Attaque de drones en Arabie: Pékin et Moscou appellent au calme
Rechercher

Attaque de drones en Arabie: Pékin et Moscou appellent au calme

Une attaque de drones, revendiquée par les Houthis, soutenus par l'Iran, a provoqué samedi des incendies dans deux installations pétrolières du groupe Aramco en Arabie saoudite

Capture d'écran d'une vidéo d'AFPTV montrant de la faumée qui s'élève au-dessus de l'usine pétrolière Aramco, à environ 60 kms au sud-ouest de  Dhahran, dans la province orientale de l'Arabie saoudite, le 14 septembre 2019  (Crédit : AFP)
Capture d'écran d'une vidéo d'AFPTV montrant de la faumée qui s'élève au-dessus de l'usine pétrolière Aramco, à environ 60 kms au sud-ouest de Dhahran, dans la province orientale de l'Arabie saoudite, le 14 septembre 2019 (Crédit : AFP)

La Chine a exhorté lundi l’Iran et les Etats-Unis à la « retenue », suite aux accusations de Washington tenant Téhéran pour responsable d’une attaque de drones contre des installations pétrolières saoudiennes, revendiquée par des rebelles yéménites pro-Iran.

« En l’absence d’une enquête incontestable qui permette de tirer des conclusions, il n’est peut-être pas responsable d’imaginer qui doit être tenu pour responsable » de cet incident, a déclaré Hua Chunying, une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Une attaque de drones a provoqué samedi des incendies dans deux installations pétrolières du groupe Aramco en Arabie saoudite, obligeant ce pays, premier exportateur mondial d’or noir, à réduire temporairement de moitié sa production.

Les rebelles yéménites Houthis, soutenus par l’Iran et qui font face depuis cinq ans à une coalition militaire menée par Ryad, ont revendiqué ces attaques.

Le secrétaire d’État américain Michael Pompeo lors d’une conférence de presse avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 20 mars 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

L’incident a été « fermement » condamné par la Maison Blanche. Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a accusé Téhéran d’avoir « lancé une attaque sans précédent contre l’approvisionnement énergétique mondial ».

Du côté iranien, le porte-parole de la diplomatie, Abbas Moussavi, a estimé que les remarques américaines sont destinées à « écorner la réputation d’un pays afin de créer un cadre pour de futures actions contre lui ».

Les tensions entre les deux pays sont exacerbées depuis que les Etats-Unis se sont retirés unilatéralement en 2018 de l’accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015, avant de rétablir des sanctions économiques contre Téhéran.

« Nous invitons les parties concernées à s’abstenir de prendre des mesures qui conduiraient à une escalade des tensions dans la région », a indiqué Hua Chunying lors d’une conférence de presse régulière.

« Nous espérons que les deux parties pourront faire preuve de retenue et préserver ensemble la paix et la stabilité au Moyen-Orient », a souligné Mme Hua, dont le pays est membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU.

Les tensions entre l’Iran et les Etats-Unis ont déjà menacé de tourner à l’affrontement militaire direct en juin, après que la République islamique eut abattu un drone américain.

La Russie a aussi appelé lundi la communauté internationale à « ne pas tirer de conclusions hâtives » après l’attaque de drones contre des installations pétrolières saoudiennes revendiquée par des rebelles yéménites et pour laquelle Washington accuse l’Iran.

« Nous appelons tous les pays à s’abstenir de toute action ou conclusion hâtive à même d’aggraver la situation mais, au contraire, à maintenir une ligne qui aidera à l’apaiser », a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

« Cet incident est une histoire très déplaisante avec des conséquences très déplaisantes pour les marchés mondiaux » du pétrole, a poursuivi M. Peskov, disant espérer que « l’Arabie saoudite sera en mesure de venir à bout des dégâts le plus tôt possible ».

Le président russe Vladimir Poutine doit se rendre en octobre pour une visite officielle en Arabie Saoudite, dont la date sera annoncée prochainement, a ajouté le porte-parole du Kremlin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...