Comment les SS ont déguisé Theresienstadt en camp témoin devant la Croix Rouge
Rechercher

Comment les SS ont déguisé Theresienstadt en camp témoin devant la Croix Rouge

Unique dans l'empire nazi, le camp était à la fois un point de passage vers Auschwitz pour les Juifs et un camp témoin bien organisé pour tromper les diplomates sur la Shoah

  • Scène d'un documentaire nazi tourné dans le ghetto de Theresienstadt pendant l'été 1944. (United States Holocaust Memorial Museum)
    Scène d'un documentaire nazi tourné dans le ghetto de Theresienstadt pendant l'été 1944. (United States Holocaust Memorial Museum)
  • Synagogue clandestine dans l'ancien ghetto de Theresienstadt, République tchèque, février 2019. (Matt Lebovic/The Times of Israel)
    Synagogue clandestine dans l'ancien ghetto de Theresienstadt, République tchèque, février 2019. (Matt Lebovic/The Times of Israel)
  • Dans l'ancien camp de concentration nazi de Theresienstadt, en République tchèque, le crématorium restauré, février 2019. (Matt Lebovic/The Times of Israel)
    Dans l'ancien camp de concentration nazi de Theresienstadt, en République tchèque, le crématorium restauré, février 2019. (Matt Lebovic/The Times of Israel)
  • Une équipe de tournage réalise des prises de vue dans le ghetto de Theresienstadt lors du tournage d'un film de propagande nazie en 1944. Un assistant juif portant une étoile de David est à droite. (Domaine public)
    Une équipe de tournage réalise des prises de vue dans le ghetto de Theresienstadt lors du tournage d'un film de propagande nazie en 1944. Un assistant juif portant une étoile de David est à droite. (Domaine public)
  • Elan Kawesch (deuxième à partir de la gauche) et les participants avec des photos des victimes à l'intérieur de la "petite forteresse" de Terezin, en République tchèque, février 2019. (Matt Lebovic/The Times of Israel)
    Elan Kawesch (deuxième à partir de la gauche) et les participants avec des photos des victimes à l'intérieur de la "petite forteresse" de Terezin, en République tchèque, février 2019. (Matt Lebovic/The Times of Israel)
  • Un grenier reconstitué dans l'ancien camp de concentration du ghetto nazi de Terezin, en République tchèque, février 2019. (Elan Kawesch/The Times of Israel)
    Un grenier reconstitué dans l'ancien camp de concentration du ghetto nazi de Terezin, en République tchèque, février 2019. (Elan Kawesch/The Times of Israel)
  • Le complexe du crématorium de l'ancien camp de concentration du ghetto nazi de Terezin, en République tchèque, février 2019. (Elan Kawesch/The Times of Israel)
    Le complexe du crématorium de l'ancien camp de concentration du ghetto nazi de Terezin, en République tchèque, février 2019. (Elan Kawesch/The Times of Israel)

TEREZIN, République tchèque – Elan Kawesch, senior de l’Université de Brandeis, a eu le sentiment le plus étrange en conduisant un groupe d’étudiants dans l’ancien camp de concentration du ghetto de Theresienstadt, où 140 000 Juifs furent emprisonnés pendant la Shoah. « C’était comme si nous marchions dans n’importe quel autre village tchèque, plutôt que dans un lieu de persécution nazie », a déclaré Kawesch, 23 ans.

Bien que la plupart des victimes ont été assassinées à Auschwitz-Birkenau et dans d’autres camps, quelque 33 000 Juifs ont péri sur place de faim, d’épuisement et d’épidémies.

Bien plus connus que ces statistiques, les SS ont utilisé Terezin comme décor – qu’ils ont rebaptisé Theresienstadt – pour tromper les responsables de la Croix-Rouge internationale lors d’une « inspection » du ghetto, il y a 75 ans. La tromperie a connu un tel succès que des tournées de propagande similaires ont été organisées jusqu’au dernier mois de la guerre.

Dans le cadre de mon travail quotidien à Combined Jewish Philanthropies à Boston, l’auteur de ces lignes s’est joint à Kawesch et aux étudiants à Prague pour cinq jours de ce que nous appelons le Holocaust memory service-learning, apprentissage du travail de mémoire de la Shoah. Que ce soit à Berlin, Varsovie ou Amsterdam, les élèves explorent la vie juive d’avant-guerre et examinent ce qui s’est passé pendant la guerre. De retour chez eux, ils font du bénévolat auprès des survivants locaux.

