Des cauchemars de coronavirus la nuit ? Tout à fait normal, d’après les experts
Rechercher

Des cauchemars de coronavirus la nuit ? Tout à fait normal, d’après les experts

L'éloignement social et les routines irrégulières provoquent anxiété et sommeil perturbé, mais cela devrait pouvoir s'arranger une fois tout cela terminé, selon des universitaires

Illustration d'un homme en pleine insomnie (Crédit : tommaso79 ; iStock by Getty Images)
Illustration d'un homme en pleine insomnie (Crédit : tommaso79 ; iStock by Getty Images)

Julie Gray a récemment rêvé de personnes en combinaison de protection contre les matières dangereuses déchargeant des sacs mortuaires d’un hélicoptère devant sa maison à Ramat Gan, en Israël. Dans un autre rêve, des gens couraient – terrifiés, criant, se griffant et se déchirant les uns les autres – de quelque chose d’invisible qui essayait de les rassembler.

« C’était horrible. Je fais rarement des cauchemars, et jamais de ma vie je n’ai rêvé directement de quelque chose comme ça », a déclaré au Times of Israël Gray, auteur et rédacteur en chef.

Pearl Mattenson, consultante pour des organisations à but non lucratif qui a immigré en Israël il y a un an et demi, a rapporté qu’elle avait fait un rêve où, au beau milieu de la crise du coronavirus, Israël était attaqué par un ennemi et le pays était soudainement en guerre.

« Nous devions trouver un bunker, mais en tant que nouveaux locataires dans notre immeuble, je ne savais pas trop où il se trouvait… Dans le rêve, je réveillais mon mari alors que nous essayions de trouver quoi apporter dans l’abri, même si des roquettes volaient au-dessus de nous et que le temps était compté », rapporte-t-elle.

David Moyal, administrateur de synagogue à Toronto, a bien résumé ses récents rêves bizarres en les qualifiant simplement de « Cronenbergesque », en faisant référence au cinéaste canadien David Cronenberg, pionnier du genre de l’horreur corporelle ou de la croisée inquiétante de la technologie, du corps humain et du subconscient.

Julie Gray, Pearl Mattenson et David Moyal sont loin d’être les seuls à faire des rêves inquiétants alors que le monde entier fait face à la pandémie de Covid-19. Il est courant de voir dans les médias sociaux des messages sur des rêves bizarres, des troubles du sommeil, ou les deux.

Le prof. Peretz Lavie (Crédit : Nitzan Zohar/Technion)

« Le sommeil est un baromètre très sensible de notre niveau de stress. C’est la première chose qui change lorsque nous sommes stressés. Il est donc très naturel que les gens en fassent l’expérience pendant la crise du coronavirus », explique le professeur Peretz Lavie, ancien président du Technion et professeur émérite de la faculté de médecine Rappaport de l’université. Il est un expert de la psychophysiologie du sommeil et des troubles du sommeil.

Selon Peretz Lavie, il est normal de faire des rêves étranges de nos jours. « Nous rêvons des choses qui sont importantes pour nous pendant la journée. Les rêves sont bizarres actuellement parce que nous sommes dans une situation bizarre ».

Il souligne que même pour les Israéliens, qui sont malheureusement habitués aux guerres et aux attaques terroristes, le Covid-19 provoque un nouveau type d’anxiété qui se manifeste au repos.

C’est comme une invasion de Mars. C’est un ennemi invisible

« C’est comme une invasion de Mars. C’est un ennemi invisible. Les gens ont peur de cette nouvelle maladie et ont peu d’expérience de la vie en isolement comme nous le faisons depuis plus d’un mois. La densité des événements et des émotions auxquels nous sommes confrontés maintenant est difficile à digérer et nous devons nous y adapter », indique-t-il.

Rêver en technicolor

Certaines personnes, telles que Steve, fonctionnaire à Ottawa, au Canada, et David A.M. Wilensky, journaliste à San Francisco, ont déclaré qu’elles se souvenaient de leurs rêves plus que d’habitude.

« Je ne me souviens pas souvent de mes rêves, mais en ce moment je me souviens de beaucoup de détails de mes rêves presque chaque nuit », indique-t-il.

« Il me semble que je rêve tellement maintenant que je passe de l’un à l’autre. C’est presque comme si je m’enivrais à regarder plusieurs émissions et films – à tel point qu’il est difficile de se souvenir de tout », confie Steve.

C’est presque comme une frénésie de regarder plusieurs émissions et films

Selon le Dr Meir Kryger, professeur à l’école de médecine de Yale, qui traite des patients souffrant de troubles du sommeil depuis plus de 40 ans, le fait que les rêves soient plus nombreux et mieux mémorisés peut être attribué aux troubles du sommeil que beaucoup connaissent actuellement.

Dr Meir Kryger (Université de Yale)

En général, les dormeurs connaissent entre trois et cinq cycles de mouvements oculaires rapides (REM) – le moment où nous faisons des rêves très intenses – par nuit. Nous pouvons nous souvenir d’un rêve, mais seulement de façon fugitive. Cependant, si nous nous réveillons pendant ou juste après un de ces cycles REM, cela peut avoir un impact plus important sur nous.

