COVID-19 : Israël émet des avertissements aux voyageurs concernant sept pays
Rechercher

COVID-19 : Israël émet des avertissements aux voyageurs concernant sept pays

La liste comprend les États les plus touchés par le virus, dont l'Inde ; les responsables s'inquiètent de la protection effective des vaccins contre le variant indien

Des passagers à l'aéroport Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 8 mars 2021. (Crédit : Flash90)
Des passagers à l'aéroport Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 8 mars 2021. (Crédit : Flash90)

Le ministère de la Santé a émis jeudi un avis aux voyageurs, leur recommandant vivement d’éviter de se rendre dans sept pays gravement touchés par la COVID-19. Les responsables ont fait part de leur inquiétude face à d’éventuelles mutations qui pourraient être plus résistantes au vaccin dans ces nations.

Ces pays sont l’Ukraine, l’Éthiopie, le Brésil, l’Afrique du Sud, l’Inde, le Mexique et la Turquie.

Le ministère a par ailleurs noté que tous les Israéliens – notamment les citoyens qui ont été vaccinés et ceux qui ont guéri du coronavirus – devaient s’abstenir d’entreprendre tout déplacement « non-nécessaire » à l’étranger.

« Il faut souligner que même les Israéliens vaccinés ou ceux qui ont guéri du coronavirus peuvent attraper les nouveaux variants dans les États qui connaissent actuellement une aggravation de l’épidémie et qu’ils ne se mettent pas seulement en danger, eux et leurs proches, mais qu’ils mettent aussi en danger le pays tout entier », a expliqué un communiqué du ministère de la Santé.

Selon le ministère, les sept pays ont été désignés au vu « de la situation actuelle et de leurs taux de morbidité » respectifs. Il a cité plusieurs critères pour motiver sa décision, comme le nombre de citoyens israéliens revenant de ces nations, le pourcentage de personnes vaccinées et guéries en comparaison avec le nombre de cas confirmés et la preuve de la présence, dans ces États, de nouveaux variants.

Cette mise en garde survient alors que des responsables de la Santé ont expliqué être inquiets d’une nouvelle souche du coronavirus qui a été détectée en Inde – le pays est actuellement en proie à un fort regain de l’épidémie de COVID-19.

Le directeur-général du ministère de la Santé Chezy Levy lors d’une conférence de presse à Jérusalem, le 21 juin 2020. (Crédit : Flash90)

Au cours d’une conférence de presse jeudi, Chezy Levy, directeur-général du ministère de la Santé, a expliqué que les vaccins pourraient être moins efficaces contre le « variant indien », disant qu’il était plus infectieux.

« Nous sommes méfiants », a confié Chezy Levy.

Il a répété l’appel lancé par le ministère à éviter les déplacements internationaux en raison de la recrudescence de l’épidémie actuellement constatée dans le monde entier.

Jusqu’à présent, le ministère de la Santé a confirmé sept cas du variant indien parmi les citoyens non-vaccinés revenus dans le pays après un séjour à l’étranger. Il n’a pas précisé leur provenance.

La majorité de ces cas a pu être identifiée par le biais de tests de dépistage réalisés à l’aéroport Ben-Gourion, et les autres ont été détectés chez des voyageurs qui s’étaient placés en quarantaine, a commenté le responsable de la lutte contre le coronavirus, Nachman Ash, samedi dernier. Il a ajouté que ce nouveau variant restait largement inconnu mais qu’il semblait se répandre rapidement.

« Cette mutation… montre de mauvais signes. Nous comparons nos conclusions obtenues dans le séquençage génétique à ce que nous savons déjà et il y a certaines indications qui laissent penser que le virus pourrait se montrer résistant au vaccin », a dit Ash, qui a toutefois rapidement ajouté que, jusqu’à présent, le vaccin Pfizer avait su résister aux mutations connues.

Un employé portant un équipement de protection avec une malade de la COVID-19 transférée dans une unité de soins intensifs à l’intérieur d’une ambulance à l’entrée d’un centre de soins, à Mumbai, le 22 avril 2021. (Crédit : Paranjpe/AFP)

L’Inde a confirmé la présence de ce nouveau variant du coronavirus, qui présente deux mutations de la protéine Spike que le virus utilise pour entrer dans les cellules. Le docteur Rakesh Mishra, à la tête du Centre de biologie cellulaire et moléculaire, a déclaré le mois dernier que cette modification génétique pouvait être préoccupante dans la mesure où elle pourrait aider le virus à se propager plus facilement, échappant ainsi au système immunitaire.

L’Inde se bat actuellement contre une recrudescence importante du nombre d’infections et les experts soupçonnent que la présence sur le territoire de variants plus infectieux – dont celui qui a été détecté dans le pays – pourrait être à l’origine du phénomène.

Le virus n’a cessé de muter au cours de la pandémie. Certaines mutations sont anodines mais les scientifiques enquêtent pour déterminer celles qui permettent au virus de se répandre plus rapidement, ou qui entraînent des versions plus graves de la maladie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...