Scène d’un documentaire nazi tourné dans le ghetto de Theresienstadt pendant l’été 1944. (United States Holocaust Memorial Museum)

L’intérêt de Kawesch pour la Shoah s’est intensifié il y a deux ans, lorsqu’il a appris que certains de ses proches avaient été assassinés dans le camp de concentration nazi de Belzec. Depuis lors, nous avons emmené des étudiants sur des sites de persécution nazie dans quatre pays, y compris d’anciens camps de la mort, des camps de transit et des ghettos.

Après deux jours de visite du quartier juif miraculeusement intact de Prague, notre groupe s’est rendu à Terezin à une heure au nord-ouest de la capitale tchèque. Du nom de l’impératrice Marie-Thérèse, qui détestait les Juifs, Terezin se distingue principalement par sa « petite forteresse », où la Gestapo avait installé sa prison régionale et son centre de torture.

Dans l’ancien camp de concentration du ghetto nazi de Terezin, près de Prague, un visiteur observe le cimetière de la « Petite Forteresse », février 2019. (Elan Kawesch/The Times of Israel)

A 15 minutes à pied de la petite forteresse se trouve l’ancien camp de concentration du ghetto de Theresienstadt, aujourd’hui la ville endormie de Terezin, en Bohême. Au total, Terezin occupe moins de quinze kilomètres carrés, soit environ un quart de l’île de Manhattan. Contrairement à la Grosse Pomme, cependant, les rues de Terezin sont immaculées, propres et tranquilles, et il n’y a presque pas de voiture en vue.

« Il était logique que les SS choisissent ce cadre photogénique pour mettre en scène la visite mensongère des inspecteurs de la Croix-Rouge internationale », a déclaré M. Kawesch. « Cet endroit semble inoffensif et pourrait être confondu avec n’importe quel autre village du pays. »

Avant notre visite de la petite forteresse en ruines, un employé du musée de Terezin a remis à notre groupe un billet d’entrée avec une petite carte de Terezin à l’arrière. En dehors du complexe crématoire-cimetière, seuls trois sites de l’ancien ghetto ont été répertoriés. Malheureusement, la carte ne comprenait pas les noms de rues ni les adresses de ces sites.

Elan Kawesch (deuxième à partir de la gauche) et les participants avec des photos des victimes à l’intérieur de la « petite forteresse » de Terezin, en République tchèque, février 2019. (Matt Lebovic/The Times of Israel)

Le visiteur moyen n’est pas en mesure de comprendre, par une visite des lieux, les atrocités qui y ont été commises. « Une grande partie du camp donne l’impression que l’histoire est ignorée ou sous-estimée », dit Kawesch.

En 2002, les inondations historiques en Europe ont submergé la petite forteresse et la ville de Terezin et ont nécessité d’importants travaux de restauration. Aujourd’hui, le musée vend des cartes postales avec des vues aériennes de l’inondation épique. Sur ces photos étranges, les fortifications de la Petite Forteresse surgissent de l’eau, tout comme la grande étoile de David et le crucifix qui flanque le cimetière adjacent.

Administration juive autonome

L’“embellissement” de Theresienstadt pour en faire un « camp de démonstration » à l’intention des observateurs internationaux n’a pas été mis en œuvre à la hâte.

Vers la fin de 1943, les SS commencèrent à préparer le décor d’un « village juif », le ghetto ayant été rebaptisé ainsi. Les panneaux de signalisation militaire ont été enlevés et remplacés par des panneaux civils, et 1 200 rosiers ont été commandés pour embellir le terrain. Une banque a été créée pour émettre de la monnaie et des espaces culturels ont été rénovés pour les visiteurs.

Pour réaliser le projet du chef SS Heinrich Himmler d’une ville pour les Juifs âgés et les enfants, 7 500 jeunes hommes et jeunes femmes furent déportés à Auschwitz un mois avant cette inspection longtemps reportée.

