Comparant Israël aux nazis, Zoabi refuse de se rendre au mémorial de la Shoah
Rechercher

Comparant Israël aux nazis, Zoabi refuse de se rendre au mémorial de la Shoah

La députée arabe critique Israël en pointant des “similarités alarmantes” entre son traitement des Palestiniens et celui des Juifs pendant l’Allemagne nazie

La députée Hanin Zoabi de la Liste arabe unie lors d'une réunion d'une commission à la Knesset, le 2 novembre 2015. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
La députée Hanin Zoabi de la Liste arabe unie lors d'une réunion d'une commission à la Knesset, le 2 novembre 2015. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

La députée arabe israélienne Hanin Zoabi, élue du parti Balad au sein de la Liste arabe unie, a refusé une invitation pour participer à une cérémonie le Jour du souvenir de l’Holocauste, citant les « similarités alarmantes » entre l’Allemagne nazie et les politiques israéliennes en vigueur envers les Palestiniens et les Arabes israéliens.

Dans une lettre adressée aux organisateurs de l’événement, la politicienne provocatrice a déclaré que bien qu’elle respecte la mémoire des victimes de l’Holocauste, l’enseignement et la mémorialisation par Israël du génocide juif est « sélectif et manipulateur ».

« Comment pouvez-vous enseigner les leçons de l’Holocauste quand vous ne voyez pas les similarités alarmantes entre ce qui arrive aujourd’hui et ce qui est arrivé en Allemagne dans les années 1930 ? », a-t-elle écrit.

Zoabi a fustigé Israël pour sa discrimination contre les Palestiniens, comparant les « exécutions sommaires, les détentions sans procès, la torture, les ordres de silence et la persécution des militants politiques » aux conditions dans lesquelles vivaient les Juifs en Allemagne nazie.

« Vous ne pouvez pas enseigner les leçons de l’Holocauste en adoptant une politique de huis clos, d’extorsion, de vols et de meurtres », a-t-elle déclaré.

En Israël, l’enseignement de l’Holocauste est mené par un désir d’encourager la défense de l’Etat et vient au prix de « l’humiliation et l’oppression de l’autre », a-t-elle écrit.

« Je suis honorée de défendre la mémoire des victimes, mais il est tout aussi important pour moi de prévenir sur ce qui a précédé l’Holocauste, et lui a ouvert le chemin, a déclaré Zoabi. A cause de cela, je trouve nécessaire de refuser de venir. »

En novembre, Zoabi avait été critiquée par les politiciens israéliens pour avoir assimilé le génocide des Juifs de l’Allemagne nazie aux politiques israéliennes en vigueur contre les Palestiniens pendant qu’elle prenait part à un événement de commémoration de l’Holocauste à Amsterdam.

Elle a affirmé que son discours avait été bien accueilli par les survivants de l’Holocauste présents pour cet événement, et déclaré que ses comparaisons avaient pour but de mettre en lumière le problème de l’indifférence face aux injustices.

Le discours de Zoabi, qui comprenait des affirmations qu’Israël était engagé dans un nettoyage ethnique des Palestiniens, avait déclenché l’ire des politiciens du Likud, qui avaient fustigé la présence de la députée à un événement marquant l’anniversaire de la Nuit de Cristal et certains avaient demandé son exclusion de la Knesset.

La vice-ministre des Affaires étrangères, Tzipi Hotovely, avait qualifié la participation de Zoabi à l’événement de « moquerie » et déclaré que la députée israélienne « utilise la tragédie du peuple juif pour répandre ses calomnies et ses mensonges alors qu’elle-même encourage le terrorisme et le meurtre de Juifs. »

Zoabi avait également été critiquée par le ministre du Tourisme Yariv Levin, qui avait déclaré à la Dixième chaîne que son discours devrait être les bases de son exclusion de la Knesset. Levin a décrit Zoabi comme la « cinquième colonne » et a appelé la Haute cour de justice à l’empêcher d’être à la Knesset.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...