Yisrael Beytenu contre plusieurs hauts responsables du parti.

Irena Waldberg, directrice de l’Israël Entrepreneurs Association, a été reconnue coupable de corruption pour avoir utilisé les fonds de son organisation pour payer des voyages en Serbie et en Ukraine à des responsables d’Yisrael Beytenu en 2014.

Selon les actes de condamnation, l’ancien secrétaire général d’Yisrael Beytenu et ministre adjoint de l’Intérieur de l’époque, Faina Kirshenbaum, entretenait des relations de travail étroites avec Waldberg et œuvrait pour aider l’AIE à obtenir des financements de diverses sources. Au début de 2014, Waldberg a demandé l’aide de Kirshenbaum pour le mettre en contact avec l’Autorité antidrogue israélienne. Ce que Kirshenbaum a fait et qui a abouti en mars 2014 à ce que l’association devienne partenaire dans un projet financé par l’IADA au College of Management de Rishon Lezion qui étudie la réhabilitation des toxicomanes.

Cinq mois plus tard, en août, le responsable du parti, David Godovsky, a souhaité à se rendre en Serbie et en Ukraine, apparemment pour examiner les moyens d’encourager l’immigration des Juifs de ces pays. Selon les instructions de Kirshenbaum, d’après le tribunal, Godovsky a demandé à Waldberg de financer le voyage pour lui et le porte-parole de Kirshenbaum de l’époque pour un montant total de 15 084 shekels.

Waldberg a accepté, et a utilisé les fonds de son organisation pour payer le voyage.

Waldberg a avoué les faits  corruption dans le cadre d’un accord de plaidoyer, et la durée d’incarcération a été réduite à la demande de l’accusation à six mois. Les avocats de Waldberg, dans le cadre de l’accord, demanderont une peine de 5,5 mois, à effectuer en travaux d’intérêt général.

Waldberg est également condamnée à une amende de 30 000 shekels, soit deux fois la valeur du pot-de-vin.

En octobre 2017, Kirshenbaum faisait elle-même partie des 10 responsables liés à Yisrael Beytenu qui ont été formellement inculpés pour une succession d’accusations de corruption, notamment de fraude et de blanchiment d’argent.

L’enquête centrée autour du parti et appelée Affaire 242 aura duré trois ans. C’est l’une des affaires de corruption publique les plus importantes de l’histoire d’Israël. Elle a été rendue publique en décembre 2014 avec l’arrestation de 36 membres et anciens fonctionnaires. Les arrestations ont eu lieu environ quatre mois avant les élections de 2015, qui ont vu le nombre de sièges d’Yisrael Beytenu à la Knesset chuter à six sièges. Certains responsables du parti avaient alors crié à la chasse aux sorcières politique.

L’ancien ministre du Tourisme Stas Misezhnikov au tribunal, le mercredi 24 décembre 2014, (Crédit : FLASH90)

L’ancien ministre du Tourisme et député Yisrael Beytenu, Stas Misezhnikov, qui a commencé à purger une peine de quinze mois de prison en octobre après avoir été reconnu coupable d’avoir tenté d’obtenir un emploi pour sa compagne en finançant un festival étudiant à Eilat avec les fonds du ministère, a été arrêté. Les organisateurs du festival ont versé à la femme des dizaines de milliers de shekels, tandis que le financement par le ministère s’est élevé à environ 1 million de shekels.

Au cours de l’enquête sur les affaires de Misezhnikov, la police a découvert que l’ancien ministre aurait régulièrement envoyé ses collaborateurs acheter de la cocaïne, qu’il aurait consommée lors d’événements officiels en Israël et à l’étranger. La police a déposé des accusations formelles dans l’affaire, mais les accusations ont été abandonnées dans le cadre de la négociation de peine.

Le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, au conseil des ministres hebdomadaire dans le bureau du Premier ministre à Jérusalem, 3 décembre 2017 (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL)

Avigdor Liberman, ministre de la Défense et chef de Yisrael Beytenu, qui n’est pas étranger au scandale, n’est pas suspect dans l’affaire 242. Il a fait l’objet d’enquêtes de corruption le concernant pendant près de 17 ans mais n’a jamais été inculpé.

L’acte d’accusation le plus récent contre Liberman a été déposé en décembre 2012, juste six semaines avant les élections de janvier 2013, le forçant à démissionner de son poste de ministre des Affaires étrangères en pleine campagne. En novembre 2013, Liberman a été acquitté de la dernière série d’accusations et a été réintégré en tant que chef de la diplomatie israélienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...