Israël en guerre - Jour 258

Rechercher

Allemagne: pas de poursuites après des propos controversés d’Abbas sur la Shoah

L'enquête a conclu que le président de l'AP "avait commis l'infraction d'incitation à la haine raciale" mais qu'il bénéficiait "d'une immunité qui fait obstacle aux poursuites"

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pendant une conférence de presse avec le chancelier allemand Olaf Scholz à la chancellerie de Berlin, en Allemagne, le 16 août 2022. (Crédit :  Jens Schlueter/AFP)
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pendant une conférence de presse avec le chancelier allemand Olaf Scholz à la chancellerie de Berlin, en Allemagne, le 16 août 2022. (Crédit : Jens Schlueter/AFP)

Le parquet de Berlin a estimé lundi que les propos du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas sur la Shoah lors d’une visite l’an dernier relevaient de l’incitation à la haine raciale, mais il n’engagera pas de poursuites pénales en raison de l’immunité diplomatique de l’intéressé.

La police berlinoise avait ouvert une enquête « pour suspicion d’incitation à la haine » en août 2022 sur la base de deux plaintes accusant M. Abbas d’avoir « relativisé l’Holocauste » lors d’une conférence de presse conjointe avec le chancelier allemand Olaf Scholz.

L’enquête a conclu que « M. Abbas avait commis l’infraction d’incitation à la haine raciale » mais qu’il bénéficiait « d’une immunité qui fait obstacle aux poursuites », a indiqué lundi le parquet de Berlin dans un communiqué.

Interrogé sur l’attentat commis lors des Jeux Olympiques de Munich de 1972, fatal à 11 Israéliens et perpétré par un groupe terroriste palestinien, M. Abbas avait comparé la politique israélienne envers les Palestiniens au génocide juif par l’Allemagne nazie.

« De 1947 à aujourd’hui, Israël a commis 50 massacres dans 50 villes palestiniennes (…), 50 massacres, 50 holocaustes et encore aujourd’hui il y a chaque jour des morts causées par l’armée israélienne », avait-il déclaré, déclenchant une vague d’indignation essentiellement en Israël et en Allemagne.

Olaf Scholz avait exprimé le lendemain son « dégoût » pour ces déclarations, mais son absence de réaction immédiate lui avait valu d’être vertement critiqué en Allemagne.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.