Rechercher

Bennett et les responsables de santé en désaccord sur les restrictions COVID

Le Premier ministre aurait remis en question la requête du groupe d'experts pour des plafonds plus stricts pour les rassemblements, déjà soumis aux règles du passeport vaccinal

Des passants, certains portant des masques, au marché Mahane Yehuda à Jérusalem le 20 Septembre 2021. (Olivier Fitoussi / Flash90)
Des passants, certains portant des masques, au marché Mahane Yehuda à Jérusalem le 20 Septembre 2021. (Olivier Fitoussi / Flash90)

Le gouvernement et les responsables de la santé semblent être en désaccord sur l’imposition de restrictions supplémentaires contre le coronavirus. Vendredi, le Premier ministre Naftali Bennett aurait décidé de ne pas limiter davantage les rassemblements.

Selon le site d’information Walla, la décision de Bennett s’est heurtée à l’opposition des responsables du ministère de la Santé, qui font pression pour des restrictions plus strictes sur les rassemblements.

Lors d’une réunion jeudi, Bennett a mis en doute les prévisions selon lesquelles la morbidité pourrait continuer à augmenter et a demandé pourquoi les rassemblements, qui nécessitent déjà un passeport vaccinal, devraient être davantage restreints, a rapporté la Radio de l’armée, citant des sources anonymes ayant assisté à la réunion.

En vertu des règles du Pass vert, l’entrée dans les entreprises et aux événements est limitée aux personnes ayant une preuve de vaccination, de guérison de la COVID-19, ou un test négatif.

Le reportage n’indique pas clairement qui a présenté ces prévisions. Un panel d’experts, qui conseille le gouvernement, a appelé à des restrictions plus strictes sur les rassemblements lors de cette réunion, tandis que les chercheurs de l’Université hébraïque ont présenté des modèles prédisant une baisse prochaine du nombre de nouvelles infections quotidiennes et de cas graves.

En parallèle, un responsable gouvernemental anonyme a attaqué la Dr. Sharon Alroy-Preis, directrice de la santé publique du ministère de la Santé, qui a fait pression pour des mesures plus restrictives de lutte contre la pandémie.

« La conduite de Sharon Alroy-Preis dépasse toutes les limites », a déclaré le responsable anonyme, cité par la Douzième chaîne.

La Dr. Sharon Alroy-Preis, directrice du service de la santé publique au ministère de la Santé, s’exprime lors d’une conférence de presse à Jérusalem, le 23 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Le responsable a également accusé Alroy-Preis de répandre « la peur et la panique » dans ses interviews avec les médias.

« Ce qui lui est arrivé, c’est ce qui est arrivé à d’autres au ministère de la Santé. Elle est tombée victime des prophéties furieuses et du manque de contrôle sur les données », a déclaré le responsable. « Il y a un ordre du jour ici. L’attitude d’Alroy-Preis n’est pas professionnelle. »

Cependant, des ministres non-nommés ont défendu Alroy-Preis dans des commentaires qu’ils ont accordés à la Treizième chaîne, la qualifiant de professionnelle.

Les ministres ont également déclaré que le ministère de la Santé avait soulevé la question de limiter davantage les rassemblements mais n’avait pas insisté pour voter davantage de restrictions.

Au cours de la réunion de jeudi, le panel consultatif gouvernemental aurait exhorté les ministres à reconsidérer leur approche de la pandémie, appelant à une politique plus active pour réduire la morbidité grave et exhortant à davantage de restrictions sur les rassemblements.

Mais des chercheurs de l’Université hébraïque ont également présenté une étude prédisant que le nombre de nouveaux cas diminuerait au cours des 10 prochains jours, suivi d’une baisse des cas graves, alors que les règles mises à jour du Pass vert exigeant des injections de rappel entreront en vigueur le mois prochain.

Un Israélien prend un selfie tout en recevant le troisième vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 dans un centre de vaccination contre le coronavirus à Ramat Gan, le 30 août 2021. (Crédit : AP Photo / Oded Balilty)

Les chercheurs s’interrogent également sur l’intérêt de limiter les événements où l’entrée est déjà réservée aux détenteurs d’un Pass vert.

La quatrième vague d’infections en Israël a enregistré un nombre record de cas quotidiens, mais les hospitalisations sont restées plus faibles que lors des vagues précédentes de l’épidémie, ce que les experts attribuent au taux de vaccination élevé dans le pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...