Rechercher

Des brouilleurs russes à nouveau accusés d’interférer avec les vols entrant en Israël

L'interférence avec la réception GPS des avions semble provenir d'une forme de guerre électronique que la Russie a été accusée de pratiquer dans le passé comme mesure défensive

Sur cette photo tirée d'une vidéo fournie le 25 mai 2021 par le service de presse du ministère russe de la Défense, des membres d'équipage quittent un bombardier russe Tu-22M3 lors de son atterrissage sur la base aérienne d'Hemeimeem en Syrie. (Crédit : Service de presse du ministère russe de la Défense via AP)
Sur cette photo tirée d'une vidéo fournie le 25 mai 2021 par le service de presse du ministère russe de la Défense, des membres d'équipage quittent un bombardier russe Tu-22M3 lors de son atterrissage sur la base aérienne d'Hemeimeem en Syrie. (Crédit : Service de presse du ministère russe de la Défense via AP)

Les avions qui se dirigent vers Israël depuis l’ouest rencontrent à nouveau des problèmes, en raison d’un système d’usurpation de signaux installé par la Russie en Syrie, selon la chaîne publique israélienne Kan.

Selon le reportage, les pilotes ont rencontré des problèmes il y a quelques semaines et Israël a envoyé un message à Moscou pour l’informer que le système interférait avec son espace aérien civil, mais la Russie a insisté sur le fait que le système était nécessaire pour protéger ses soldats.

L’interférence avec la réception GPS des avions semble provenir d’une forme de guerre électronique connue sous le nom de « spoofing », que la Russie a été accusée de pratiquer dans le passé comme mesure défensive, malgré les perturbations qu’elle cause aux avions et aux navires à proximité.

Selon le reportage, le problème est lié à un brouilleur de signaux installé sur la base aérienne de Hmeimem à Lattaquié, près de l’endroit où certaines frappes aériennes israéliennes auraient eu lieu récemment. Toutefois, les responsables pensent que le brouillage vise d’autres cibles, Israël n’étant qu’un dommage collatéral.

Un pilote a déclaré à la chaîne que l’usurpation d’identité a obligé les pilotes à réagir soudainement, notamment lorsque le système de guidage GPS d’un avion indique qu’il se trouve à un endroit différent de celui où il est réellement, ou qu’il doit soudainement atterrir immédiatement.

« Ce que nous avons rencontré, ce sont des interférences du spectre [électromagnétique] en provenance de l’Est, et il nous a fallu du temps pour comprendre de quoi il s’agissait », explique le pilote.

Avant même le reportage sur le brouillage, certains avaient remarqué le comportement étrange d’avions israéliens s’approchant d’Israël.

En 2019, les autorités aériennes civiles israéliennes se sont plaintes publiquement de « l’impact significatif sur tous les aspects de l’exploitation d’un avion depuis le cockpit, ainsi que sur la gestion du trafic aérien » des interférences russes.

La Russie a rejeté ces allégations en les qualifiant de fake news, mais le problème a été réglé, jusqu’à récemment.

Cette fois, il n’y a pas eu de confirmation officielle ni de plainte concernant l’interférence.

Le pilote a affirmé que les responsables étaient au courant du problème mais qu’ils « adoptaient la politique de l’autruche » plutôt que de déposer une plainte officielle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...