Rechercher

Agriculture et eau : Jérusalem et Abou Dhabi à la recherche de nouveaux projets

Les deux pays s'adressent aux universités et aux instituts de recherche ; Un comité mixte sélectionnera un projet, financé à hauteur de 200 000 dollars sur une période de deux ans

Le satellite VENμS et son lanceur sur le site de lancement, en Guyane française, le 31 juillet 2017 (publié avec la permission de l'Agence spatiale israélienne)
Le satellite VENμS et son lanceur sur le site de lancement, en Guyane française, le 31 juillet 2017 (publié avec la permission de l'Agence spatiale israélienne)

Les agences spatiales d’Israël et des Émirats arabes unis ont invité les universités et les instituts de recherche des deux pays à soumettre des projets dans les domaines de l’agriculture et de l’eau.

La recherche sera basée sur des données recueillies par VENµS, un satellite exploité par les agences spatiales israélienne et française, qui surveille la végétation et les caractéristiques de l’environnement.

Un comité mixte israélo-émirati sélectionnera un projet unique, financé à hauteur de 200 000 dollars pour une période de deux ans. Il « tirera parti de l’analyse d’un grand nombre de données scientifiques, de l’informatique et des techniques connexes pour élargir les connaissances scientifiques collectives de l’humanité relatives à la planète Terre et sur la façon dont nous pouvons mieux y vivre », selon un communiqué.

« La coopération mondiale est essentielle pour tirer parti de l’espace afin de protéger notre planète. En nouant des partenariats avec d’autres grands pays du secteur spatial, nous contribuons à élargir la base mondiale de connaissances scientifiques pour aider l’humanité à relever quelques uns de ses plus grands défis », a déclaré Sarah bint Yousif Al Amiri, ministre d’État aux Technologies de pointe et chef de l’Agence spatiale des Émirats arabes unis.

La ministre du Tourisme Orit Farkash-Hacohen lors d’une conférence de presse à Tel Aviv, le 27 avril 2021. (Crédit : Rafi Ben Hakon/GPO)

La ministre israélienne des Sciences, de la Technologie et de l’Espace, Orit Farkash-Hacohen, a ajouté que le projet « montre comment la technologie relie les nations ».

« Le satellite VENµS permettra d’aider à trouver des solutions pour faire face aux changements climatiques. La recherche conjointe aidera à faire progresser les enjeux communs entre les Émirats arabes unis et Israël, notamment dans le domaine de l’agro-technologie, et du changement climatique. »

En octobre, Israël et les Émirats arabes unis ont conclu un accord de collaboration sur un certain nombre de projets spatiaux, y compris le lancement conjoint de la mission spatiale « Beresheet 2 » pour atteindre la Lune. Ce sera d’ici 2024 la deuxième tentative d’Israël pour faire alunir un engin spatial sans pilote. Les deux pays prévoient de planter leurs drapeaux côte à côte sur la surface lunaire.

Ils ont également signé un accord qui vise à renforcer la coopération en matière de recherche scientifique, d’exploration spatiale et de transfert des connaissances.

Cette signature est l’étape la plus récente dans les relations florissantes entre Jérusalem et Abou Dhabi depuis la signature des Accords d’Abraham en septembre 2020, qui ont normalisé les relations entre Israël et les Émirats arabes unis, et impulsé une vaste dynamique de coopération économique, en particulier dans le domaine de la technologie.

Ricky Ben-David a contribué à cet article.

 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...