Art loyal : Regev huée à une cérémonie artistique
Rechercher

Art loyal : Regev huée à une cérémonie artistique

La ministre de la Culture a déclaré que la loi était mal comprise, appelant le public à "boire un verre d'eau et se calmer"

Miri Regev, ministre de la Culture et des Sports, assiste à une réunion du comité de la Culture, des Sports et de l'Education à la Knesset, le 2 juillet 2018. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Miri Regev, ministre de la Culture et des Sports, assiste à une réunion du comité de la Culture, des Sports et de l'Education à la Knesset, le 2 juillet 2018. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

La ministre de la Culture Miri Regev a été huée lors d’une cérémonie à Petah Tikvah, par les membres du public qui protestaient contre son projet de loi controversé sur la loyauté des arts vis-à-vis de l’Etat.

« Il y a une limite à la liberté d’expression », a-t-elle déclaré pendant son allocution à la cérémonie de l’Israel Artists’ Association’s Lifetime Achievement Awards. « Oui à l’art et à la liberté d’expression, mais non à la liberté d’incitation. »

Regev a ajouté qu’elle estimait que la majeure partie du public avait mal compris sa loi sur la loyauté culturelle, expliquant qu’il porte sur quelque chose de « très spécifique ».

Les cris de « Pas de politique ! » ont été scandés dans l’auditorium pendant que l’acteur Yussuf Abu-Warda, lauréat du prix 2018 de l’IAA, a quitté la pièce pendant le discours de Regev.

« Cela n’a rien à voir avec l’art ou la critique », a-t-elle dit. « Financer une pièce sur le meurtre d’un soldat – non et non. »

« Voilà sur quoi porte la loi – ne vous méprenez pas. Je vous suggère de boire un verre d’eau et de vous calmer. Ceux qui voux racontent des histoires racontent des fake news. »

Regev a déjà fait l’objet d’accusation de censures par la communauté artistique israélienne depuis sa nomination au ministère de la Culture en 2015.

Plus tôt dans la journée de mardi, Regev s’était attirée les critiques des députés de l’opposition pour avoir fustigé la façon dont l’ancien chef d’Etat-major Benny Gantz a géré la guerre contre le Hamas en 2014.

La ministre de la Culture a déclaré sur Hadashot que Gantz n’était pas apte à devenir ministre de la Défense, citant un discours de 2014, au cours duquel il avait déclaré que les régions proches de Gaza étaient en sécurité, quelques heures avant qu’un obus de mortier lancé depuis l’enclave a touché une maison et tué le jeune Daniel Tragerman.

Daniel Tragerman (Autorisation)

« Le dernier accord de son mandat en tant que chef d’Etat-major remonte à sa déclaration autorisant les Israéliens à aller « cueillir des anémones » et Daniel Tragerman a été tué », a déclaré Regev.

« Les seuls capables de diriger la politique de sécurité sont le parti du Likud et [le Premier ministre Benjamin] Netanyahu. »

La cheffe de l’opposition Tzipi Livni a accusé Regev d’associer la mort de Tragerman à Gantz à des fins d’ascension politique.

Regev a répondu à « ceux qui ont la mémoire courte » qu’elle n’a pas accusé Gantz de la mort du jeune garçon, mais qu’elle a simplement « énoncé les faits tels qu’ils se sont passés ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...