Après 60 ans de décrépitude, la grande synagogue Rumbach de Budapest reprend vie
Rechercher

Après 60 ans de décrépitude, la grande synagogue Rumbach de Budapest reprend vie

Inaugurée jeudi, l'enceinte de la synagogue richement rénovée - un point de déportation des Juifs pendant la Shoah - est désormais un centre culturel juif polyvalent et animé

Yaakov Schwartz est le rédacteur adjoint de la section Le monde juif du Times of Israël

  • Le cantor Immanuel Zucker chante des psaumes lors de la cérémonie de réouverture de la synagogue de Rumbach, le 10 juin 2021. (Photo par Akos Szentgyorgyi)
    Le cantor Immanuel Zucker chante des psaumes lors de la cérémonie de réouverture de la synagogue de Rumbach, le 10 juin 2021. (Photo par Akos Szentgyorgyi)
  • Des membres de la communauté juive de Budapest dansent avec la Torah devant la synagogue Rumbach, le 10 juin 2021. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)
    Des membres de la communauté juive de Budapest dansent avec la Torah devant la synagogue Rumbach, le 10 juin 2021. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)
  • Intérieur de la synagogue Rumbach, le 10 juin 2021. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)
    Intérieur de la synagogue Rumbach, le 10 juin 2021. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)
  • Des membres de la communauté juive de Budapest dansent avec la Torah lors de la cérémonie de réouverture de la synagogue Rumbach, le 10 juin 2021. (Photo par Akos Szentgyorgyi)
    Des membres de la communauté juive de Budapest dansent avec la Torah lors de la cérémonie de réouverture de la synagogue Rumbach, le 10 juin 2021. (Photo par Akos Szentgyorgyi)
  • Des membres de la communauté juive de Budapest dansent avec la Torah lors de la cérémonie de réouverture de la synagogue Rumbach, le 10 juin 2021. (Photo : Akos Szentgyorgyi)
    Des membres de la communauté juive de Budapest dansent avec la Torah lors de la cérémonie de réouverture de la synagogue Rumbach, le 10 juin 2021. (Photo : Akos Szentgyorgyi)
  • Le président du Congrès juif mondial, Ronald Lauder, aide à placer une mezouza lors de la réouverture de la synagogue Rumbach à Budapest, en Hongrie, le 10 juin 2021. (Photo : Akos Szentgyorgyi)
    Le président du Congrès juif mondial, Ronald Lauder, aide à placer une mezouza lors de la réouverture de la synagogue Rumbach à Budapest, en Hongrie, le 10 juin 2021. (Photo : Akos Szentgyorgyi)
  • Deux garçons bar-mitsvah aident à placer la Torah dans l'arche lors de la cérémonie de réouverture de la synagogue Rumbach, le 10 juin 2021. (Photo d'Akos Szentgyorgyi)
    Deux garçons bar-mitsvah aident à placer la Torah dans l'arche lors de la cérémonie de réouverture de la synagogue Rumbach, le 10 juin 2021. (Photo d'Akos Szentgyorgyi)

BUDAPEST – Plusieurs dizaines de membres de la communauté juive hongroise ont descendu l’artère Karoly de Budapest, jeudi après-midi, accompagnés d’une trompette, d’un cor français et d’un trombone jouant des standards juifs.

Leur destination, la synagogue Rumbach, était située au bout d’une rue secondaire tranquille, à quelques centaines de mètres de son homologue bien connue, la Grande synagogue de la rue Dohany – le plus grand lieu de culte juif d’Europe et le deuxième du monde. Et bien que la procession jubilatoire de jeudi marquant la reconsécration du Rumbach et célébrant la réception de son rouleau de Torah inaugural, ait commencé dans le jardin de la synagogue Dohany, les organisateurs de l’événement ont décidé de prendre le chemin le plus long.

Les membres les plus éminents de la communauté se sont relayés pour porter la Torah sous le traditionnel dais de mariage à quatre poteaux, en contournant à deux pas les clients médusés, attablés dans la rue, qui ont posé leurs döner kebabs et leurs bières pour rester bouche bée.

En tournant à droite dans la rue branchée Kiraly, le groupe passe devant une rangée de vitrines peintes en noir où des jeunes gens tatoués sirotent un café sous des drapeaux de la fierté LGBTQ. L’un des fêtards aux cheveux gris avait réussi à trouver un tambourin et accompagnait les cornes avec enthousiasme.

