Corruption chez IAI : le fils du ministre du Travail considéré comme un suspect
Rechercher

Corruption chez IAI : le fils du ministre du Travail considéré comme un suspect

Yair Katz a été arrêté mercredi matin, soupçonné d’avoir obligé les employés à rejoindre le Likud

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Yair Katz, à gauche, fils du ministre des Affaires sociales du Likud Haim Katz, devant la cour de Rishon Lezion, le 22 mars 2017. (Crédit : Flash90)
Yair Katz, à gauche, fils du ministre des Affaires sociales du Likud Haim Katz, devant la cour de Rishon Lezion, le 22 mars 2017. (Crédit : Flash90)

Le fils du ministre du Travail et des Affaire sociales, Haim Katz (Likud), a été l’une des deux personnes arrêtées mercredi dans le cadre de l’enquête ouverte pour faire la lumière sur des suspicions de corruption au sein des Industries aérospatiales israéliennes (IAI).

L’arrestation de Yair Katz a été officiellement confirmée dans la soirée de mercredi, après que la cour de première instance de Rishon Lezion a autorisé la publication de l’information.

Katz, âgé de 36 ans, est un membre de la direction de l’IAI et est également un membre de son puissant syndicat ouvrier depuis quatre ans. Il a été arrêté pour avoir contraint les employés à rejoindre le Likud. Sa détention est provisoire.

Le tribunal a ordonné l’extension de la détention de Katz pendant cinq autres jours, ainsi que le membre du syndicat des travailleurs de l’IAI, David Peretz. Les deux hommes ont été arrêtés mercredi matin après la fouille de leurs maisons respectives, a indiqué la police.

La Deuxième chaîne a annoncé que son père pourrait bientôt être interrogé comme un suspect dans cette affaire.
Dix autres personnes ont été interrogées, a indiqué Louba Samri, la porte-parole de la police.

Des soupçons de corruption, de fraude et d’abus de confiance entourant les IAI sont devenues publiques la semaine dernière, quand la police a arrêté 14 personnes chez le sous-traitant militaire.

Le syndicat des IAI, une société qui emploie quelque 16 000 personnes et est la plus grande entreprise publique d’Israël, est connu pour être un bastion du Likud.

L’audience de mercredi a confirmé pour la première fois que la police enquête sur des allégations selon lesquelles des employés de l’IAI qui refusaient de devenir des membres du Likud se seraient peut-être systématiquement vus refuser des promotions ou des augmentations de salaire. Certains auraient même été congédiés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...