Après un revirement, Gaza ne veut plus des pastèques israéliennes
Rechercher

Après un revirement, Gaza ne veut plus des pastèques israéliennes

Après 3 jours d’importation, l’accord prend fin alors que les fermiers de Gaza ont accepté de vendre la production locale moins cher

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Un fermier palestinien récolte des pastèques dans le sud de la bande de Gaza, le 9 mai 2015. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Un fermier palestinien récolte des pastèques dans le sud de la bande de Gaza, le 9 mai 2015. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Le ministère gazaoui de l’Agriculture a mis fin dimanche à un accord éphémère surprenant avec Israël pour importer des pastèques dans l’enclave palestinienne.

Le ministère dirigé par le Hamas a déclaré sur sa page Facebook que l’accord avec Israël avait été annulé suite à un accord des fermiers gazaouis pour vendre moins cher leurs pastèques.

Mercredi, le ministère de l’Agriculture de la bande de Gaza avait approuvé le transfert de pastèques israéliennes dans l’enclave côtière après une restriction imposée par les Palestiniens de huit ans.

Une pénurie de terres cultivées pour les pastèques à Gaza a entraîné cette année une réduction des cultures, poussant les prix à la hausse sur le marché local.

En 2015, 4 500 dunhams [4,5 km²] étaient cultivés pour les pastèques, mais en 2016 ce nombre a chuté à 3 500 [3,5 km²], selon l’agence de presse palestinienne Maan.

Le ministère avait déclaré avoir approuvé l’import de pastèques en Israël pour une période de trois jours, pendant lesquels environ 600 tonnes de fruits sont entrées dans l’enclave palestinienne via le poste-frontière de Keren Shalom.

Bien qu’Israël maintienne un blocus à Gaza pour empêcher l’entrée de matériaux qui pourraient être utilisés pour construire l’infrastructure militaire de la zone contrôlée par le Gaza, des centaines de camions par jour apportent des produits qui passent la frontière.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...