Australie : Un groupe anti-haine condamne la vente du domaine web ‘Adolf Hitler’
Rechercher

Australie : Un groupe anti-haine condamne la vente du domaine web ‘Adolf Hitler’

L'Anti-Defamation Commission a indiqué avoir porté plainte et s'être entendu dire par Netfleet, un registre internet, que "vous pouvez surenchérir vous-même" sur le nom de domaine

Photo d'illustration : Le leader nazi Adolf Hitler lors d'un discours à Berlin, le 28 septembre 1937 (Crédit : AP Photo)
Photo d'illustration : Le leader nazi Adolf Hitler lors d'un discours à Berlin, le 28 septembre 1937 (Crédit : AP Photo)

Une organisation australienne de lutte contre le racisme a vertement critiqué, dimanche, deux firmes du pays après la mise aux enchères par leurs services du nom de domaine internet « AdolfHitler.com.ua ».

L’ADC (Anti-Defamation Commission), qui se décrit comme étant « la principale organisation de lutte contre la haine d’Australie », a fustigé les registres de domaines internet Netfleet et Drop pour avoir mis ce nom à la vente, craignant qu’il puisse être utilisé pour créer un site faisant la promotion de convictions antisémites ou suprématistes blanches.

La vente a eu lieu vendredi, seulement vingt-quatre heures après que des douzaines de dirigeants étrangers se sont réunis à Jérusalem pour marquer le 75è anniversaire de la libération du camp de la mort d’Auschwitz.

« Netfleet.com.au et drop.com.au devraient avoir honte pour ce qui ne peut être décrit autrement qu’allant au-delà de ce qui est offensant, au-delà de la normalité et au-delà de l’insensibilité », lit-on dans un communiqué du président de l’ADC, le docteur Dvir Abramovich.

Le nom de domaine Adolfhitler.com.au a été vendu lors d’une vente aux enchères en Australie, le 24 janvier 2020 mais il ne paraît pas encore être en fonctionnement (Capture d’écran)

« Comment peut-on se montrer si dur, si indifférent face aux crimes barbares commis par Hitler et afficher ainsi zéro respect pour les sentiments des survivants de la Shoah en plaçant les profits au-delà de la moralité ? », s’interroge le communiqué.

« J’appelle ces deux entreprises à faire une introspection dans leur cœur, à réfléchir à leurs valeurs et à présenter des excuses pour le mal et pour le chagrin dont elles sont à l’origine. Nous les appelons également à garantir que des noms de domaine d’une telle immondice ne seront plus jamais proposés à la vente », a continué Abramovich.

Aucune des deux firmes n’a publié de déclaration sur la vente sur leurs comptes respectifs, sur les réseaux sociaux – même si l’ADC a cité un représentant de Netfleet qui, selon le groupe, a déclaré que l’organisation de lutte contre la haine était la bienvenue « pour surenchérir elle-même, et vous serez ainsi propriétaire du domaine ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...