Israël en guerre - Jour 252

Rechercher

Antisémitisme: plusieurs cadres LFI rassemblés à Strasbourg

François Ruffin a justifié le choix de marcher à Strasbourg par un appel de la Licra à se rassembler contre l'antisémitisme et que "les forces d'extrême droite n'y étaient pas les bienvenues, donc ça nous a paru être le meilleur endroit pour manifester"

Des manifestants, des représentants locaux et la maire de Strasbourg Jeanne Barseghian (4eR) tiennent une banderole "Marche contre l'antisémitisme et pour la République" lors d'une manifestation contre l'antisémitisme à Strasbourg, dans l'est de la France, le 12 novembre 2023. (Crédit : PATRICK HERTZOG / AFP)
Des manifestants, des représentants locaux et la maire de Strasbourg Jeanne Barseghian (4eR) tiennent une banderole "Marche contre l'antisémitisme et pour la République" lors d'une manifestation contre l'antisémitisme à Strasbourg, dans l'est de la France, le 12 novembre 2023. (Crédit : PATRICK HERTZOG / AFP)

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées dimanche matin à Strasbourg pour une marche contre l’antisémitisme et pour la République, dont plusieurs députés LFI venus de Paris, a constaté un journaliste de l’AFP.

Sur une « idée » lancée par François Ruffin ou Alexis Corbière, plusieurs élus insoumis comme Clémentine Autain ou Raquel Garrido ont convergé vers Strasbourg, pour répondre à l’appel du député LFI de Strasbourg Emmanuel Fernandes, qui était partie prenante de cette initiative à Strasbourg.

« On est là pour dire ‘non' » à l’antisémitisme », a expliqué à des journalistes le député de la Somme François Ruffin. Il a justifié le choix de marcher à Strasbourg par un appel de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) dans le département à se rassembler contre l’antisémitisme et que « les forces d’extrême droite n’y étaient pas les bienvenues, donc ça nous a paru être le meilleur endroit pour manifester ».

Il demande à être dans un « moment de dignité, de gravité » et de laisser de côté « au moins pendant 24 heures, toutes les polémiques ».

« Il faut manifester aujourd’hui, (…) l’unité nationale va être présente dans différents endroits » de France, a déclaré Alexis Corbière. « Il y a de l’antisémitisme aujourd’hui. (…) Il faut dire non », sans « ambiguïté ». Selon le député insoumis de Seine-Saint-Denis, qui a manifesté samedi pour le cessez-le-feu à Gaza, « rien ne s’oppose ».

(De gauche à droite) François Ruffin, Alexis Corbiere et Clémentine Autain, députés du parti de gauche français La France Insoumise (LFI), participent à la « Marche contre l’antisémitisme et pour la République » lors d’une manifestation contre l’antisémitisme à Strasbourg, dans l’est de la France, le 12 novembre 2023. (Crédit : PATRICK HERTZOG / AFP)

Clémentine Autain a souhaité « pouvoir exprimer (sa) solidarité, (son) empathie », disant que l’exprimer à Strasbourg et non à Paris permet de « résoudre l’équation qui est difficile », avec un appel clair à Strasbourg. « Les initiateurs parisiens auraient dû avoir un discours de concorde », selon la députée de Seine-Saint-Denis. « Imaginer que l’on puisse manifester contre l’antisémitisme avec des gens qui sont encore aujourd’hui porteurs du rejet de l’autre » n’était pas possible pour elle.

« Je n’ai pas voulu que l’on m’empêche de dire ma réprobation totale vis à vis de l’antisémitisme », a déclaré à des journalistes l’insoumise de Seine-Saint-Denis Raquel Garrido. « Je ne crois pas que les personnes qui sont ici aujourd’hui nuisent à l’unité nationale. »

Après plusieurs prises de parole, les manifestants strasbourgeois ont brièvement défilé dans le calme. Ils ont entonné La Marseillaise à deux reprises.

A Paris, le dépôt de gerbe organisé par le parti de gauche radicale près de l’emplacement de l’ancien Vel d’Hiv a été perturbé par un groupe de contre-manifestants arborant des pancartes « Touche pas à la mémoire », aux cris de « collabos ». L’œuvre d' »une dizaine d’excités », a réagi la cheffe des députés LFI, Mathilde Panot.

Un rassemblement plus important prévu par LFI avait été interdit par la Préfecture de police de Paris, mais le dépôt de fleurs avait été autorisé.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.