CPI : les tirs et l’utilisation de civils pourraient être des crimes de guerre
Rechercher

CPI : les tirs et l’utilisation de civils pourraient être des crimes de guerre

"Le recours à la violence doit cesser", a affirmé la Cour pénale internationale

La procureure de la Cour pénale internationale Fatou Bensouda (Crédit : Andreas Rentz / Getty Images / via JTA)
La procureure de la Cour pénale internationale Fatou Bensouda (Crédit : Andreas Rentz / Getty Images / via JTA)

La procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a appelé à mettre fin à l’escalade de la violence à la frontière de Gaza et affirmé que l’utilisation de tirs réels par Israël afin de disperser les protestations et l’utilisation de civils par le groupe terroriste palestinien du Hamas dans les affrontements avec les soldats israéliens pourraient aller à l’encontre du droit international.

Dans un communiqué, Fatou Bensouda a prévenu que « la situation en Palestine était sous examen préliminaire par [son] bureau ».

« Bien qu’un examen préliminaire ne constitue pas une enquête, toute nouvelle allégation de crime commis dans le contexte de la situation en Palestine pourrait être soumise à l’examen de mon bureau », indique le communiqué.

Bensouda a affirmé que la CPI « continuera à surveiller de près la situation et enregistrera tout cas d’incitation ou de recours illégal à la force ».

La déclaration a mis ensuite en garde quiconque « incite ou s’engage dans des actes de violence, notamment en ordonnant, en demandant, en encourageant ou en contribuant de toute autre manière à des crimes relevant de la compétence de la CPI », est susceptible d’être poursuivi par la CPI.

« Le recours à la violence doit cesser », ajoute le communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...