Après un an de tractations, Netanyahu a signé l’accord sur le gaz
Rechercher

Après un an de tractations, Netanyahu a signé l’accord sur le gaz

Le Premier ministre a invoqué une clause jamais utilisée pour contourner la loi antitrust, disant que les champs de gaz sont indispensables à la sécurité d'Israël

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre) signe la clause 52 de la loi anti-trust pour approuver l'accord gazier, le 17 décembre 2015. (Crédit : Kobi Gidon / GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre) signe la clause 52 de la loi anti-trust pour approuver l'accord gazier, le 17 décembre 2015. (Crédit : Kobi Gidon / GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a signé aujourd’hui un accord sur les champs de gaz récemment découverts dans les eaux territoriales d’Israël en Méditerranée, en utilisant une clause controversée qui lui permet de contourner les autorités antitrust.

«J’ai décidé d’approuver l’accord sur le gaz», a déclaré Netanyahu lors d’un événement au parc éco-industriel de Ramat Hovav. « Il est essentiel pour notre sécurité, parce que nous ne voulons pas avoir seulement une centrale unique qui [risque d’être] la cible de tirs. »

« Il n’y a aucune chance de développer des champs de gaz supplémentaires sans l’accord gazier. C’est la seule façon « , a-t-il ajouté.

La signature vient après une année de rebondissements politiques pour essayer de contourner l’opposition de la Knesset et du public à l’accord, dont les critiques prétendent qu’il permettra de créer un monopole sur le marché du gaz et conduira à des prix trop élevés pour les consommateurs israéliens.

Netanyahu, qui est également le ministre de l’Economie, est déterminé à signer l’accord malgré un vote lundi à la commission des Affaires économiques de la Knesset qui a rejeté l’utilisation de l’article 52 de la loi sur les pratiques commerciales restrictives (antitrust) qui permet au ministre de l’Economie de contourner l’Autorité anti-monopole si des considérations de sécurité ou de politique étrangère le justifient. L’autorité avait statué que le consortium du développement du champ Leviathan risque de constituer un monopole.

L’accord ouvrira la voie aux travaux pour commencer à extraire du gaz de l’immense champ de gaz Leviathan au large des côtes d’Israël, et qui devrait transformer le pays en un grand exportateur énergétique.

Netanyahu a déclaré que la mesure va injecter des centaines de milliards dans les caisses israéliennes, bien que les activistes disent que l’accord avec le consortium américano-israélien est trop favorable à ses intérêts commerciaux.

Netanyahu a déclaré mercredi à la Knesset que l’argent serait dirigé vers des projets pour les pauvres, quelque jours d’Israël après la publication d’un rapport trouvé montrant l’absence de réponse à la pauvreté endémique dans le pays.

Le vote de la commission des Affaires économiques de la Knesset de lundi était non contraignant et Netanyahu devait utiliser la clause 52 jamais encore utilisée pour des raisons de sécurité.

Lors de la réunion de la commission, il a déclaré que l’extraction de gaz naturel allègerait la charge sur les centrales israéliennes existantes, qui ont été ciblées par des missiles pendant la guerre de l’été dernier avec le Hamas, et que les revenus compenseraient les coûts d’un éventuel boycott des produits israéliens.

Il a qualifié la question comme un élément clé pour l’existence future d’Israël.

Benjamin Netanyahu, au centre, et Yuval Steinitz, à droite, devant la commission des Affaires économiques de la Knesset le 8 décembre 2015. (Crédit : porte-parole de la Knesset)
Benjamin Netanyahu, au centre, et Yuval Steinitz, à droite, devant la commission des Affaires économiques de la Knesset le 8 décembre 2015. (Crédit : porte-parole de la Knesset)

Parlant lors de la réunion du groupe parlementaire du Likud à Jérusalem après le vote, le Premier ministre a déclaré aussi que l’accord proposé – qui accorde au groupes Delek d’Israël et Noble Energy des Etats-Unis les droits exclusifs de développer les exploitations de gaz substantielles – était « bon pour Israël » et essentiel pour sa sécurité énergétique.

Sans le plan, Netanyahu a dit que les champs ne seraient pas exploités, nécessitant ainsi des plates-formes de forage supplémentaires sur les sites existants et laisserait le pays plus vulnérable à des attaques. Les plates-formes « posent un risque en tant que cibles pour des frappes de missiles, » a-t-il expliqué.

En plus des considérations de sécurité, Netanyahu a déclaré que le nouvel accord sur le gaz fournirait des revenus supplémentaires pour des initiatives du gouvernement dans les domaines de la santé, la sécurité et l’éducation.

« Pour ces deux raisons, l’accord est une bonne chose, » a-t-il conclu, affirmant que « tous les professionnels dans le domaine » sont favorables à la proposition.

למדינה שמייצאת דברים קריטיים למדינות אחרות יש הרבה יותר עוצמה. היכולת שלנו לייצא גז מעצימה את כוחה של ישראל והופכת את ישראל לחסינה יותר מול לחצים בין-לאומיים ומול חרמות. מתווה הגז חיוני לביטחון ישראל, למעמדה הבין-לאומי ולכלכלה שלנו.

Posted by ‎Benjamin Netanyahu – בנימין נתניהו‎ on Tuesday, 8 December 2015

Melanie Lidman et Tamar Pileggi ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...