Condamné à des TIG suite au lynchage d’un migrant pris pour un terroriste
Rechercher

Condamné à des TIG suite au lynchage d’un migrant pris pour un terroriste

David Muial a été reconnu co-responsable de la violente agression de Haftom Zarhum, tué à la suite d'une attaque terroriste à la gare routière de Beer Sheva en 2015

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Les ambulanciers soignent les victimes après une attaque terroriste à la gare routière centrale de Beer-Sheva, le 18 octobre 2015 (Capture d'écran : Deuxième chaîne)
Les ambulanciers soignent les victimes après une attaque terroriste à la gare routière centrale de Beer-Sheva, le 18 octobre 2015 (Capture d'écran : Deuxième chaîne)

Le tribunal du district de Beer Sheva a condamné mercredi un Israélien pour son implication dans le lynchage d’un demandeur d’asile africain pris pour un terroriste. Selon les termes d’un accord de plaidoyer, l’homme a été condamné à des travaux d’intérêt général et non à de la prison.

David Muial a été reconnu coupable « d’avoir abusé de l’impuissance » de la victime, Haftom Zarhum, migrant érythréen, tué à la suite d’une attaque terroriste à Beer Sheva durant une période où les attaques au couteau et à la voiture bélier étaient fréquentes dans le pays.

Zarhum, 29 ans, s’est fait tirer dessus par un agent de sécurité dans les minutes qui ont suivi une attaque terroriste à la gare routière de Beer Sheva, le 18 octobre 2015. L’attaque a tué un soldat israélien et blessé 11 personnes.

Alors qu’il saignait et gisait au sol, une foule de passants en colère l’a battu. Certains ont violemment frappé sa tête et l’ont cogné à l’aide d’un banc en métal. Il est mort quelques heures plus tard à l’hôpital. Une autopsie a conclu que ses blessures par balle représentaient la principale cause de sa mort.

Haftom Zarhum, 29 ans, est mort à l’hôpital de Soroka à Beer Sheva après qu’un officier de sécurité qui l’avait pris pour un terroriste lui ait tiré dessus et que la foule l’ait frappé (Crédit : autorisation)

Selon les images de l’incident, à la suite de l’attaque, alors que Zarhum gisait au sol entouré de passants, Muial s’est approché et lui a lancé un banc sur lui. Les autres personnes ont éloigné Muial et ont soulevé le banc, mais deux autres suspects sont intervenus et ont donné des coups de pied à Zarhum dans la tête et dans le haut du corps. Puis, un quatrième suspect a à nouveau jeté le banc sur l’homme, afin de l’empêcher de bouger.

Attention : la vidéo contient des images violentes

L’année dernière, Muial a été inculpé avec trois autres suspects : Evyatar Dimri, Yaakov Shimba, soldat, et Ronen Cohen, gardien de prison. Tous attendent actuellement un verdict dans leurs procès.

A l’origine, l’accusation souhaitait condamner les quatre hommes pour « blessures avec une intention grave », mais a décidé d’abandonner ces charges plus sérieuses contre Muial dans le cadre d’une négociation de plaidoyer. L’homme affirme qu’il pensait que Zarhum était un terroriste.

La défense de Muial a déclaré jeudi dans un communiqué que l’accusation avait tenu compte de son « regret sincère et de sa profonde douleur » face à l’incident.

« Nous espérons que la fin de ce processus aidera [Muial] à se reconstruire et à progresser vers une réhabilitation », ont-ils déclaré.

La famille de Zarhum poursuit actuellement l’Etat et réclame des dommages et intérêts, affirmant que la négligence et le non-respect de la procédure ont causé sa mort.

Dans l’affaire, intentée l’année dernière devant le tribunal du district de Beer-Sheva, ils exigent trois millions de shekels (635 000 euros) d’indemnités et la reconnaissance du statut de victime du terrorisme par l’Agence nationale d’assurance, donnant droit à sa famille à des prestations supplémentaires.

L’Agence nationale des assurances a rejeté la reconnaissance de Zarhum comme une victime du terrorisme car l’Erythréen est entré de façon illégale dans le pays.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...