Antonio Guterres sera le neuvième secrétaire général de l’ONU
Rechercher

Antonio Guterres sera le neuvième secrétaire général de l’ONU

L'ancien Premier ministre portugais succèdera à Ban ki-moon au poste de secrétaire général des Nations unies

Antonio Guterres, alors Haut Commissaire aux réfugiés des Nations unies pendant une conférence de presse à Genève, le 3 août 2012. (Crédit : U.S. Mission Photo by Eric Bridiers — Flickr/Domaine public/Wikimedia Commons)
Antonio Guterres, alors Haut Commissaire aux réfugiés des Nations unies pendant une conférence de presse à Genève, le 3 août 2012. (Crédit : U.S. Mission Photo by Eric Bridiers — Flickr/Domaine public/Wikimedia Commons)

L’ex-Premier ministre portugais Antonio Guterres est sur le point de succéder à Ban Ki-moon comme secrétaire général de l’ONU: il deviendra le neuvième à occuper ce poste hautement stratégique depuis la création des Nations unies en 1945.

L’Europe de l’Est est la seule région du monde à n’avoir jamais décroché ce poste, une fonction exclusivement occupée par des hommes à ce jour.

– Trygve Lie, Norvège (1946-1952) –

Ancien ministre norvégien des Affaires étrangères, Trygve Lie a été le premier secrétaire général de l’ONU. Elu en février 1946, il a démissionné en novembre 1952 en raison de ses mauvaises relations avec l’Union soviétique pendant la guerre de Corée.

– Dag Hammarskjoeld, Suède (1953-1961) –

L’ex-chef de la diplomatie suédoise, Dag Hammarskjoeld, a été à la tête des Nations unies de fin 1953 à sa mort en 1961. Il a péri dans un mystérieux accident d’avion, en septembre 1961, lors de l’intervention de l’ONU au Congo belge (actuelle République démocratique du Congo). Il est la seule personnalité à avoir reçu le prix Nobel de la paix à titre posthume.

– U Thant, Birmanie (1961-1971) –

U Thant a été pendant dix ans, de novembre 1961 à décembre 1971, le premier représentant du Tiers-monde à l’ONU. Sous ses deux mandats, de nombreux conflits et crises ont éclaté : Berlin, Vietnam, Israël, Inde-Pakistan, Biafra.

– Kurt Waldheim, Autriche (1972-1981) –

L’ancien ministre des Affaires étrangères a dirigé l’institution internationale de janvier 1972 à décembre 1981. En 1986, il sera élu à la présidence de la République autrichienne, en dépit d’une polémique sur son passé d’officier dans l’armée hitlérienne, qui lui vaudra d’être mis au ban diplomatique par les pays occidentaux et décrété persona non grata aux Etats-Unis.

– Javier Perez de Cuellar, Pérou (1982-1991) –

Président du conseil de sécurité et émissaire de l’ONU à Chypre dans les années 1970, le Péruvien Javier Perez de Cuellar a été à la tête du secrétariat général de janvier 1982 à décembre 1991. Il a reçu au nom des forces de maintien de la paix de l’ONU le Prix Nobel de la paix en 1988. Ses deux mandats ont été marqués notamment par la guerre Iran-Irak, l’éclatement de l’Union soviétique et la guerre du Golfe.

– Boutros Boutros-Ghali, Egypte (1992-1996) –

Proche conseiller du président Anouar el Sadate et ancien vice-premier ministre, Boutros-Ghali, qui faisait partie de la minorité chrétienne d’Egypte, a été de janvier 1992 à décembre 1996 le premier représentant du continent africain. C’est le seul secrétaire général à ne pas avoir été reconduit pour un second mandat, sa réélection ayant été bloquée par un veto américain.

– Kofi Annan, Ghana (1997-2006) –

Fonctionnaire international, Kofi Annan a été, de janvier 1997 à décembre 2006, à la tête des Nations unies, où il a fait toute sa carrière. En 2001, il a obtenu, conjointement avec l’ONU, le prix Nobel de la paix. Il s’est attiré les foudres des Etats-Unis pour avoir déclaré « illégale » la guerre en Irak.

– Ban Ki-moon, Corée du sud (2007-2016) –

Le ministre sud-coréen des Affaires étrangères a pris ses fonctions le 1er janvier 2007. Son premier mandat a été marqué par ses positions en faveur des printemps arabes. Il avait été réélu pour un deuxième mandat de cinq ans qui a débuté en janvier 2012.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...