Comment la kippa de Bennett reste accrochée et pourquoi c’est important
Rechercher

Comment la kippa de Bennett reste accrochée et pourquoi c’est important

Le nouveau Premier ministre porte régulièrement une kippa, s'identifiant comme moderne orthodoxe. C'est un changement radical par rapport aux pères fondateurs laïcs d'Israël

Naftali Bennett, en 2014, prononce un discours en tenant sa kippa sur la tête. (Menahem Kahana/AFP)
Naftali Bennett, en 2014, prononce un discours en tenant sa kippa sur la tête. (Menahem Kahana/AFP)

JTA – Le nouveau Premier ministre israélien est probablement le premier à s’être collé une boulette de chewing-gum sur la tête juste avant un événement public.

Naftali Bennett, qui a pris ses fonctions cette semaine, est le premier Premier ministre de l’histoire du pays à porter régulièrement une kippa, le couvre-chef traditionnel juif. Contrairement à ses prédécesseurs laïcs, il s’identifie comme un sioniste religieux et pratique le judaïsme moderne orthodoxe, qui exige que les hommes se couvrent la tête.

Il est également chauve. C’est donc un défi de maintenir le petit disque crocheté sur le dessus de sa tête. Les méthodes traditionnelles de fixation d’une kippa – épingles à cheveux et pinces à cheveux en métal – ne sont d’aucune utilité pour Bennett.

Pourtant, elle reste en place. Où qu’il soit – à la Knesset, en campagne électorale, en train de donner une interview – la kippa est là, fixée sur son cuir chevelu, ou parfois sur la fine couche de cheveux coupés qui entoure sa calvitie.

Lors d’un talk-show comique en 2013, lorsqu’il était encore jeune législateur, Bennett a déclaré qu’il utilisait un mélange d’adhésif et de gravité pour maintenir la kippa en place.

Mais une fois, s’est-il souvenu, il a dû faire un discours en plein air sous le vent et s’est aperçu qu’il n’avait plus d’adhésif. Il a donc pris un morceau de chewing-gum et l’a utilisé pour coller la kippa sur sa tête.

« J’ai dû improviser », a-t-il déclaré. « On l’a joué MacGyver ».

Shirley Pinto (L), le premier membre sourd de la Knesset, avec le Premier ministre Naftali Bennett lors d’une cérémonie de prestation de serment des législateurs à la Knesset à Jérusalem, le 16 juin 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Bennett n’utilise pas du scotch ordinaire. Son adhésif de prédilection est un produit inventé et vendu depuis 2013 par Haim Levin, un chauffeur de bus de 65 ans vivant dans une banlieue de Tel Aviv à majorité moderne orthodoxe.

Le produit, appelé Kipa Keeper, est fabriqué à partir d’un ruban adhésif médical double face hypo-allergénique réutilisable, qui permet de coller la kippa sur des têtes peu ou pas chevelues. Il est vendu en paquets de 40 et coûte 40 shekels, soit environ 10 euros, livraison comprise. Levin a refusé de dire combien il en vend chaque année.

« C’était à Yom Kippour, lorsque tout le monde à la synagogue s’incline [vers le sol] et se prosterne, et j’ai vu que 20 à 30 % des fidèles faisaient tomber leur kippa par terre », a déclaré Levin, lui-même porteur d’une kippa et chauve, à la Jewish Telegraphic Agency. « J’ai réalisé que je devais trouver une idée pour que la kippa reste sur la tête ».

Levin ne se souvient pas exactement quand Bennett a commencé à utiliser son produit – une source proche de Bennett a confirmé à la JTA que le Premier ministre l’utilise – mais dit avoir pris contact avec le futur leader israélien dans l’espoir de stimuler les ventes. Ils ont pris une photo ensemble dans le bureau de Bennett en 2015, lorsqu’il était ministre de l’Économie. Levin a déclaré à JTA que Bennett a commandé le produit pour la dernière fois il y a une semaine et demie.

« Cela a vraiment aidé », a déclaré Levin à JTA au sujet de sa démarche auprès de Bennett. « Il y a encore des gens qui les appellent ‘les stickers de Bennett' ».

En Israël, où le choix de kippa indique souvent l’identité religieuse et politique, le style personnel de Bennett – une petite kippa crochetée – signale qu’il est un sioniste religieux. En revanche, une kippa en velours noir l’identifierait comme Haredi, ou ultra-orthodoxe, tandis qu’une kippa plus grande, crochetée ou tricotée, qui pourrait tenir plus facilement sur un crâne chauve, est privilégiée par un groupe de de résidents d’implantations qui ont tendance à être plus religieux, ouvertement spirituels et nationalistes. Le fait que la kippa de Bennett soit petite et portée à l’arrière de la tête suggère qu’il se situe à l’extrémité la plus « moderne » de la communauté moderne orthodoxe.

Le pouvoir de la kippa en Israël

Quelle que soit la façon dont Bennett la porte, la kippa est un élément important de son identité et un changement symbolique pour Israël.

