Rechercher

Black Friday : Les Israéliens dépensent 745 millions de NIS en 6 heures

Ce chiffre représente une hausse de 22 % par rapport à l'an dernier dans le cadre de la frénésie commerciale internationale

Des Israéliens dans une file d'attente devant un magasin de vêtements faisant la promotion du Black Friday à Tel Aviv, le 25 novembre 2020. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)
Des Israéliens dans une file d'attente devant un magasin de vêtements faisant la promotion du Black Friday à Tel Aviv, le 25 novembre 2020. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

L’année 2021 a vu une forte augmentation de la participation israélienne à la fièvre acheteuse internationale du Black Friday, achetant des produits à hauteur de centaines de millions de shekels en l’espace de quelques heures.

Les données de la société de traitement des cartes de crédit Automated Bank Services ont montré qu’entre 8 heures et 14 heures, les Israéliens ont dépensé environ 745 millions de NIS, soit une augmentation d’environ
22 % par rapport à la même période l’année dernière, poursuivant ainsi une tendance à l’augmentation annuelle des dépenses pendant la frénésie d’achat.

Le Black Friday trouve son origine aux États-Unis. Le jour qui suit la célébration de Thanksgiving est le point de départ traditionnel de la saison des achats des fêtes de fin d’année, et les Américains font la queue devant les magasins avant leur ouverture pour faire des affaires sur des articles populaires. Ce jour a gagné en popularité dans le monde entier en tant que jour de rabais importants, y compris en Israël.

De nombreux Israéliens profitent également de cette journée pour faire des achats en ligne, notamment sur Amazon, AliExpress et d’autres sites.

Les données relatives à la journée elle-même ne donnent qu’une image partielle des dépenses liées à celle-ci, car de nombreuses ventes commencent plusieurs jours avant la date réelle et se prolongent bien au-delà. Avant même que les détaillants n’ouvrent leurs portes vendredi matin, les acheteurs en ligne aux États-Unis avaient déjà dépensé
76 milliards de dollars depuis début novembre, soit une hausse de plus de
20 % par rapport à l’année précédente, selon les données de la société de logiciels Adobe, qui a prévu un peu moins de promotions cette année en raison de la hausse des coûts.

Aux États-Unis, après que la pandémie a éloigné les foules l’année dernière, de nombreux acheteurs sont sortis en force vendredi, un signe de la façon dont les vaccins contre la COVID-19 ont ramené la vie aux États-Unis à une certaine normalité.

Des personnes passent devant les publicités du Black Friday dans le centre commercial en plein air de Mamilla à Jérusalem, le 24 novembre 2019 (Olivier Fitoussi/Flash90).

Les tendances positives sont contrecarrées par les problèmes persistants de la chaîne d’approvisionnement, la flambée des prix à la consommation qui a affecté les produits de base des ménages tels que la nourriture et le carburant, et la pandémie de COVID-19, qui est loin d’être terminée.

Vendredi, les marchés boursiers du monde entier ont chuté en raison des craintes que la dernière souche du virus découverte en Afrique du Sud ne fasse dérailler la reprise mondiale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...