Après de nouvelles attaques, Israël ferme la zone de pêche à Gaza
Rechercher

Après de nouvelles attaques, Israël ferme la zone de pêche à Gaza

Une 3e nuit de tirs de roquettes a déterminé l'instance de liaison avec les Palestiniens, le COGAT, à fermer la zone de pêche après l'avoir initialement réduite à 27 kilomètres

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des bateaux de pêcheur à Gaza City, le 13 juin 2019. (Crédit : Hassan Jedi/Flash90)
Des bateaux de pêcheur à Gaza City, le 13 juin 2019. (Crédit : Hassan Jedi/Flash90)

Israël a fait complètement fermer la zone de pêche autour de la bande de Gaza dans la matinée de lundi, interdisant aux Palestiniens de s’aventurer au large de la côte après les tirs nocturnes de cinq roquettes par les groupes terroristes vers le sud d’Israël.

Cela a été la troisième nuit consécutive de tirs de roquettes depuis l’enclave, ce qui fait planer le spectre d’un conflit plus large dans la région agitée.

La fermeture de la zone de pêche semble avoir été la seule riposte de l’État juif à ces attaques. L’armée israélienne n’a mené, de son côté, aucune frappe contre le groupe terroriste du Hamas – ce qu’elle fait habituellement en réponse aux tirs de roquettes.

La première roquette a été lancée à 22 heures 45 et elle est retombée dans un champ situé aux abords de l’enclave, sans activer les sirènes d’alerte dans les secteurs peuplés. Approximativement une heure plus tard, un autre projectile a été tiré en direction du sud du pays. Il n’a pas franchi la frontière et s’est abattu sur le territoire de Gaza, selon Tsahal.

Des roquettes sont tirées vers la mer lors d’un exercice militaire par des membres des Brigades Moudjahidines, la branche armée du mouvement palestinien du même nom, le long d’une plage au large de la ville de Gaza, le 24 avril 2021. (Photo de MAHMUD HAMS / AFP)

Peu après trois heures du matin, les terroristes de la bande ont lancé trois roquettes vers la zone de Sderot et de ses environs, faisant résonner l’alarme dans les communautés prises pour cible. Deux ont été interceptées par le système de défense antiaérien du Dôme de fer et le troisième a atterri à Gaza, ont noté les militaires.

Quatre personnes, notamment une femme enceinte, ont été légèrement blessées après une chute, alors qu’ils se rendaient précipitamment vers des abris antiaériens, ont indiqué les secours.

Après les deux attaques initiales, l’organe de liaison israélien auprès des Palestiniens – dont le nom officiel est le Coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) – a annoncé que les soldats allaient faire passer la zone de pêche de ses 27 kilomètres au large, comme c’est le cas d’habitude, à 17 kilomètres.

Toutefois, après les nouveaux tirs de roquettes de lundi, avant l’aube, le général de brigade Ghassan Alian, responsable du COGAT, a fait savoir que la zone de pêche serait totalement fermée à Gaza.

« Nous avons pris cette décision en raison des tirs de roquettes continus émanant depuis la bande de Gaza qui ont pris pour cible le territoire israélien pendant la nuit », a expliqué le COGAT dans un communiqué.

« Le Hamas est responsable de tout ce qui peut arriver ou de tous les projectiles lancés depuis la bande de Gaza vers Israël et il assumera les conséquences des violences exercées contre les civils israéliens », a continué Alian.

La pêche est une source significative de revenus pour l’enclave. L’étendue de la zone de pêche a varié au fil des années. Elle s’était étendue à 37 kilomètres dans les Accords d’Oslo, dans les années 1990, avant d’être réduite à 11 kilomètres dans le cadre du blocus israélo-égyptien, après la prise de pouvoir du Hamas au sein de l’enclave côtière dans un coup d’État violent mené contre le Fatah de l’Autorité palestinienne, en 2007.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...