Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

Chevron et ses associés approuvent 24 M$ d’investissement pour stimuler le champ Tamar

Le géant énergétique américain et ses partenaires approuvent la deuxième phase du projet d'expansion de la production de gaz fossile du gisement offshore de Tamar

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Vue aérienne de la plateforme de traitement de gaz fossile israélienne "Tamar" à 24 kilomètres au large de la côte sud d'Ashkelon. Noble Energy et Delek sont les principaux partenaires dans le domaine pétrolier, le 11 octobre 2013. (Crédit : Moshe Shaï/FLASH90)
Vue aérienne de la plateforme de traitement de gaz fossile israélienne "Tamar" à 24 kilomètres au large de la côte sud d'Ashkelon. Noble Energy et Delek sont les principaux partenaires dans le domaine pétrolier, le 11 octobre 2013. (Crédit : Moshe Shaï/FLASH90)

Le géant énergétique américain Chevron et ses partenaires dans le gisement de Tamar, au large de la côte méditerranéenne du pays, ont annoncé dimanche leur décision d’investir 24 millions de dollars pour renforcer la capacité de production de gaz fossile du gisement offshore.

L’investissement fait partie d’un plan en deux phases visant à augmenter la capacité de production de gaz fossile à environ 1,6 milliard de pieds cubes (TMC) par jour à partir du gisement de Tamar, situé à l’ouest d’Ashkelon, afin de répondre aux besoins énergétiques d’Israël et d’exporter du gaz vers l’Égypte.

Les partenaires de Tamar ont approuvé la décision finale d’investissement (FID) nécessaire pour passer à la deuxième phase du projet d’expansion de la production de gaz.

« L’obtention de la décision finale d’investissement pour la deuxième phase de l’expansion de Tamar reflète l’engagement continu de Chevron à travailler en partenariat avec l’État d’Israël pour poursuivre le développement de ses ressources énergétiques au profit des marchés nationaux et régionaux du gaz fossile « , a déclaré Jeff Ewing, directeur général de l’unité commerciale de Chevron pour la Méditerranée orientale.

Dans la première phase du projet, un gazoduc de 150 kilomètres sera posé entre le champ de Tamar et la plateforme. Les ajustements devraient permettre une production quotidienne de 1,2 milliard de pieds cubes de gaz fossile, contre 1,1 milliard de pieds cubes actuellement. Les travaux des deux phases devraient s’achever en 2025, pour un investissement total de 673 millions de dollars.

Chevron exploite le champ gazier de Tamar et y détient une participation de 25 %. Les partenaires du gisement de gaz israélien sont Isramco, qui détient 28,75 % des droits sur Tamar, Mubadala Energy d’Abou Dhabi, qui en détient 11 %, Tamar Investment 2, qui en détient 11 %, Tamar Petroleum, qui en détient 16,75 %, Dor Gas, qui en détient 4 %, et Everest, qui en détient 3,5 %.

Des travailleurs de la plateforme israélienne de gaz fossile «Tamar», située à 24 km au large de la côte sud israélienne d’Ashkelon. (Crédit : Moshe Shaï/Flash90)

L’approbation de l’investissement survient après que les partenaires du champ gazier ont annoncé vendredi qu’ils avaient conclu un nouvel accord de vente de gaz avec Blue Ocean Energy, l’importateur égyptien de gaz israélien de Tamar.

Selon les termes de l’accord, les partenaires de Tamar vendront 4 milliards de mètres cubes (TMC) supplémentaires de gaz fossile par an à l’Égypte pour une période de 11 ans, soit environ 43 TMC. À ce jour, Tamar exporte vers l’Égypte environ 2 milliards de mètres cubes par an. Les exportations de gaz commenceront le 1er juillet 2025, conformément à l’accord.

Israël a donné son accord en 2023 pour l’expansion des exportations de gaz fossile vers l’Égypte à partir de Tamar.

Environ un tiers du gaz fossile supplémentaire produit par la plateforme Tamar sera alloué au marché intérieur pour répondre à ses besoins énergétiques.

Dans l’ensemble, la production de gaz fossile du champ augmentera de 60 % à partir de 2026, soit 6 milliards de mètres cubes par an.

La plateforme Tamar, située au large d’Ashkelon, a été fermée pendant cinq semaines à la suite de l’attaque du groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre, et alors que des tirs de roquettes nourris en provenance de la bande de Gaza continuaient de frapper le sud et le centre du pays. Le forage du champ gazier offshore a repris à la mi-novembre. La plateforme israélienne de gaz fossile Leviathan, la plus grande du pays, située au large de Haïfa, dans le nord, est restée en activité pendant toute la durée de la guerre.

Ces dernières années, l’exploitation du gaz fossile par Israël a mis le pays sur la voie de l’indépendance énergétique et l’a protégé des pires conséquences de la crise énergétique déclenchée par la guerre de la Russie contre l’Ukraine, dans une région où les ressources naturelles sont rares.

Le champ gazier de Leviathan a commencé à être extrait le 31 décembre 2019 et le gaz fossile a commencé à couler en 2013 dans le gisement voisin de Tamar, qui contient quelque 10 billions de pieds cubes de gaz fossile, soit la moitié de la quantité contenue dans Leviathan.

Des terroristes palestiniens lançant des roquettes depuis la Bande de Gaza en direction d’Israël, à Gaza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Hatem Moussa/AP Photo)

En juin 2022, Israël, l’Égypte et l’Union européenne (UE) ont signé un protocole d’accord qui permettra à Israël d’exporter son gaz fossile vers l’UE pour la première fois. Selon cet accord, le gaz israélien sera fourni à l’UE via les usines égyptiennes de gaz fossile liquéfié (GNL).

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.