Après les blindés, bientôt des femmes dans la marine israélienne ?
Rechercher

Après les blindés, bientôt des femmes dans la marine israélienne ?

Dans un programme pilote, six recrues féminines s’entraînent à opérer des équipements de renseignement et des systèmes d’armement sur les nouvelles corvettes Saar

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Six recrues féminines dans la marine israélienne, lors d'un programme pilote, à Haïfa, en novembre 2018. (Crédit : armée israélienne)
Six recrues féminines dans la marine israélienne, lors d'un programme pilote, à Haïfa, en novembre 2018. (Crédit : armée israélienne)

Ce mois-ci, l’armée israélienne a lancé un programme pilote pour placer des femmes soldats dans des navires de guerre, a annoncé l’armée mercredi.

Six femmes participent au programme d’essai, où elles sont entraînées à servir sur les nouvelles corvettes Saar 6 de la marine israélienne, qui doivent être livrées l’année prochaine. Jusqu’à ce que les navires Saar 6 soient mis en service, les recrues femmes serviront sur les corvettes d’un Saar 5, navires de la génération précédente.

Jusqu’à présent, les femmes marins avaient seulement la permission de servir sur des bateaux de patrouille plus petits, et non pas sur la catégorie supérieure de Saar.

Cinq des participantes à l’essai ont commencé avec un programme d’entraînement basique de la marine la semaine dernière, dans la base de Haïfa, ville portuaire du nord. La sixième a été sélectionnée pour participer après s’être déjà engagée dans l’armée israélienne et rejoindra donc le programme pilote après que le reste de recrues aura achevé l’entraînement de base, a-t-on expliqué dans l’armée.

Le programme de la marine intervient plusieurs mois après que le corps des Blindés a réussi son propre programme pilote pour tester la viabilité du service féminin dans les tanks.

Selon le lieutenant colonel Avi Avsker, qui est responsable de l’entraînement des soldats qui servent dans la navires, les deux programmes ne sont pas liés, mais il évoque bien l’idée d’une mise en oeuvre d’un effort de parité au sein de Tsahal, afin d’écarter les considérations liées au genre et de focaliser l’intérêt sur des considérations « professionnelles » – savoir si une recrue peut ou non réaliser les tâches demandées à une poste, peu importe son sexe.

Illustration: des soldats s’entraînent sur la base de la marine israélienne à Haïfa, le 19 juin 2013. (Crédit : armée israélienne)

Les femmes recrues continueront leur entraînement de base aux côtés des hommes également destinés à servir sur des navires de guerre, tout en maintenant des espaces de vie et des salles de bain distincts, en respect des protocoles de l’armée, a déclaré Avsker.

Après un entraînement basique, les six femmes soldats seront divisées en deux groupes. Un groupe apprendra comment servir dans le centre de commandement et de contrôle de la corvette Saar 6, qui donne des informations sur ce qui se passe dans les eaux autour du navire. L’autre groupe apprendra à opérer les systèmes d’armement des navires.

A la fin de leur formation, au cours de laquelle elles pratiqueront des exercices sur simulateurs et passeront du temps sur les vrais navires, les recrues recevront le statut de lo’hem hod, soldat fer de lance, le plus haut niveau d’un soldat combattant dans Tsahal – le même que celui des soldats des grandes brigades d’infanterie.

Six recrues féminines dans la marine israélienne, lors d’un programme pilote, à Haïfa, en novembre 2018. (Crédit : armée israélienne)

« Elles s’occuperont de certains des systèmes d’armement les plus avancés à être utilisés non seulement en Israël, mais dans le monde », a déclaré Avsker, expliquant pourquoi les soldats qui servent ces navires reçoivent ce statut.

« Ils servent aussi en mer. Ce n’est pas anodin », a-t-il déclaré, en référence aux impondérables de la météo et aux autres menaces maritimes.

Les cinq soldates qui ont commencé l’entraînement basique de la marine la semaine dernière ont été sélectionnés pour le programme d’essai après qu’elles n’ont pas réussi à intégrer l’Académie de la Marine israélienne. La sixième avait été écartée de l’exigeant programme de pilotes de l’armée de l’Air israélienne.

Contrairement à l’essai du corps des Blindés plus tôt cette année, dont le but était de savoir si les femmes soldats pouvaient ou non supporter la rigueur du service dans un tank, mais pas nécessairement de voir les participantes continuer à y servir pour le reste de leur temps dans l’armée, les six soldates du programme de la marine doivent achever leur service à bord des corvettes Saar 6, selon Avsker.

Des Allemands travaillent sur une corvette Saar 6, à Kiel, en Allemagne / (Crédit : :armée israélienne)

Les navires de guerre Saar 6 sont construits à Kiel en Allemagne. La première corvette, qui sera appelée INS Magen, ou bouclier, doit être livrée à la fin 2019. Les trois autres – « Oz » signifiant « courage », « Atzma’ut » signifiant « indépendance », et « Nitza’hon » signifiant « victoire » – seront livrées au début 2021.

Les navires sont plus grands et plus puissants que les navires de guerre de classe Saar 5 – actuellement les plus gros d’Israël – et sont spécifiquement conçus pour protéger les champs gaziers et les gazoducs.

Des Allemands travaillent sur une corvette Saar 6, à Kiel, en Allemagne / (Crédit : :armée israélienne)

« L’arrivée des navires modifiera en profondeur le visage de la marine », a déclaré le chef de la marine israélienne, le général Eli Sharvit.

« La marine opérera des navires avec des nouvelles capacités que nous ne possédons pas actuellement », a-t-il dit.

Les navires de guerre, long de 90 mètres, seront rempli d’équipement de détection à très haute sensibilité – pour surveiller à la fois la mer et l’espace aérien environnant – mais aussi d’armes d’attaque et de missiles défensifs d’interception. Les corvettes seront aussi équipées avec héliport pouvant accueillir un hélicoptère Sikorsky SH-60 Seahawk.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...