Bader Ginsburg : je ne veux même pas envisager Trump à la présidence
Rechercher

Bader Ginsburg : je ne veux même pas envisager Trump à la présidence

La juge juive de la Cour suprême reproche au Sénat de ne pas tenir d’audiences pour le candidat Merrick Garland

La juge de la Cour suprême américaine Ruth Bader Ginsburg (Crédit : Autorisation du gouvernement américain)
La juge de la Cour suprême américaine Ruth Bader Ginsburg (Crédit : Autorisation du gouvernement américain)

La juge de la Cour suprême Ruth Bader Ginsburg a déclaré dans une interview publiée samedi qu’elle « ne peut pas imaginer ce que serait le pays » avec Donald Trump comme président, ajoutant qu’elle ne « [veut ]même pas envisager » les implications pour la Cour.

Ginsburg a également réprimandé le Sénat dans son interview au New York Times pour avoir refusé de prendre des actions par rapport au candidat à la Cour suprême du président Barack Obama, Merrick Garland, qui est également Juif.

Au sujet de Trump, le candidat républicain présumé, elle a déclaré : « Je ne peux pas imaginer ce que cet endroit serait – je ne peux pas imaginer ce que le pays serait – avec Donald Trump comme président. Pour le pays, cela pourrait être quatre ans. Pour le tribunal, cela pourrait être – je ne veux même pas envisager cela ».

Ginsburg a dit que la possibilité que Trump gagne l’élection présidentielle en novembre lui rappelait une chose que son défunt mari, Martin, aurait pu dire.

Merrick Garland à la Maison Blanche, aux côtés de Barack Obama, à droite, et Joe Biden, a gauche, le 16 mars 2016 (Crédit : Capture d'écran YouTube / WH.gov)
Merrick Garland à la Maison Blanche, aux côtés de Barack Obama, à droite, et Joe Biden, a gauche, le 16 mars 2016 (Crédit : Capture d’écran YouTube / WH.gov)

« Maintenant il est temps pour nous de partir en Nouvelle-Zélande », l’a-t-elle cité lors de l’interview dans son cabinet d’avocat.

En ce qui concerne Garland, qui est actuellement chef de la Cour d’appel américaine pour le District du Columbia, Ginsburg a déclaré que le Sénat a l’obligation de tenir des audiences et un vote sur la nomination. Garland a été désigné en mars mais le Sénat n’a pas encore tenu d’audience sur ses lettres de créance.

« C’est leur travail », a-t-elle dit. « Il n’y a rien dans la Constitution qui dit que le président cesse d’être président sa dernière année ».

S’il est confirmé, Garland deviendrait le quatrième juge juif du plus important tribunal du pays, qui est entièrement composé de Juifs et de Catholiques. Avec Ginsburg, les autres membres Juifs sont Elena Kagan et Stephen Breyer.

Le candidat républicain à la présidentielle Donald Trump fait signe à la foule après son rassemblement de campagne au Centre de convention de Sharonville le 6 juillet 2016, à Cincinnati, Ohio (Crédit : John Sommers II/Getty Images/AFP)
Le candidat républicain à la présidentielle Donald Trump fait signe à la foule après son rassemblement de campagne au Centre de convention de Sharonville le 6 juillet 2016, à Cincinnati, Ohio (Crédit : John Sommers II/Getty Images/AFP)

« Je pense qu’il a à peu près autant de qualifications que tout autre candidat à cette cour », a déclaré Ginsburg au sujet de Garland. Il est « super intelligent et très agréable, [c’est] très facile de travailler [avec lui]. Et très bien préparé. Ce serait un collègue formidable ».

Ginsburg, 83 ans, qui a deux fois été traitée pour cancer et est immédiatement retournée au tribunal, a dit qu’elle ne voulait pas quitter son emploi « aussi longtemps que je peux le faire à bouchées doubles ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...