« Les gens se réveillent beaucoup plus souvent pendant la nuit, il y a donc plus de chances qu’ils se souviennent de leurs rêves », explique M. Kryger.

Les troubles du sommeil sont dus en grande partie aux effets anxiogènes du fait d’être enfermé chez soi, même en travaillant à distance – en supposant que l’on ait toujours un emploi, alors que l’économie mondiale est en chute libre.

Selon M. Kryger, le corps a besoin de régularité lorsqu’il s’agit de dormir, mais ce n’est pas le cas actuellement, alors que les modes de veille et d’exposition à la lumière sont plus variables. Les horaires des repas sont également décalés.

Qui n’a pas besoin d’une bonne sieste ?

Gordon Haber, écrivain et professeur à New York, qui a perdu son emploi d’enseignant le mois dernier, estime que le sommeil est désormais une nécessité. Il ne peut pas non plus passer la journée sans faire une sieste.

Steve, d’Ottawa, dort lui aussi plus longtemps. « Je vais aussi me coucher un peu plus tard, car mon trajet du matin ne consiste plus qu’en quelques escaliers », dit-il.

Le rêve de Jacob d’Adam Elsheimer (via Wikimedia Commons)

Rachel, conseillère en deuil à Brooklyn (New York), nous a confié qu’elle était beaucoup plus épuisée que d’habitude et qu’elle s’endormait souvent sur le canapé en regardant la télévision avec son mari. Cependant, une fois au lit, elle ne dort que quelques heures, puis se réveille entre 4h et 5h30 du matin.

Comme l’a dit le professeur Lavie, nous rêvons de ce qui nous arrive pendant la journée. Cela a toujours été le cas. Cependant, lors d’événements passés similaires, comme la pandémie de grippe de 1918, les gens n’étaient pas inondés de médias visuels comme c’est le cas aujourd’hui. Ces thèmes répétitifs et ces images graphiques propres à la crise du Covid-19 se frayent un chemin dans nos escapades nocturnes.

Par exemple, Rachel a rêvé qu’elle avait planifié un événement pour les enfants en deuil. « Il s’agissait de jouer aux billes, une activité aussi tactile et insalubre que vous pouvez l’imaginer », raconte Rachel.

« Dans le rêve, je n’avais pas prévu de désinfectant pour les mains ni d’accès à un point de lavage des mains… Et l’image récurrente était celle d’enfants tendant la main dans le même sac de billes. Je me souviens que je me suis réveillée avec la nausée », révèle-t-elle.

Image d’illustration d’un homme en train de dormir. (Credit: tommaso79, iStock by Getty Image)

Influencée par le souci de tout le monde de s’approvisionner, Randi Brenowitz, retraitée de Palo Alto, en Californie, révèle qu’elle rêve beaucoup de nourriture ces derniers temps. Heureusement, ses rêves ont été plutôt agréables. Rachel, par contre, a rêvé qu’elle vivait dans une vieille maison avec son mari, et qu’il y avait des restes de nourriture dans les placards et que tout était infesté d’insectes.

« La vermine se battait contre nous pour la nourriture », rapporte Randi.

Bien qu’aucune des personnes interrogées par le Times of Israel n’ait perdu d’êtres chers à cause du Covid-19, certaines ont des amis qui ont eu la maladie, et beaucoup s’occupent de parents âgés, qui sont particulièrement vulnérables au virus.

Cette proximité de la maladie et de la mort – ou même de leur possibilité – se glisse également dans les rêves. David Wilensky raconte avoir fait un rêve dans lequel il était en retard au travail et complètement fauché. Mais il a ressenti une forte envie de rendre visite à un ami qui est atteint d’un coronavirus (dans la vie réelle) et qui présente un certain nombre d’affections préexistantes.

« J’ai donc dépensé mes derniers dollars dans un Uber pour aller la voir », poursuit-il à propos de ce qu’il se rappelle de son rêve.

Un bon sommeil bientôt de nouveau possible

Les professeurs Lavie et Kryger sont tous deux convaincus que la plupart des individus finiront par retrouver un sommeil et des rêves normaux. Cela peut juste prendre un certain temps, étant donné l’anxiété causée par la nature ouverte de la crise.

« Cela pourrait prendre beaucoup plus de temps pour ceux qui sont durement touchés économiquement par la situation », précise le Pr Lavie.

Les deux experts ont averti que les premiers intervenants et le personnel médical de première ligne qui s’occupent des victimes du Covid-19, qui sont confrontés quotidiennement à la misère et à la mort (et qui travaillent souvent dans des situations incontrôlables), peuvent se retrouver avec un trouble de stress post-traumatique (TSPT) et des troubles du sommeil à long terme.

Illustration d’une femme fatiguée. (Crédit : fizkes, iStock by Getty Images)

Il a conseillé de garder une routine aussi normale que possible pour aider à rétablir un sommeil régulier et éviter les cauchemars. Le Dr Kryger a mis en garde contre le fait de passer trop de temps sur les réseaux sociaux et à regarder les nouvelles télévisées, surtout la nuit.

Surtout, il est important de se rappeler qu’il est normal de faire des rêves intenses en ce moment.

« Il n’y a pas de sens caché dans ces rêves. C’est un rêve – il n’est pas réel, il ne porte pas de jugement et il n’est pas normatif », assure le Dr Kryger.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...