La synagogue Rumbach – qui doit son nom à la rue sur laquelle elle se trouve dans le 7e arrondissement de Budapest, autrefois à majorité juive – est bien antérieure aux cafés et aux bars qui ont fleuri autour d’elle ces dernières années.

Des membres de la communauté juive de Budapest dansent avec la Torah lors de la cérémonie de réouverture de la synagogue Rumbach, le 10 juin 2021. (Crédit : Akos Szentgyorgyi)

Achevée en 1872, cette imposante structure mauresque abritait autrefois une congrégation dynamique. En 1941, elle a servi de point de déportation pour 20 000 Juifs – des réfugiés ayant fui vers le sud après l’invasion de la Pologne par les nazis, ainsi que des Juifs vivant en Hongrie depuis des décennies mais dépourvus de papiers en règle. Tous ont finalement été envoyés à Kamianets-Podilskyi en Ukraine, où ils ont été exécutés.

La synagogue est restée en ruine et abandonnée au cœur de la ville pendant plus de six décennies. Après avoir changé de mains de nombreuses fois pendant et après l’ère socialiste, le bâtiment a finalement été rendu à la communauté juive par le gouvernement hongrois en 2006. Depuis 2014, sa rénovation s’est déroulée par à-coups, la communauté s’occupant de la logistique et du financement. Plus récemment, la pandémie de COVID-19 a retardé la réouverture d’environ un an.

La synagogue Rumbach de Budapest est située au cœur du 7e arrondissement, aujourd’hui très branché, qui était autrefois le centre de la vie juive à Budapest. (Crédit : Yaakov Schwartz/ Times of Israel)

Robert Frolich, le grand rabbin de MAZSIHISZ, l’organisation juive à laquelle la synagogue est désormais affiliée, a déclaré au Times of Israel qu’à un moment donné, au fil des ans, le toit du bâtiment avait complètement pourri et que des oiseaux avaient élu domicile dans le sanctuaire.

« J’étais dans la synagogue quand j’étais enfant et je me souviens qu’elle était terne, grise et sombre », a-t-il déclaré. « La peinture colorée des panneaux muraux était presque entièrement décolorée et disparue, il n’y avait pas d’ornements, c’était presque en ruines. Il y avait une grande peur qu’elle s’effondre, ou que le gouvernement de l’époque – le dit régime communiste – la détruise. »

Intérieur de la synagogue Rumbach, le 10 juin 2021. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)

Une fois à l’intérieur de la synagogue, les participants de jeudi ont été émerveillés par les panneaux ornés, peints à la main, de couleur rouge, bleue et or, qui ornent les murs du sanctuaire, tandis que deux garçons bar-mitsvah célébraient leur passage à l’âge adulte en aidant à porter le rouleau de la Torah jusqu’à l’Arche restaurée. Haute de près de deux étages, elle n’atteint pas encore la moitié du magnifique plafond en forme de dôme. Des colonnes dorées colossales soutiennent des arcs de style oriental éclairés par des vitraux de trois mètres de diamètre. Au centre de la pièce, un cercle doré de la taille d’une plaque d’égout cache une estrade de cantor élévatrice à commande hydraulique – le seul appareil de ce type au monde à orner un sanctuaire de synagogue.

« Nous avons essayé de mélanger l’ancien et le nouveau », a déclaré la directrice de la synagogue, Henriett Kiss, au Times of Israel.

« La Maison », comme l’appelle Kiss (raccourci de la Maison de la coexistence, le nom qui lui a été donné par le gouvernement hongrois dans le traitement original) est un complexe tentaculaire derrière une façade en briques aux motifs décadents, enveloppant chaque côté de l’énorme sanctuaire. En plus de sa fonction religieuse, le Rumbach, dans sa nouvelle incarnation, apparaît comme un centre culturel juif accueillant toutes les confessions et toutes les croyances.

Intérieur de la synagogue Rumbach, le 10 juin 2021. (Yaakov Schwartz/ Times of Israel)

Les bonnes choses arrivent à ceux qui attendent et attendent encore

La grande réouverture du Rumbach est le résultat d’années de négociations, de patience et d’une subvention de 11,2 millions de dollars de l’État hongrois. Le maire de Budapest, Gergely Karacsony, l’ambassadeur d’Israël en Hongrie, Yakov Hadas-Handelsman, la ministre hongroise des Familles, Katalin Novak, et le président du Congrès juif mondial, Ronald Lauder, ont assisté à l’événement. Après la cérémonie, il a rencontré le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, et l’a remercié.