Photographie prise par le Comité international de la Croix-Rouge à Theresienstadt, le « camp de démonstration » des nazis, 23 juin 1944. (Yad Vashem)

Le 23 juin 1944, la visite de huit heures commença par une visite au siège de « l’administration juive autonome ». Des inspecteurs de la Croix-Rouge internationale et de la Croix-Rouge danoise ont été accueillis à Theresienstadt, où les Juifs avaient même la liberté de culte.

Après leur accueil officiel, les trois inspecteurs ont visité une blanchisserie à vapeur qui aidait les habitants de la ville à rester propres, ainsi que des théâtres et une pharmacie. Il y avait une école et un hôpital dans les rues bordées d’arbres, et les Juifs semblaient bien nourris. Beaucoup de « magasins », cependant, étaient littéralement des façades, et les SS installèrent des espions le long de la route pour s’assurer que les Juifs n’allaient pas dire des choses aux inspecteurs en chuchotant.

Entre autres bizarreries de la visite, la commission ne pouvait parler qu’avec les Juifs danois du ghetto, car le Danemark était le pays dont les dirigeants faisaient pression sur les SS pour autoriser une « inspection ». Les inspecteurs n’avaient pas non plus le droit de voir seuls les bâtiments, y compris les greniers et les baraquements sordides dans lesquels la plupart des gens survivaient à peine.

Un grenier reconstitué dans l’ancien camp de concentration du ghetto nazi de Terezin, en République tchèque, février 2019. (Elan Kawesch/The Times of Israel)

Malgré l’oxymore d’une tournée « d’inspection » méticuleusement mise en scène, il était indéniable que les conditions à Theresienstadt ne correspondaient pas aux récits provenant des pays de l’Est depuis 1941. La ville n’était pas ravagée par la maladie avec des cadavres le long des rues, et les gens n’étaient pas paniqués par les camps de la mort. La vie culturelle était riche, avec des symphonies, des dizaines de conférences mensuelles et un kiosque à musique sur la place.

Sur les trois rapports publiés par la Croix-Rouge, ceux rédigés par les deux inspecteurs danois de la commission étaient relativement compatissants au sort des Juifs. Le récit de Maurice Rossel, le Suisse, est cependant allé loin dans la validation des mensonges des nazis et – selon les historiens – a coûté la vie à 6 500 Juifs tchèques à Auschwitz-Birkenau cet automne-là.

« Même les locaux n’ont pu fournir d’indications ».

Comme le montre la petite carte de l’ancien ghetto, il y a deux grands groupes de sites à visiter à Terezin. Le premier comprend une « synagogue secrète » et un grenier reconstitué du ghetto, et le second est le complexe du crématorium-cimetière juif à l’arrière de la ville.

En plus de ces sites, un « musée du ghetto », basé sur l’art, est bien en vue sur la place principale. On y trouve des informations sur la Shoah dans les territoires tchèques et un film sur l’aspect « camp de démonstration » de Theresienstadt, ainsi qu’une galerie sur le « camp familial tchèque » d’Auschwitz-Birkenau, condamné. Cependant, il n’y a pas beaucoup d’informations sur les 33 000 Juifs qui y ont péri, ni sur le travail forcé qu’ils ont subi.

Le complexe du crématorium de l’ancien camp de concentration du ghetto nazi de Terezin, en République tchèque, février 2019. (Elan Kawesch/The Times of Israel)

Le crématorium et le cimetière juif ne sont pas difficiles à trouver, mais la localisation d’autres sites marqués sur la carte des billets est décourageante.

« Le musée nous a fourni une carte de la ville mal dessinée indiquant les différents sites, mais il a quand même fallu beaucoup de temps pour trouver certains endroits », explique Kawesch. « Même les gens du pays à qui l’on a montré la carte et les noms des lieux en tchèque n’ont pas pu fournir d’indications, et les lieux n’avaient pas de panneaux indiquant aux visiteurs comment s’y rendre. »

C’est le cas de la synagogue dite « secrète », redécouverte en 1989. Même après avoir trouvé la salle de prière au fond d’une cour, il faut connaître l’hébreu biblique pour lire les inscriptions non traduites peintes sur les murs par un détenu du ghetto. Les inscriptions se rapportent à la situation des prisonniers, y compris les mots : « Mais malgré tout, nous n’avons pas oublié votre nom. »

Synagogue clandestine dans l’ancien ghetto de Theresienstadt, République tchèque, février 2019. (Matt Lebovic/The Times of Israel)

« Il n’y avait pas beaucoup d’infrastructures touristiques et ce qui existait aurait pu être fait d’une manière qui aurait rendu l’expérience plus accessible », résume Kawesch. « Les musées d’autres sites de la Shoah ont fait des applications ou utilisent la réalité virtuelle pour aider à expliquer ce qui s’est passé. Theresienstadt est financé par le gouvernement tchèque, qui a investi beaucoup plus dans des sites à Prague. »

« Notre rapport ne changera l’opinion de personne ».

