Bennett renonce t-il à l’annexion de la Cisjordanie au profit du Golan ?
Rechercher

Bennett renonce t-il à l’annexion de la Cisjordanie au profit du Golan ?

Le ministre de l'Education appelle la communauté internationale à choisir entre Israël et l'Etat islamique

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Naftali Bennett, à la Conférence de Herzliya, le 7 juin 2015 (Crédit photo: Flash90)
Naftali Bennett, à la Conférence de Herzliya, le 7 juin 2015 (Crédit photo: Flash90)

Le ministre de l’Éducation, Naftali Bennett, a lancé dimanche une campagne en vue d’obtenir la reconnaissance internationale de l’annexion par Israël du plateau du Golan, en faisant valoir que, bien que les désaccords profonds au sujet de la Cisjordanie ne seront pas résolus facilement, il ne fait aucun doute que le Golan restera entre les mains d’Israël.

« Je demande à la communauté internationale : reconnaîssez la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan », a-t-il dit à la conférence sur la sécurité d’Herzliya.

« Vous pouvez choisir : c’est Israël ou l’État islamique. Une démocratie qui élit ses dirigeants ou une organisation barbare qui coupe les têtes. Parce que dans le Golan il n’est pas question d’occupation. Dans le Golan, personne ne prétend qu’il y a dse violations des droits de l’Homme, du moins pas de notre côté. »

Bennett aimerait « mettre au défi la communauté internationale de faire preuve de morale, de valeurs et de justice. Cela peut être fait sur le plateau du Golan. À ce jour, aucun Etat dans le monde n’a reconnu le Golan comme faisant partie d’Israël, y compris notre ami, les États-Unis d’Amérique. Il est temps que le monde se tienne du bon côté – celui d’Israël. »

Conserver le Golan, qui a été conquis par Israël en 1967 et officiellement annexé en 198, fait l’objet d’un consensus israélien, a déclaré Bennett, exhortant le leader de l’opposition Isaac Herzog et le député Yair Lapid à se joindre à cette campagne sur le thème du Golan.

Bennett, le chef de file du parti national-religieux HaBayit HaYehudi, a déploré que seuls 23 000 Juifs vivent dans cette region. Il a annoncé sa volonté de présenter un plan visant à y installer 75 000 Israéliens supplémentaires d’ici 5 ans, principalement par des incitations financières.

Fervent opposant à la création d’un Etat palestinien en Cisjordanie, Bennett a affirmé que la position de la communauté internationale sur cette question rendait un accord de paix israélo-palestinien peu probable dans un avenir proche.

« Je comprends que nous ayons un désaccord sur la Judée et la Samarie, ce que dans le monde ils appellent la Cisjordanie. Sur cette question, je comprends que nous sommes d’accord d’être en désaccord », a-t-il dit.

Bennett a rappelé qu’il avait proposé des plans sur la façon de traiter avec les Palestiniens en Cisjordanie – par des mesures visant à augmenter leur niveau de vie – mais demande qu’Israël annexe la zone C, ou vivent en majorité des Juifs. « Mais mettons cela (la création d’un Etat palestinien) de côté, » a-t-il dit.

Alors que le monde a une idée claire de ce que vers quoi il veut tendre en Cisjordanie, il est difficile de comprendre pourquoi il refuse de reconnaître la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan, a-t-il poursuivi.

« Quelle est la logique ? Où est la morale dans tout cela ? Que veulent-ils ? A qui veulent-ils que nous remettions le Golan ? Au Front al-Nosra ? A al-Qaïda ? A Nasrallah [le chef du Hezbollah] ; A Assad [le président syrien] qui a massacré 200 000 de ses citoyens ? »

Le mois dernier, Bennett avait déclaré pour la première fois que son plan d’annexion par Israël de la zone C « ne se fera pas demain. »

Dans une interview avec le Washington Post, il a posé comme postulat que « l’annexion ne se fera pas, tout comme il n’y aura pas d’Etat palestinien ». Au contraire, a-t-il suggéré, l’objectif immédiat d’Israël devrait être d’améliorer la vie des juifs et des musulmans vivant en Cisjordanie.

Dimanche, devant la Conférence annuelle d’Herzliya, Bennett a également abordé les menaces permanentes de boycott contre Israël, déclarant que l’Etat juif ne restera plus les bras croisés quand ses détracteurs cherchent à le « délégitimer ».

« Que ce soit clair pour toute entreprise ou organisation qui envisage de nous boycotter : nous allons riposter. Nous allons attaquer nos attaquants. Nous allons boycotter nos boycotteurs », a-t-il mis en garde en prenant pour exemple le récent différend avec le groupe Orange.

« L’arme du boycott est une épée à double tranchant. Si vous envisagez de boycotter Israël, garder à l’esprit qu’il y a des dizaines de millions d’amis d’Israël à travers le monde – Juifs et non-Juifs – avec une puissance d’achat considérable et le pouvoir de boycotter. Celui qui boycotte Israël sera boycotté. Celui qui frappe Israël, recevra des coups. Nous ne resterons plus silencieux. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...