Affaire Yisrael Beytenu : un ancien ministre écope de 15 mois de prison
Rechercher

Affaire Yisrael Beytenu : un ancien ministre écope de 15 mois de prison

Stas Misezhnikov a plaidé coupable pour abus de pouvoir après avoir financé avec les fonds de son ministère un festival en 2012

L'ancien ministre du Tourisme Stas Misezhnikov au tribunal, le mercredi 24 décembre 2014, (Crédit : FLASH90)
L'ancien ministre du Tourisme Stas Misezhnikov au tribunal, le mercredi 24 décembre 2014, (Crédit : FLASH90)

Un ancien ministre du tourisme affilié au parti Yisrael Beytenu a accepté une négociation de peine avec les procureurs. Il purgera 15 mois de peine de prison pour abus de confiance.

Stas Misezhnikov, 48 ans, qui a été ministre entre 2009 et 2013, a été accusé de financer un festival étudiant en 2012 avec les fonds de son ministère, dans la ville balnéaire d’Eilat, et a ensuite demandé aux organisateurs d’employer sa compagne en échange. Les organisateurs ont accepté et l’ont payé des dizaines de milliers de shekels pour la période en question. Le financement du ministère s’élevait à un million de shekels.

Au fil de l’enquête, il a également été accusé d’avoir dépêché des assistants pour acheter de la cocaïne, qu’il aurait consommée durant des évènements officiels en Israël et à l’étranger. Ces accusations ont fait l’objet d’un non-lieu dans le cadre de la négociation de peine.

Un acte d’accusation et les termes de l’accord ont été soumis au parquet de Tel Aviv mardi.

Les procureurs demandent également qu’il soit condamné à une amende de 70 000 shekels.

L’avocat de Misezhnikov, Yuval Sasson, a déclaré dans un communiqué que son client « endossait l’entière responsabilité de ses actes pour l’abus de confiance, un crime commis il y a des années, au début de son mandat de ministre du Tourisme ».

« Mon client a démissionné du gouvernement et de la Knesset et a quitté la fonction publique bien avant que l’enquête de police ne soit ouverte. En dépit de cela, il préfère endosser la responsabilité d’un crime qui a été commis, et éviter aux deux parties de perdre un temps précieux en allant jusqu’au procès. »

Les allégations portées à l’encontre de Misezhnikov étaient liées à une enquête pour corruption de grande ampleur dont ont fait l’objet plusieurs membres d’Yisrael Beytenu.

Le mois dernier, Faina Kirshenbaum, ancienne vice-ministre de l’Intérieur, et neuf autres cadres du parti avaient été mis en examen pour de multiples chefs d’accusation de corruption, de fraude et de blanchiment d’argent.

Faina Kirshenbaum, ancienne vice-ministre de l'Intérieur du parti Yisrael Beytenu, à la Knesset, en mai 2014. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Faina Kirshenbaum, ancienne vice-ministre de l’Intérieur du parti Yisrael Beytenu, à la Knesset, en mai 2014. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Les mises en examen ont été prononcées après une enquête de deux ans, surnommée l’Affaire 242, et qui s’est révélée être l’un des plus grands scandales de corruption de l’histoire d’Israël.

Onze personnes au total, parmi elles, des hauts responsables politiques et officiels du parti, ont été accusées d’une série de délits financiers dans ce que le ministère de la Justice a qualifié de la « première tournée » d’actes d’accusation. Un certain nombre d’autres responsables devraient faire face à des mises en accusation dans les prochaines semaines.

Cette enquête a été rendue publique en décembre 2014, avec l’arrestation de 36 responsables, dont certains en exercice.

Les premières arrestations dans l’affaire 242 ont eu lieu quelques mois avant les élections de 2015 qui ont vu le parti Yisrael Beytenu être réduit à six sièges. Certains membres du parti ont déclaré qu’il s’agissait d’une chasse aux sorcières politique.

Pas étranger au scandale, le leader du parti Yisrael Beytenu, le ministre de la Défense Avigdor Liberman, a été impliqué dans des enquêtes pour corruption pendant une bonne partie des 17 dernières années. Il n’a jamais été inculpé et n’est pas suspect dans les nouvelles enquêtes.

L’acte d’accusation le plus récent émis contre Liberman a été déposé en décembre 2012, six semaines seulement avant les élections de janvier 2013, ce qui l’a obligé à démissionner du poste de ministre des Affaires étrangères. Mais un an plus tard, en novembre 2013, Liberman a été acquitté et a réintégré l’équipe ministérielle en tant que chef de la diplomatie israélienne.

En octobre 2015, la police avait déclaré qu’ils recommanderaient l’inculpation de quelque 36 fonctionnaires actuels et anciens dans le cadre de l’enquête dans cette affaire, dont Misezhnikov, qui a été ministre du Tourisme entre 2009 à 2013.

Avigdor Liberman, ministre de la Défense, pendant la réunion du groupe parlementaire de Yisrael Beytenu à la Knesset, le 23 octobre 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Avigdor Liberman, ministre de la Défense, pendant la réunion du groupe parlementaire de Yisrael Beytenu à la Knesset, le 23 octobre 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...