Le président de MAZSIHISZ, Andras Heisler, s’exprime lors de la cérémonie de réouverture de la synagogue Rumbach, le 10 juin 2021. (Crédit : Akos Szentgyorgyi)

« Rumbach devrait être un espace ouvert à tous, qu’ils soient juifs ou non, qu’ils aient des parents ou des amis juifs, qu’ils soient des étrangers de passage en ville, qu’ils soient des pauvres ou des étudiants », a déclaré le président de MAZSIHISZ, Andras Heisler, dans un discours prononcé lors de l’événement. « Ce bâtiment ne sera pas une synagogue pour un seul type de communauté. Il sera ouvert à toutes les communautés juives vivant à Budapest et aux visiteurs qui arrivent dans notre ville. »

Là où se trouvaient les anciens quartiers du rabbin et du bedeau, on trouve désormais un café casher (un hommage à l’histoire de la culture du café dans la ville) et des salles de conférence.

Le président du Congrès juif mondial, Ronald Lauder, aide à placer une mezouza lors de la réouverture de la synagogue Rumbach à Budapest, en Hongrie, le 10 juin 2021. (Photo : Akos Szentgyorgyi)

Le Mozaik Hub, une pépinière d’entreprises à but non lucratif, située au quatrième étage du bâtiment, fournit des bureaux à une vingtaine d’organisations juives et non juives, dont des associations caritatives, des groupes de jeunes et la seule compagnie théâtrale juive professionnelle du pays. Un espace d’exposition multimédia au troisième étage présente l’histoire et la vie actuelle des juifs hongrois, et utilise la remarquable famille Pulitzer (dont faisait partie le magnat des médias Joseph Pulitzer) comme exemple d’intégration juive et de contribution à la société hongroise.

La synagogue accueillera également des expositions de musique, de théâtre et d’art. Elle est équipée de systèmes de sonorisation, d’éclairage et de projection, ainsi que d’un espace scénique avec loges et douches.

Le chantre Immanuel Zucker chante des psaumes lors de la cérémonie de réouverture de la synagogue de Rumbach, le 10 juin 2021. (Crédit : Akos Szentgyorgyi)

Les tourniquets installés, dans l’une des entrées du bâtiment, laissent penser que les touristes pourront profiter de tout cela – moyennant finance. Kiss a confirmé, qu’à partir de fin juillet ou début août, le centre sera effectivement officiellement ouvert aux visiteurs et que l’entrée sera payante.

Kiss a également exprimé l’espoir que le centre culturel devienne un lieu attrayant pour les artistes et les musiciens israéliens dans les années à venir.

Alors que le financement du gouvernement était conditionné à l’utilisation de l’espace comme centre culturel non confessionnel pendant les jours de la semaine pour les cinq prochaines années, Kiss a également déclaré que la direction du centre avait un investissement personnel dans sa nature religieuse, et a exprimé l’espoir que les offices du Shabbat le vendredi soir et le samedi attireraient une nouvelle foule.

Deux garçons bar-mitsvah aident à placer la Torah dans l’arche lors de la cérémonie de réouverture de la synagogue Rumbach, le 10 juin 2021. (Crédit : Akos Szentgyorgyi)

« Quand j’ai commencé ce projet, je connaissais l’histoire de Rumbach et je savais que c’était une synagogue unique parce qu’elle avait été conçue par [l’architecte de renom] Otto Wagner, et j’adore son travail, donc je m’y intéressais culturellement, mais moins en tant que synagogue », a déclaré Kiss. « Mais lorsque le COVID a commencé, mon mari a trouvé une boîte de documents, et comme il avait du temps libre en raison du confinement, il a commencé à les parcourir avec notre fille. Et nous avons été surpris de trouver un papier documentant la bar-mitsva de son grand-père – qui a eu lieu au Rumbach en 1922. »

« C’est à ce moment-là que nous avons réalisé que le Rumbach est plus qu’une synagogue, c’est une partie de nos origines, de notre histoire familiale », a déclaré Kiss. « Et je peux dire qu’elle est devenue le centre de mon cœur ».

Le Rumbach est plus qu’une synagogue, c’est une partie de nos origines, de notre histoire familiale

Le grand rabbin Frolich de MAZSIHISZ a fait écho aux sentiments de Kiss avec un optimisme prudent.

« Il est impossible de contrôler l’avenir. J’espère que la réouverture de la synagogue rouvrira le cœur des enfants et des petits-enfants, des anciens membres de la synagogue, et peut-être – je le dis doucement, mais avec un grand espoir – que ce sera une raison pour eux de retourner à la synagogue et de reformer une congrégation », a déclaré M. Frolich.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...