Rechercher

Anniversaire de la mort de Soleimani : deux sites d’information israéliens piratés

Sur les sites du Jerusalem Post et de Maariv, des images de propagande de l'Iran montraient un missile frapper ce qui ressemble au réacteur nucléaire de Dimona

L'image montrant un missile lancé à partir de la bague de Qassem Soleimani vers le réacteur nucléaire israélien de Dimona qui est apparue sur le site du Jerusalem Post, le 3 janvier 2021. (Capture d'écran/ The Jerusalem Post)
L'image montrant un missile lancé à partir de la bague de Qassem Soleimani vers le réacteur nucléaire israélien de Dimona qui est apparue sur le site du Jerusalem Post, le 3 janvier 2021. (Capture d'écran/ The Jerusalem Post)

Au moins deux sites d’information israéliens auraient été piratés lundi matin. Ils affichaient une vidéo de propagande liée au deuxième anniversaire de l’assassinat du général Qassem Soleimani – une vidéo assortie d’avertissements.

Sur le site du Jerusalem Post, on pouvait voir des images d’essais de missiles menés le mois dernier par la République islamique – des exercices au cours desquels Téhéran détruit une infrastructure faisant penser au réacteur nucléaire de Dimona.

Dans cette vidéo, le missile semble lancé à partir de la bague emblématique que portait Soleimani avec la légende : « Nous sommes près de vous là où vous n’y pensez même pas » en anglais et en hébreu.

Le compte Twitter du journal Maariv – qui appartient aux propriétaires du Jerusalem Post, un journal anglophone – a brièvement affiché le même message mais il a été rapidement supprimé.

« Nous avons connaissance du piratage apparent de notre site internet, avec une menace directe à l’encontre d’Israël. Nous œuvrons à résoudre ce problème », a écrit le Post sur Twitter. L’interface du site a repris son apparence habituelle environ deux heures après le piratage.

L’ancien président américain Donald Trump avait créé une onde de choc dans toute la région le 3 janvier 2020 avec l’assassinat ciblé de Soleimani, commandant des forces al-Qods, la branche des opérations étrangères des Gardiens de la révolution d’élite. Les forces al-Qods sont désignées comme organisation terroriste aux États-Unis.

Soleimani a été tué lors d’une frappe au drone ordonnée par Trump à Bagdad, aux côtés de son lieutenant irakien Abu Mahdi al-Muhandis, entraînant la fureur de l’Iran et de ses alliés.

Trump avait déclaré à l’époque que cette frappe au drone était une réponse à une vague d’attaques contre des intérêts américains en Irak, avertissant qu’il tiendrait l’Iran pour responsable si de telles agressions se poursuivaient.

Cinq jours après le meurtre de Soleimani, l’Iran avait riposté en lançant des missiles en direction d’une base aérienne américaine qui accueillait des troupes en Irak, et d’une autre base située à proximité d’Erbil, dans le nord. Aucun soldat américain n’a été tué dans ces frappes mais Washington avait indiqué que des dizaines d’entre eux présentaient blessures traumatiques au cerveau résultant des explosions.

L’Iran prépare des événements, pendant une semaine, pour marquer l’anniversaire de la mort de Soleimani. Le principal événement aura lieu lundi, ont fait savoir les autorités qui n’ont pas donné de détail.

Ils ont ajouté que « les capacités des missiles de l’Iran » seraient exposées le 7 janvier.

Les responsables iraniens ont juré, de manière répétée, que la mort de Soleimani serait vengée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...