Algérie : condamnation à mort et peines de prison pour les espions « d’Israël »
Rechercher

Algérie : condamnation à mort et peines de prison pour les espions « d’Israël »

Un ressortissant libérien d'origine libanaise sera exécuté ; 6 autres Africains seront condamnés à 10 ans de prison

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Illustration. Des menottes dans un tribunal. (Crédit : Abir Sultan/Flash90)
Illustration. Des menottes dans un tribunal. (Crédit : Abir Sultan/Flash90)

Un tribunal algérien a confirmé lundi une condamnation à mort pour le chef du réseau d’espionnage présumé d’Israël, et a maintenu des peines de prison de 10 ans pour six autres suspects dans cette affaire.

Le tribunal pénal de la ville de Gherdaia, dans le sud de l’Algérie, a statué sur les peines prononcées à l’origine le 14 janvier, a rapporté mardi le site Observ’Algérie.

Un ressortissant libérien d’origine libanaise, accusé d’être le chef du groupe d’espionnage, a été condamné à mort. Six autres ressortissants africains ont été condamnés à 10 ans de prison et à une amende de 20 millions de dinars algériens (175 000 dollars) chacun.

Ils avaient été reconnus coupables d’espionnage contre l’État, portant atteinte à la sécurité nationale et appartenance à un gang criminel.

Les accusés ont tous plaidé non coupable et ont déclaré qu’ils n’étaient entrés en Algérie que pour tenter d’atteindre l’Europe.

Les autorités algériennes ont d’abord annoncé qu’elles avaient arrêté la cellule d’espionnage présumée en janvier 2017.

Selon les médias arabes de l’époque, le réseau d’espionnage comprenait 10 personnes et a été découvert à Ghardaia. Parmi les membres du réseau figuraient des personnes munies de passeports de Libye, du Mali, d’Éthiopie, du Libéria, du Libéria, du Nigeria et du Kenya.

Les forces de sécurité algériennes ont prétendu avoir découvert des systèmes de communication sophistiqués utilisés par les espions pour transférer des informations.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...