Au procès Méric, le tatouage, entre symboles nazis et esthétique
Rechercher

Au procès Méric, le tatouage, entre symboles nazis et esthétique

Trois anciens skinheads, jugés aux assises de Paris pour la mort de Clément Méric, racontent un ralliement à une cause épousée à l'adolescence "difficile à quitter"

Esquisse du procès de Samuel Dufour (à gauche) d'Esteban Morillo (centre) et d'Alexandre Eyraud (droite) pour le meurtre de Clément Méric, à la Cour d'Assises de Paris, le 4 septembre 2018. (Crédit : AFP/ Benoit PEYRUCQ)
Esquisse du procès de Samuel Dufour (à gauche) d'Esteban Morillo (centre) et d'Alexandre Eyraud (droite) pour le meurtre de Clément Méric, à la Cour d'Assises de Paris, le 4 septembre 2018. (Crédit : AFP/ Benoit PEYRUCQ)

Références à Hitler et aux suprémacistes blancs: les tatouages des trois anciens skinheads, jugés aux assises de Paris pour la mort de l’étudiant antifasciste Clément Méric, racontent un ralliement à une cause épousée à l’adolescence « difficile à quitter ».

Esteban Morillo, Samuel Dufour et Alexandre Eyraud ont tous les trois la même toile d’araignée sur le coude: témoignage d’une amitié de cinq ans entre skinheads pour l’un, juste le tatouage « que tout le monde avait » au Local, le bar où la mouvance d’extrême droite se retrouvait, pour un autre.

Certains ont aussi des croix celtiques, un poing orné des chiffres « 88 » pour la huitième lettre de l’alphabet, formant les initiales « HH » pour « Heil Hitler », et des devises vantant la suprématie blanche ou l’idéologie nazie.

Comme « Honneur et Fidélité »: des mots qui figuraient sur le ceinturon des Waffen SS, les escadrons d’élite nazis, a relevé l’avocat général.

Samuel Dufour, l’un des trois anciens skinheads, jugés aux assises de Paris pour la mort de l’étudiant antifasciste Clément Méric, à la Cour d’Assises de Paris, le 4 septembre 2018. (Crédit : AFP/Thomas SAMSON)

Ou encore « Sang et honneur », que Dufour porte sur le bras gauche. Il a expliqué qu’il y avait aussi « Force et Honneur » mais qu’il avait préféré la référence au sang, « à la famille » plutôt qu’à la force: « Je savais que c’était rattaché à un parti nazi, mais moi je n’étais pas nazi, alors ça ne me posait pas de problème ».

Le nombre « 14 », que porte Eyraud, est, a rappelé un avocat de la partie civile, la référence à 14 mots du suprémaciste blanc américain David Lane: « Nous devons assurer la défense de notre peuple et un avenir aux enfants blancs ». L’ex-skinhead a affirmé qu’à l’époque, il ne connaissait pas « le sens de tous ces trucs ».

Esteban Morillo, l’un des trois anciens skinheads, jugés aux assises de Paris pour la mort de l’étudiant antifasciste Clément Méric, à la Cour d’Assises de Paris, le 4 septembre 2018. (Crédit : AFP/Eric FEFERBERG)

A l’instar d’Esteban Morillo, qui a fait recouvrir le « Travail, famille, patrie » qui ornait son avant-bras droit après avoir « découvert » la référence à Vichy, le régime français qui collabora avec l’Allemagne nazie. Et aussi le « trident » qu’il avait sur le coeur, symbole prisé du groupuscule d’ultradroite Troisième voie – dissous après la mort de Méric.

La justice cherche à comprendre les actes et convictions qui ont conduit ces jeunes devant la cour d’assises où ils encourent entre 5 ans, pour Eyraud, et 20 ans de prison pour les deux autres.

Plus que les autres, Dufour assume son engagement « patriote » et « nationaliste ».

Alexandre Eyraud, l’un des trois anciens skinheads, jugés aux assises de Paris pour la mort de l’étudiant antifasciste Clément Méric, à la Cour d’Assises de Paris, le 4 septembre 2018. (Crédit : AFP/Eric FEFERBERG)

Mais il parle aussi de tocades au parfum d’enfance: après la toile d’araignée, il dédie son bras droit à Tim Burton, se faisant imprimer les titres de plusieurs de ses films, dont « L’Etrange Noël de monsieur Jack ». Morillo a lui choisi une femme dans une coupe de champagne, « pour l’esthétique ». Eyraud un skin crucifié, « référence aux propos de Margaret Thatcher » qui aurait dit en 1975: « les skins, il faut tous les crucifier ».

Parfois tout se mêle. Dufour a un petit cochon ailé, « suggestion de (son) tatoueur », qui rappelle le motif d’une bague qu’il portait le jour de la rixe. « Parce que j’aime le cochon » dit-il. Encore un symbole prisé de l’extrême droite allemande, qui signe ses attentats en laissant cette image, affirme la partie civile.

Ils ont « quitté les skinheads » mais l’encre reste et il est « difficile de quitter » cette mouvance, concède l’un d’eux. Seul Morillo a fait recouvrir ses tatouages, peu avant le procès.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...