Israël en guerre - Jour 260

Rechercher

Au sommet arabe, l’Iran prône sa solution : « la Palestine, de la rivière à la mer »

Les dirigeants musulmans dénoncent les "crimes" israéliens ; mais certaines nations opposant leur veto à une position plus sévère à l'égard de Jérusalem

De gauche à droite : Le président syrien Bashar el-Assad, le Premier ministre intérimaire libanais Najib Mikati, le président égyptien Abdel Fatah al-Sissi alors qu'ils suivent le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, devant à droite, et le président iranien Ebrahim Raïssi, derrière à droite, lors d'un sommet d'urgence de la Ligue arabe et de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) à Ryad, le 11 novembre 2023. (Crédit : Présidence iranienne/AFP)
De gauche à droite : Le président syrien Bashar el-Assad, le Premier ministre intérimaire libanais Najib Mikati, le président égyptien Abdel Fatah al-Sissi alors qu'ils suivent le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, devant à droite, et le président iranien Ebrahim Raïssi, derrière à droite, lors d'un sommet d'urgence de la Ligue arabe et de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) à Ryad, le 11 novembre 2023. (Crédit : Présidence iranienne/AFP)

Réunis samedi dans la capitale saoudienne, les dirigeants arabes et le président iranien ont fermement condamné les actions d’Israël dans sa guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza, l’accusant de crimes et de terrorisme contre le peuple palestinien.

Mais les résultats du sommet ont également mis en évidence les divisions régionales sur la manière de répondre à la guerre, même si l’on craint qu’elle n’attire d’autres pays.

La déclaration finale de samedi a rejeté les affirmations d’Israël selon lesquelles il agit en état de légitime défense et a exigé que le Conseil de Sécurité Nationale (NSC) adopte « une résolution décisive et contraignante » pour mettre fin à « l’agression » d’Israël. Il a également demandé l’arrêt des ventes d’armes à Israël et rejeté d’emblée toute résolution politique future du conflit qui maintiendrait la bande de Gaza séparée de la Cisjordanie.

Dans le même temps, plusieurs pays ont rejeté l’idée de réagir à la guerre en menaçant d’interrompre l’approvisionnement en pétrole d’Israël et de ses alliés et de rompre les liens économiques et diplomatiques que certains pays de la Ligue arabe entretiennent avec Israël.

Selon la Douzième chaîne, le projet de résolution le plus radical aurait demandé d’empêcher le transfert d’équipements américains vers Israël à partir de bases situées dans des pays arabes, de geler tous les liens diplomatiques et économiques avec Israël, de menacer d’utiliser le pétrole comme moyen de pression sur Israël, à l’instar de l’embargo pétrolier de 1972, d’empêcher les vols à destination et en provenance d’Israël d’utiliser l’espace aérien des pays arabes et de former une mission conjointe pour faire pression sur les pays occidentaux en faveur d’un cessez-le-feu.

Les pays qui ont voté contre ces clauses sont l’Égypte, la Jordanie, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Soudan, le Maroc, la Mauritanie et Djibouti.

Le gouverneur adjoint de la région de Ryad, le prince Mohammed bin Abdulrahman bin Aabdulaziz, à droite, saluant le président iranien Ebrahim Raïssi à son arrivée à Ryad, avant le début d’une réunion d’urgence de la Ligue arabe et de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), le 11 novembre 2023. (Crédit : Présidence iranienne/AFP)

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, dirigeant de facto du royaume du Golfe, a déclaré que le royaume « tient les autorités d’occupation [israéliennes] pour responsables des crimes commis contre le peuple palestinien ».

« Nous sommes certains que le seul moyen de garantir la sécurité, la paix et la stabilité dans la région est de mettre fin à l’occupation, au siège et aux implantations », a-t-il déclaré à propos des actions d’Israël à Gaza et en Cisjordanie.

Le président iranien Ebrahim Raïssi, surnommé « le boucher de Téhéran », qui se rendait pour la première fois en Arabie saoudite depuis que les deux pays ont renoué leurs liens en mars, a déclaré que les pays islamiques devraient désigner l’armée israélienne comme une « organisation terroriste » pour son comportement à Gaza.

Raïssi a déclaré lors du sommet que la seule solution au conflit était la création d’un État palestinien « du fleuve à la mer », c’est-à-dire l’élimination de l’État d’Israël.

« Nous voulons prendre une décision historique et décisive concernant ce qui se passe dans les Territoires palestiniens. Les meurtres de civils et les bombardements d’hôpitaux sont certaines des manifestations des crimes israéliens à Gaza. Aujourd’hui, chacun doit décider de quel côté il se trouve », a-t-il déclaré, appelant à armer les Palestiniens.

Le président iranien Ebrahim Raisi, 11e à droite, posant pour un portrait de groupe avant le début d’une réunion d’urgence de la Ligue arabe et de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), à Ryad, en Arabie saoudite, le 11 novembre 2023. (Crédit : Présidence iranienne/AFP)

Il a également demandé des sanctions et un boycott énergétique à l’encontre d’Israël, l’inculpation d’Israël et des États-Unis à La Haye et l’envoi d’inspecteurs internationaux dans les installations nucléaires israéliennes.

La réunion d’urgence de la Ligue arabe et de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) intervient plus d’un mois après le début de la guerre à Gaza, qui a éclaté à la suite du massacre sanglant perpétré par le Hamas le 7 octobre dans les communautés du sud, au cours duquel les terroristes palestiniens ont massacré 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et pris plus de 240 otages.

L’incursion aérienne et terrestre menée ensuite par Israël contre les infrastructures du Hamas aurait fait plus de 11 000 morts, selon le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste ne peuvent pas être vérifiés de manière indépendante, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

Israël affirme vouloir éradiquer le Hamas et accuse le groupe terroriste palestinien d’utiliser des civils comme boucliers humains.

