Des Australiens en visite en Israël pour faire augmenter les cotations sur l’Australian Securities Exchange
Rechercher

Des Australiens en visite en Israël pour faire augmenter les cotations sur l’Australian Securities Exchange

Sur les 12 entreprises israéliennes cotées sur le marché boursier australien, 8 sociétés israéliennes du secteur high-tech ont été introduites en 2016

Illustration de l'Australian Securities Exchange (Crédit : Autorisation ASX)
Illustration de l'Australian Securities Exchange (Crédit : Autorisation ASX)

Deux hommes de l’Australian Securities Exchange (ASX) se sont rendus en Israël pour faire augmenter les cotations en bourse des sociétés israéliennes en Australie, dans le secteur du high-tech, En 2016, la bourse australienne a réalisé plus de nouvelles introductions en bourse que le Nasdaq.

« Nous venons en Israël pour étudier le marché, mais également en réponse à l’intérêt manifesté par les sociétés israéliennes à entrer en bourse en Australie », a déclaré Max Cunningham, directeur général des cotations en bourses, dans un entretien téléphonique avant sa visite. C’est la troisième fois qu’il se rend en Israël, et cette fois-ci il sera accompagné d’un collègue.

« Lors de nos rencontres en Israël, nous devrons exposer l’histoire de la bourse australienne aux sociétés qui cherchent à récolter de l’argent », dit-il.

« Nous leur dirons : parlez-nous. Les sociétés ne doivent pas entrer en bourse prématurément, mais elles doivent très certainement nous en parler pour que nous les aidions à être prêts quand le marché s’y prête. »

Huit entreprises israéliennes du secteur de la technologie sont entrées en bourse en Australie en 2016, dont 3 au mois de décembre. HearMeOut, Dragontail, un société de technologie appliquée à la restauration, et UltraCharge, un fabricant de batteries au lithium-ion, ce qui ramène à 12 le nombres de sociétés israéliennes cotées en bourse en Australie. Israël est désormais le 6ème pays à avoir le plus d’actions étrangères cotées à l’ASX.

La Nouvelle Zélande y a fait entrer 49 entreprises, 45 pour la Chine, et 34 pour Singapour. La Grande-Bretagne a fait entrer 9 sociétés en bourse en Australie, et se classe septième.

Max Cunningham, directeur général des cotations à l'Australian Securities Exchange (Crédit : autorisation)
Max Cunningham, directeur général des cotations à l’Australian Securities Exchange (Crédit : autorisation)

« L’an dernier était une bonne année pour la bourse, avec 130 nouvelles cotations, et pour 95 % de ces sociétés, il s’agit d’une première introduction en bourse », a expliqué Cunningham.

Mais malgré cela, le marché semble s’être refroidi. « Il y a plus de cotations, mais elles sont plus petites. »

En 2016, il y a eu 26 entrées en bourse, a-t-il dit. Il y a eu 19 entrées en bourse au Nasdaq en 2016 pour des sociétés de technologie de l’information, selon les données réunies par Bloomberg.

Cunningham a affirmé qu’il s’attend à ce que l’influx de sociétés israéliennes reste important. « Nous avons déjà 12 sociétés israéliennes dans le collimateur pour 2017 », a-t-il annoncé. « Elles ne vont peut-être pas toutes se concrétiser, mais nous espérons que la plupart le feront. »

Les drapeaux israéliens et australiens à l'Australian Securities Exchange (Crédit :  autorisation)
Les drapeaux israéliens et australiens à l’Australian Securities Exchange (Crédit : autorisation)

La performance des sociétés israéliennes sur le marché de la bourse australienne est mitigée. Les actions de Dragontail ont grimpé de 63 % depuis son entrée en bourse le 21 décembre. HearMeOut a baissé de 20 % depuis son entrée en bourse le 16 décembre, sachant que l’indice de la bourse, l’ASX 200, a augmenté de 3 % sur cette période.

UltraCharge a chuté de 36 % depuis son entrée en bourse le 21 décembre. Audio Pixel Holdings Ltd, un développeur d’enceintes numériques a augmenté de 232 % depuis son entrée en bourse en février 2011, par rapport à une augmentation de 18 % pour l’index ASX 200 pour cette période, selon les données fournies par la bourse. Emefcy Ltd, qui propose des solutions de traitement des eaux usées, a grimpé de 280 % depuis son entrée en bourse en décembre 2015, et l’indice boursier ASX 200 a augmenté de 9 % sur cette période.

Tourner le dos à la bourse de Tel Aviv

La bourse australienne encourage les compagnies étrangères à entrer sur leur marché boursier. Elle a investi du temps et de l’argent pour aider des start-ups à grandir. Elle les a assistées, a investi dans des incubateurs et des catalyseurs, ce qui leur permet de se mettre en relation avec des investisseurs. Puis, elle les aide à planifier leur futur en tant que société publique, et détermine le temps qu’il faut avant de vendre des actions au public.

Parallèlement, le nombre de sociétés israéliennes qui choisissent d’être cotées à la bourse de Tel Aviv est en chute constante. L’Autorité des titres israélienne et la bourse de Tel Aviv ont tenté d’assouplir les lois pour encourager les petites et moyennes entreprises du secteur du high-tech israélien, à entrer en bourse.

En effet, les sociétés telles que Check Point Software Technologies Ltd et Wix.com Ltd ont choisi de proposer leurs actions sur le marché boursier du Nasdaq, pour être plus près des marchés et éviter certaines réglementations israéliennes pénibles. Fin 2016, 73 sociétés israéliennes sont entrées au Nasdaq, selon les données fournies par la banque centrale d’Israël.

Illustration de l'Australian Securities Exchange (Crédit : Autorisation ASX)
Illustration de l’Australian Securities Exchange (Crédit : Autorisation ASX)

Trois compagnies ont été introduites à la bourse de Tel Aviv en 2016, pour un total de 68 millions de dollars, selon les données de la bourse. Trois autres sociétés forment des sociétés à double cotation. Au total, 8 nouvelles entreprises sont entrées en bourse à Tel Aviv en 2016, dont 3 doubles-cotations et deux sociétés qui sont entrées en bourse après scission ou restructuration du capital. À titre de comparaison, en 2007, la bourse à accueilli 62 nouvelles cotations, dont 56 étaient des premières entrées en bourse.

En 2016, 130 sociétés du secteur high-tech étaient cotées à la bourse de Tel Aviv. Parmi elles, 55 relèvent du secteur du biomédical. À la fin de l’année 2016, 451 auront été négociées, contre 461 fin 2015.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...