Bilan définitif : Yahadout HaTorah a 8 sièges, le Likud 35, HaYamin HaHadash 0
Rechercher

Bilan définitif : Yahadout HaTorah a 8 sièges, le Likud 35, HaYamin HaHadash 0

Les chiffres révisés par la commission électorale placent le parti de Netanyahu à égalité avec Kakhol lavan. Les résultats seront présentés mercredi au président

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à droite), s'entretient avec Yaakov Litzman, alors ministre de la Santé, du parti Yahadut HaTorah, (à gauche), à la Knesset le 28 mars 2016. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à droite), s'entretient avec Yaakov Litzman, alors ministre de la Santé, du parti Yahadut HaTorah, (à gauche), à la Knesset le 28 mars 2016. (Yonatan Sindel/Flash90)

La commission centrale électorale a fait savoir mardi que le parti Yahadout HaTorah avait reçu un siège supplémentaire au détriment du Likud dans les résultats définitifs des élections qui seront présentés mercredi au président Reuven Rivlin.

Yahadout HaTorah dispose dorénavant de huit sièges à la Knesset forte de 120 membres et amène le Likud à un total de 35 sièges – à égalité avec son rival de Kakhol lavan.

La commission a ainsi confirmé l’affirmation faite, lundi, par le président du parti Yaakov Litzman, qui avait indiqué avoir été informé du changement. A ce moment-là, la commission avait expliqué ne pas avoir livré aux différentes formations « de mises à jour intermédiaires en ce qui concerne les résultats du scrutin ».

Ces derniers jours, plusieurs partis, et notamment Yahadout Hatorah, avaient déploré auprès de la commission ce qu’ils avaient qualifié de mauvaise gestion des urnes ou autres problèmes survenus dans les 10 000 bureaux de vote et plus installés le jour du scrutin. Les résultats de la commission électorale avaient placé Yahadout HaTorah à quelques centaines de votes seulement de l’octroi d’un huitième siège.

Les inspections supplémentaires de la commission qui ont permis de finaliser son réexamen et d’amender les résultats du parti livrent finalement à la formation ultra-orthodoxe un siège supplémentaire.

La commission centrale électorale a aussi précisé avoir examiné les accusations d’irrégularités et d’erreurs dans le décompte qui avaient été lancées par le parti HaYamin HaHadash de Naftali Bennett et d’Ayelet Shaked, étudiant les décomptes de douzaines de bureaux de vote qui avaient été cités par Bennett.

Ayelet Shaked, la ministre de la Justice, et Naftali Bennett, le ministre de l’Education, tiennent une conférence de presse pour le parti HaYamin HaHadash le 17 mars 2019 à Tel Aviv. (Flash 90)

La commission a fait savoir que ses équipes avaient travaillé pendant toute la journée de lundi et durant toute la nuit pour examiner les plaintes et qu’elle n’avait pas trouvé d’erreurs substantielles commises. Elle a en fait précisé que la formation s’était adjugée trois votes à tort.

Dans la matinée de mardi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est assuré le soutien d’une majorité de membres de la Knesset après que Yisrael Beytenu, l’Union des partis de droite et Koulanou l’ont recommandé pour former le prochain gouvernement dans des consultations avec Rivlin.

Alors que dix des onze partis élus à la Knesset ont dorénavant présenté leurs recommandations à Rivlin, Netanyahu bénéficie de l’appui de 65 députés – une majorité au parlement, fort de 120 membres. En comparaison, Benny Gantz de Kakhol lavan n’a obtenu le soutien que de 45 députés.

Le président a indiqué que son choix était « presque certain » et il devrait confier la tâche de la formation du gouvernement à Netanyahu, qui pourra probablement construire une coalition de 65 sièges au maximum qui comprendrait le Likud (35 ou 36 sièges), les partis ultra-orthodoxes Shas (huit sièges), Yahadout HaTorah (sept ou huit sièges), l’Union des partis de droite (cinq sièges), Koulanou (quatre sièges) et aussi Yisrael Beytenu (cinq sièges).

Pour la toute première fois, les recommandations ont été retransmises en direct – une décision « historique et innovante » annoncée la semaine dernière par « souci de transparence », selon le bureau du président.

Après que le président aura fait sa sélection, le député qui aura été choisi aura 28 jours pour former son gouvernement avec la possibilité d’un prolongement de deux semaines à la discrétion du président.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...