Rechercher

Bennett: les négociations entre Kiev et Moscou progressent mais des écarts subsistent

Le Premier ministre, en réponse au discours grinçant de Zelensky, a déclaré que la gestion de la crise ukrainienne par Israël était "délicate, bienveillante et responsable"

Le Premier ministre Naftali Bennett lors d'une conférence organisée par le site d'information Ynet à Jérusalem, le 21 mars 2022. (Capture d'écran)
Le Premier ministre Naftali Bennett lors d'une conférence organisée par le site d'information Ynet à Jérusalem, le 21 mars 2022. (Capture d'écran)

Le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré, lundi, que s’il y avait des avancées réalisées dans les négociations de cessez-le-feu entre la Russie et l’Ukraine – l’État juif tient un rôle de médiation dans ces pourparlers – des écarts « très importants » subsistaient entre les positionnements des deux parties.

« Nous continuerons, avec les autres pays, à tenter de mettre un terme à cette guerre », a dit Bennett.

« Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir parce qu’il y a des questions controversées et certaines sont fondamentales. Récemment, des progrès ont été enregistrés dans ces négociations mais les écarts restent très importants », a-t-il commenté lors d’une conférence qui était organisée par le site d’information Ynet.

Selon des informations qui ont été transmises la semaine dernière par le Financial Times, Bennett a été « le médiateur international majeur » au cours de ces pourparlers.

Bennett a aussi répondu lors de cette conférence au discours grinçant du président ukrainien Volodymyr Zelensky qui s’est exprimé devant les députés de la Knesset via Zoom, dimanche, une allocution pendant laquelle il a invoqué de manière répétée la Shoah.

Bennett a estimé que s’il ne fallait pas faire de comparaison entre la Shoah et toutes les tragédies vécues par les peuples, il comprenait la souffrance des Ukrainiens.

« Son pays et son peuple sont en train de vivre une guerre très violente », a indiqué Bennett. « Des centaines et des centaines de morts, des millions de réfugiés. Je ne peux pas seulement m’imaginer ce que ce président en train de vivre ».

« Je pense toutefois que la Shoah ne peut pas être comparée à quoi que ce soit d’autre », a-t-il continué.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky prononce son discours en visioconférence, le 21 mars 2022. (Crédit : Capture d’écran)

Zelensky a critiqué avec amertume Jérusalem dans son allocution prononcée devant les députés israéliens dimanche, invoquant la Shoah à de multiples reprises et critiquant l’État juif pour son incapacité à fournir des armes à son pays et à imposer des sanctions à la Russie.

Mais il est ultérieurement revenu sur ces propos, remerciant Bennett pour son rôle de médiateur dans un discours prononcé pendant la nuit.

« Le Premier ministre d’Israël, Naftali Bennett, tente de trouver un moyen d’organiser des négociations. Nous lui en sommes reconnaissants. Nous sommes reconnaissants pour ses efforts livrés de manière à ce que tôt au tard, nous puissions lancer des discussions avec la Russie, peut-être à Jérusalem », a déclaré Zelensky selon une traduction de Reuters.

Lundi dans la matinée, Bennett a insisté sur le fait qu’Israël avait apporté une aide considérable à l’Ukraine, à un niveau supérieur à la plupart des autres pays, tout en tentant de trouver un équilibre avec un certain nombre de « considérations complexes ».

S’exprimant à l’aéroport Ben Gurion, où une délégation israélienne se préparait à partir pour déployer un hôpital de campagne en Ukraine, Bennett a expliqué que « cela fait plusieurs semaines qu’Israël s’est mobilisé, et ce dès le premier moment, pour tendre la main à l’Ukraine en envoyant des aides par des canaux variés dans le cadre du conflit ».

Israël travaille également « à d’autres dimensions ; il n’y a pas énormément de pays qui travaillent à une telle échelle », a-t-il ajouté.

L’Ukraine a critiqué Israël pour son incapacité à fournir des armes – ou même des équipements défensifs comme des casques ou des gilets pare-balles – depuis le début de l’invasion russe.

Le Premier ministre Naftali Bennett à la cérémonie marquant le départ d’une délégation israélienne à destination de la Russie qui déploiera un hôpital de campagne en Ukraine, à l’aéroport Ben Gurion, le 21 mars 2022. (Crédit : Haim Zach / GPO)

L’État juif, de son côté, a cherché à éviter de contrarier la Russie dont la présence est forte en Syrie – un territoire où Israël mène des opérations militaires contre les groupes liés à l’Iran.

« Nous gérons cette crise malheureuse de manière délicate, bienveillante et responsable tout en tentant de trouver l’équilibre entre des considérations variées – qui sont complexes », a continué Bennett.

Le Premier ministre a souligné que des avions chargés d’aide humanitaire avaient été envoyés en Ukraine et que le pays avait ouvert ses portes aux immigrants juifs ukrainiens et à certains réfugiés non-juifs.

« Je veux le dire de la manière la plus claire possible : le peuple israélien peut être fier de l’aide et de l’assistance apportées par Israël à l’Ukraine », a-t-il affirmé.

Également présent à l’aéroport, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a indiqué que les Israéliens « doivent savoir qu’Israël ne garde pas le silence. Là où il y a la souffrance, l’horreur, nous tendrons une main réconfortante et nous ferons tout ce qui est possible pour aider ».

« Avec cet hôpital, nous n’envoyons pas seulement les meilleurs soignants du monde mais nous envoyons aussi nos cœurs, notre soutien, nous envoyons ce que nous sommes. Cette guerre est cruelle, elle n’était pas nécessaire et elle doit s’arrêter », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...