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’inspecteur Maurice Rossel, de la Croix-Rouge internationale, a aidé à valider la fabrication allemande de Theresienstadt grâce à son brillant rapport sur les conditions dans les ghettos.

« Notre rapport ne changera l’opinion de personne », écrit Rossel. « Chacun est libre de condamner l’attitude du Reich à l’égard de la solution du problème juif. Cependant, si ce rapport pouvait contribuer dans une certaine mesure à dissiper le mystère entourant le ghetto de Theresienstadt, nous serions satisfaits », a-t-il conclu.

Scène tirée d’un film de propagande nazie incomplet, « The Fuhrer Gives the Jews a City », présenté à Theresienstadt pendant l’été 1944. (Avec l’aimable autorisation du National Center for Jewish Film)

Au moment du rapport de Rossel, 68 000 Juifs avaient été déportés de Theresienstadt vers les camps de la mort. Cependant, comme Rossel l’a dit aux critiques, ce n’était pas à lui de « spéculer » sur ce qui était caché aux inspecteurs.

Plusieurs semaines après sa visite à Theresienstadt, Rossel a eu une rencontre non officielle sur place avec le commandant d’Auschwitz-Birkenau, Rudolf Höss. Par la suite, Rossel a rapporté qu’il n’y avait aucune preuve de meurtre de masse, bien qu’il ait admis n’avoir vu que peu de choses de ce complexe tentaculaire. Rossel avait été le premier citoyen suisse autorisé par les SS à visiter Auschwitz.

Le même jour que la visite de Rossel, le 29 septembre, plus de 1 000 Juifs de Theresienstadt furent gazés à Birkenau, à cinq minutes en voiture de la réunion de Rossel à Auschwitz. Ces dernières années, les historiens tchèques et israéliens ont établi des « liens directs » entre le rapport de Rossel sur Theresienstadt cet été-là et la décision de « liquider » 6 500 Juifs tchèques dans le « camp familial » à Birkenau.

Ruines d’un complexe chambre à gaz-crématorium de l’ancien camp de la mort nazi d’Auschwitz-Birkenau, avec escalier menant à la salle de déshabillage, Pologne, octobre 2017. (Matt Lebovic/The Times of Israel)

Himmler supposait essentiellement que les inspecteurs voudraient rendre visite aux Juifs tchèques à Birkenau, car ce n’était pas un secret que des milliers d’entre eux avaient été envoyés de Theresienstadt en tant que « destination finale ». Ce que Himmler n’avait pas prévu, cependant, c’est à quel point les inspecteurs seraient satisfaits après la tournée organisée en juin. Une fois que le chef SS a vu qu’aucune demande n’était faite pour visiter le « camp familial », il a ordonné l’assassinat de ses habitants.

Même au cours des semaines qui ont précédé la capitulation de l’Allemagne, les SS ont continué à inviter des dignitaires étrangers à Theresienstadt. En avril 1945, la Croix-Rouge internationale effectua deux autres visites. À ce moment-là, le monde connaissait bien Auschwitz-Birkenau, depuis sa libération par l’Armée rouge en janvier de cette même année.

Himmler était présent lors d’une des tournées d’avril et aurait nié le meurtre systématique des Juifs par l’Allemagne. C’était suffisant pour les diplomates et les inspecteurs venus s’émerveiller devant la « ville juive autonome » du Reich en dehors de Prague. Autrefois et aujourd’hui, le charme de Terezin masque un passé sombre.

Matt Lebovic vit à Boston, où il est directeur adjoint des services universitaires de Combined Jewish Philanthropies. Depuis 2012, il a écrit près de 200 articles sur la Shoah pour « The Times of Israel ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...