Rechercher

Béziers : Un homme condamné à de la prison ferme pour des propos antisémites

Il a été condamné à trois ans de prison et un an de révocation d’un précédent sursis probatoire

Le tribunal correctionnel de Béziers. (Crédit : cours-appel.justice.fr)
Le tribunal correctionnel de Béziers. (Crédit : cours-appel.justice.fr)

Un homme était jugé à Béziers vendredi 7 janvier par le tribunal correctionnel pour quatre délits : « provocation publique et directe non suivie d’effet à commettre un crime ou un délit, apologie via Internet d’un acte de terrorisme, provocation publique à la haine ou à la violence en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion et refus de remettre aux autorités judiciaires le code de déverrouillage de son téléphone portable. »

Fin 2021, il avait diffusé des propos racistes et antisémites sur Internet, a rapporté le journal Hérault Tribune.

Il avait notamment écrit sur différents sites : « Il faut purger tout cela » (faisant référence aux populations non-blanches) ; « Je suis en fait le seul putain de blanc dans toute la ville » ; et invité à anéantir les « bougnoules », les « gitans », les « juifs ».

Il avait aussi diffusé des vidéos faisant l’apologie d’actes terroristes. L’une d’elles montrait une tête décapitée, au sol, accompagnée des mots « Samuel est Paty ». « La Juifstice, j’en ai beaucoup paty ! », dit une autre vidéo. Ou encore une autre, intitulée « Le variant J », complotiste et antisémite, qui prétendait en ciblant les Juifs : « Le vaccin tue, ils veulent nous l’imposer. Ils veulent donc nous tuer. »

L’homme n’a pas nié ses propos lors de sa garde à vue, et s’est présenté comme un « ethno sadique ». Il est apparu à l’audience avec l’inscription « SS » sur ses doigts.

Il a été condamné à trois ans de prison et un an de révocation d’un précédent sursis probatoire. Un suivi socio-judiciaire pendant trois ans assortis de deux ans de prison supplémentaires en cas de non-respect de ses obligations a aussi été prononcé. Le parquet avait requis cinq ans d’emprisonnement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...