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, à droite, rencontrant le président iranien Ebrahim Raissi lors d’une réunion d’urgence de la Ligue arabe et de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), à Ryad, le 11 novembre. (Crédit : Présidence iranienne/AFP)

Divisions régionales

La Ligue arabe et l’OCI, un bloc de 57 membres dont fait partie l’Iran, devaient à l’origine se réunir séparément.

Des diplomates arabes ont expliqué à l’AFP que la décision de fusionner les réunions avait été prise après que les délégations de la Ligue arabe eurent échoué à s’entendre sur une déclaration finale.

Certains pays, dont l’Algérie et le Liban, ont proposé de répondre à la dévastation de Gaza en menaçant d’interrompre l’approvisionnement en pétrole d’Israël et de ses alliés, ainsi que de rompre les liens économiques et diplomatiques que certaines nations de la Ligue arabe entretiennent avec Israël, ont indiqué les diplomates.

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane regardant vers le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le président turc Recep Tayyip Erdogan et le président iranien Ebrahim Raïssi alors qu’ils sont alignés avec d’autres dirigeants pour une photo de famille lors d’un sommet d’urgence de la Ligue arabe et de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) à Ryad, le 11 novembre. (Crédit : Présidence iranienne/AFP)

Toutefois, au moins trois pays – dont les Émirats arabes unis et Bahreïn, qui avaient normalisé leurs liens avec Israël en 2020 – ont rejeté la proposition, selon les diplomates qui ont parlé sous le couvert de l’anonymat.

Avant la réunion, le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien a déclaré qu’il ne « s’attendait pas à ce que quelque chose » en sorte, critiquant les dirigeants arabes pour ce retard.

« Nous ne plaçons pas nos espoirs dans de telles réunions, car nous avons vu leurs résultats depuis de nombreuses années », a déclaré Mohammad al-Hindi, secrétaire général adjoint du groupe terroriste, lors d’une conférence de presse à Beyrouth.

« Le fait que cette conférence se tienne après 35 jours (de guerre) est une indication de ses résultats. »

Israël et son principal soutien, les États-Unis, ont jusqu’à présent rejeté les demandes de cessez-le-feu, affirmant que cela reviendrait à donner la victoire au Hamas. Cette position a suscité de vives critiques samedi.

« Les États-Unis ont empêché le cessez-le-feu à Gaza et élargissent la portée de la guerre », a déclaré Raïssi avant de quitter Téhéran.

Le gouverneur adjoint de la région de Ryad, le prince Mohammed bin Abdulrahman bin Aabdulaziz, à droite, recevant le président turc Recep Tayyip Erdogan à son arrivée à Ryad, avant le début d’une réunion d’urgence de la Ligue arabe et de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), le 11 novembre 2023. (Crédit : Présidence iranienne/AFP)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré lors du sommet « qu’il est honteux que les pays occidentaux, qui parlent toujours des droits de l’Homme et des libertés, restent silencieux face aux massacres en cours en Palestine ».

Il a appelé Israël à être tenu responsable de ses « crimes » et à « dévoiler les armes nucléaires qui sont entre les mains d’Israël ».

Selon des estimations étrangères, Israël disposerait d’une cache d’armes nucléaires allant de plusieurs dizaines à plusieurs centaines d’ogives. Mais Israël n’a jamais reconnu officiellement posséder un arsenal nucléaire, préférant maintenir une politique « d’ambiguïté nucléaire ».

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a quant à lui déclaré que Washington avait « la plus grande influence sur Israël » et « porte la responsabilité de l’absence de solution politique » au conflit.

Il a affirmé que les Palestiniens subissaient un « génocide » de la part d’Israël et a exhorté le Conseil de sécurité des Nations unies à intervenir pour mettre fin à l’incursion à Gaza et promettre l’entrée de l’aide dans la bande de Gaza.

« Nous n’accepterons pas de solutions militaires et sécuritaires après que toutes ont échoué, et après que les autorités de l’occupation ont sapé la solution des deux États et l’ont remplacée par l’approfondissement des implantations, la politique d’annexion, le nettoyage ethnique et la discrimination raciale en Cisjordanie et à Jérusalem », a-t-il ajouté.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a appelé à un cessez-le-feu immédiat dans le conflit et a dénoncé ce qu’il a qualifié de « punition collective à Gaza ».

« La communauté internationale porte la responsabilité d’un cessez-le-feu à Gaza. Nous appelons à la fin des déplacements forcés des habitants de Gaza et à l’entrée de l’aide humanitaire », a-t-il déclaré, tout en soulignant la nécessité d’une solution à deux États et d’une enquête sur les violations présumées du droit international dans l’enclave.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, au centre, arrivant en Arabie saoudite le 10 novembre 2023, avant un sommet sur la guerre entre Israël et le Hamas. (Crédit : Thaer Ghanaïm/PPO/AFP)

Le président iranien à Ryad

L’émir du Qatar, le cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, et le dictateur syrien Bashar el-Assad, qui a été réintégré dans le giron arabe cette année après une longue rupture liée à la guerre civile dans son pays, figuraient également sur la liste des participants au sommet de samedi.

Raïssi est le premier président iranien à se rendre en Arabie saoudite depuis que Mahmoud Ahmadinejad avait participé à une réunion de l’OCI en 2012.

L’Iran soutient le Hamas ainsi que le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah et les rebelles houthis du Yémen, ce qui le place au centre des préoccupations concernant l’extension de la guerre.

Le conflit a déjà donné lieu à des échanges transfrontaliers entre l’armée israélienne et le Hezbollah, et les Houthis ont revendiqué la responsabilité de « missiles balistiques » qui, selon les rebelles, visaient le sud d’Israël.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.