Décès de Henri Kichka, rescapé de la Shoah, des suites du coronavirus
Rechercher

Décès de Henri Kichka, rescapé de la Shoah, des suites du coronavirus

"Un petit coronavirus microscopique a réussi là où toute l'armée nazie avait échoué", a déploré son fils, le dessinateur Michel Kichka

Henri Kichka, rescapé de la Shoah et survivant de la marche de la mort, à Auschwitz, en 2015. (Crédit : Elie Kichka / https://fr.kichka.com/)
Henri Kichka, rescapé de la Shoah et survivant de la marche de la mort, à Auschwitz, en 2015. (Crédit : Elie Kichka / https://fr.kichka.com/)

Henri Kichka, rescapé de la Shoah et survivant de la marche de la mort, est décédé ce samedi des suites du coronavirus, a rapporté son fils, le dessinateur Michel Kichka. Il venait de fêter ses 94 ans. Il était père de quatre enfants, comptait neuf petits-enfants et de nombreux arrière-petits-enfants.

Né en 1926 à Bruxelles, il a grandi dans une famille juive apatride d’origine polonaise, qui a fui les persécutions antisémites quelques années avant sa naissance pour s’installer en Belgique.

Encore adolescent, Henri Kichka est déporté en septembre 1942 avec ses proches. Il a connu les camps de Buchenwald, Sakrau, Blechhammer, camp annexe d’Auschwitz, et Gross-Rosen. Il est le seul de sa famille à en être revenu vivant. Il pesait 39 kilos à la fin de la guerre et une tuberculose lui a été diagnostiquée peu après.

« Un petit coronavirus microscopique a réussi là où toute l’armée nazie avait échoué », a déploré son fils, qui s’est ému d’un hommage que lui a envoyé le dessinateur Plantu.

Après la guerre, Henri Kichka a travaillé dans le secteur du textile. À partir des années 1990 et jusqu’à la fin de sa vie, il s’est engagé pour le devoir de mémoire, témoignant notamment dans les écoles. Selon son fils, il a donné plus de 550 témoignages sur sa survie et a accompagné à 44 reprises des jeunes lors de visites à Auschwitz. Il était l’un des derniers Belges survivants de la Shoah et avait publié en 2005 le livre Une adolescence perdue dans la nuit des camps.

Il y a encore six jours, à l’occasion de Yom HaShoah, « fatigué », il donnait depuis sa maison de retraite, à Bruxelles, sa dernière interview à la radio belge Judaïca. De façon particulièrement émouvante, il témoignait ainsi une dernière fois de son histoire et des horreurs vécues à Auschwitz.

Après avoir raconté son histoire pendant des décennies, Henri Kichka est fatigué. Mais il a choisi de nous la raconter une dernière fois.

פורסם על ידי ‏‎Judaïca‎‏ ב- יום שני, 20 באפריל 2020

De nombreux citoyens belges, organisations, institutions et responsables associatifs, politiques et religieux lui ont rendu hommage sur les réseaux sociaux.

Henri Kichka, rescapé d'Auschwitz, est décédé ce samedi.Depuis des années, il témoignait avec la volonté infatigable…

פורסם על ידי ‏‎Union des Etudiants Juifs de France [ UEJF ]‎‏ ב- יום שבת, 25 באפריל 2020

C’est avec une profonde tristesse que nous apprenons le décès ce jour de notre ami Henri Kichka. Rescapé de la Shoah,…

פורסם על ידי ‏‎FondationAuschwitz‎‏ ב- יום שבת, 25 באפריל 2020

Nous apprenons avec énormément de tristesse le décès de notre ami Henri Kichka ce samedi 25 avril 2020. Le CCLJ présente…

פורסם על ידי ‏‎Centre Communautaire Laïc Juif‎‏ ב- יום שבת, 25 באפריל 2020

????????☣???? #Disparition du rescapé d'Auschwitz et inlassable témoin belge, Henri #Kichka, mort du #coronavirus le 25 avril…

פורסם על ידי ‏‎Patrimoine et culture du Judaïsme – The Jewish heritage site‎‏ ב- יום ראשון, 26 באפריל 2020

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...