Rechercher

Chelsea Clinton reproche à Facebook d’avoir permis la promotion d’autodafés

Pour la fille de l'ex président américain, cette décision n'est pas surprenante : "Zuckerberg a passé des années à défendre les négationnistes et à choyer les fascistes"

Chelsea Clinton à New York, le 13 septembre  2018.  (Crédit : Cindy Ord/Getty Images for SiriusXM)
Chelsea Clinton à New York, le 13 septembre 2018. (Crédit : Cindy Ord/Getty Images for SiriusXM)

JTA – Chelsea Clinton a pris à partie mercredi le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, pour avoir permis à des groupes d’utiliser le réseau social pour organiser des autodafés. Mme Clinton a comparé ce phénomène à la résistance passée de Facebook à bannir les négationnistes de la plateforme.

« Venez pour l’autodafé, restez pour les s’mores », a déclaré Mme Clinton, la fille de l’ancien président américain Bill Clinton et de la candidate démocrate à la présidentielle de 2016 Hillary Clinton, dans un tweet mercredi : « Pas terriblement surprenant que #Facebook constitue une plateforme pour des événements d’autodafé à l’image de l’Allemagne nazie de 1933. Après tout, Mark Zuckerberg a passé des années à défendre les droits des négationnistes de la Shoah à diffuser des mensonges haineux et à dorloter les fascistes. »

Mme Clinton a cité un tweet d’un journaliste avec des captures d’écran d’une page sur Facebook intitulée « événement d’autodafé » et invitant les gens à emprunter des livres qu’ils jugent répréhensibles dans des bibliothèques scolaires et à les brûler à Fredericksburg, en Virginie, le 13 décembre. Fredericksburg est voisine de Spotsylvania, où la commission scolaire du pays a récemment fait les gros titres après avoir demandé un examen de tous les livres des bibliothèques scolaires. Tôt jeudi matin, l’événement semblait avoir été retiré de Facebook.

Deux membres du conseil scolaire ont également demandé que les livres jugés « sexuellement explicites » soient brûlés.

À la suite d’une réaction négative, le conseil scolaire a annulé la revue et l’un des deux membres du conseil scolaire a déclaré qu’il regrettait d’avoir appelé à brûler les livres.

En 2020, Facebook est revenu sur sa politique qui permettait aux négationnistes de la Shoah de s’exprimer librement sur la plateforme.

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a annoncé que l’entreprise changerait de nom pour devenir Meta, le 28 octobre 2021. (Capture d’écran)

Dans une interview de 2018, Mark Zuckerberg a déclaré qu’il trouvait le négationnisme offensant parce qu’il est juif, mais a également déclaré qu’il ne le bannirait pas de sa plateforme parce qu’il ne pouvait pas être sûr de son intention.

Clinton, dont le mari Mark Mezvinsky est juif, a utilisé les réseaux sociaux pour dénoncer l’antisémitisme, y compris chez d’autres démocrates.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...