Dans les premières décennies de l’État, l’élite dirigeante était composée des socialistes laïques du parti Mapai de David Ben-Gourion, précurseur du parti travailliste actuel. Les juifs religieux – ainsi que les juifs du Moyen-Orient et les Arabes israéliens – étaient généralement exclus des postes de pouvoir dans le gouvernement et la culture d’Israël.

Shimon Peres (à droite) avec le premier ministre de l’époque, David Ben Gourion (à gauche) et Moshe Dayan (à droite) dans les années 1960. (Archives du ministère de la Défense)

Les choses ont commencé à changer en 1977, lorsque le parti de droite Likud dirigé par Menachem Begin mobilise une coalition de conservateurs et de juifs religieux et du Moyen-Orient pour prendre le pouvoir. Puis, dans l’entreprise de colonisation qui avait commencé après la guerre des Six Jours en 1967, les Juifs sionistes religieux avaient une cause à laquelle se rallier.

Depuis lors, les sionistes religieux (généralement de tradition moderne-orthodoxe) se sont largement identifiés à la droite politique, qui a dirigé les gouvernements d’Israël pendant la majeure partie des 45 dernières années. Historiquement, les Israéliens haredi ne s’identifiaient pas comme sionistes, mais ces dernières années, ils ont également gravité vers la droite israélienne sous la direction de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu. Netanyahu, comme ses prédécesseurs majoritairement masculins, porte une kippa lors de certaines cérémonies religieuses, mais pas de manière régulière.

Lorsque M. Bennett est entré en politique en 2012, il a pris la tête du parti sioniste religieux d’Israël, HaBayit HaYehudi, et a cherché à élargir le message de cette formation d’extrême droite afin de séduire d’autres électeurs que les Israéliens orthodoxes.

Dès lors, il a essayé de représenter une fusion entre les Juifs de toute appartenance religieuse, même s’il a poursuivi un programme de droite à la fois sur le plan intérieur et en termes de politique de d’implantations. Dans un post Facebook de 2019, Bennett a défini sa pratique religieuse personnelle comme « israélo-juive ».

« Israélien-juif peut signifier religieux, traditionnel, laïc, haredi-nationaliste ou haredi », a-t-il écrit. « Les Juifs israéliens ne se jugent pas les uns les autres en fonction de la rigueur avec laquelle ils observent les mitzvot. Les Juifs israéliens aiment et acceptent chaque Juif. »

Bennett a décrit son observance religieuse personnelle de manière similaire. Il est né dans une famille non orthodoxe et est devenu plus religieux de sa propre volonté. Sa femme, Gilat, était laïque lorsqu’ils se sont rencontrés. Il a expliqué qu’elle a été attirée par le judaïsme religieux au cours des années où ils ont vécu à New York.

À un moment donné, il a porté sa kippa par choix politique. L’année dernière, Bennett a écrit qu’au moment de l’assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin en 1995, il avait cessé de porter une kippa pendant quelques années. Mais il avait le sentiment qu’étant donné que l’assassin de Rabin était un juif orthodoxe, la communauté religieuse était massivement blâmée pour ce meurtre. Alors, pour affirmer son identité, dit Bennett, « J’ai remis la kippa sur ma tête ».

Le Premier ministre désigné Naftali Bennett s’adresse à la Knesset, le 13 juin 2021. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

Aujourd’hui, il porte la kippa au quotidien et mène une vie religieuse. Pourtant, il a écrit que sa famille fait les mêmes petits compromis que de nombreux couples religieux-laïcs en Israël.

Alors qu’ils respectent la casheroute et le Shabbat à la maison, les parents de sa femme se rendent chez eux en voiture le jour du Shabbat, ce qui est interdit par la loi juive. Et lorsqu’ils mangent chez ses beaux-parents, ils ne vérifient pas au préalable si la cuisine est strictement casher.

Le Premier ministre Naftali Bennett (à gauche) avec sa femme Gilat à la Knesset à Jérusalem, le 13 juin 2021. (Ariel Zandberg/Yamina)

Bennett a été accusé par les politiciens haredi de se présenter comme un juif prétendument religieux en public tout en faisant des compromis sur sa pratique religieuse privée. Mais une source proche de M. Bennett a déclaré que le Premier ministre considère son exemple personnel comme un pont permettant de combler le fossé culturel et religieux en Israël.

M. Bennett estime qu’ « au moins en théorie, la kippa crochetée est et devrait être un juste milieu », a déclaré la source. « Il avait sa croyance très profonde sur ce que signifie être religieux, et cela ne l’a donc pas intimidé quand il a été accusé de ne pas être assez religieux. »

Levin a déclaré que c’était « une bonne chose » que Bennett utilise son produit, bien qu’il ait ajouté que cela ne faisait pas de différence pour lui que le Premier ministre porte une kippa. Il a ajouté qu’il n’avait pas encore décidé si M. Bennett, qui a fait des concessions politiques afin de diriger une coalition controversée, était la bonne personne pour ce poste.

Mais Levin est fier d’avoir Bennett comme client. Et bien qu’il ait dit qu’il ne pouvait pas partager une copie du dernier reçu du Premier ministre, il a promis que Bennett a payé toute sa commande.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...