Des chercheurs israéliens élaborent un cocktail d’anticorps contre le COVID
Rechercher

Des chercheurs israéliens élaborent un cocktail d’anticorps contre le COVID

Visant à surpasser le cocktail "miraculeux" administré à Trump, l'équipe de l'université de Tel Aviv affirme utiliser des anticorps humains, ce qui accroit la fiabilité du remède

Le président Donald Trump retire son masque à son retour à la Maison Blanche après son hospitalisation pour cause de Covid-19, le 5 octobre 2020 à Washington, DC. (Win McNamee/Getty Images/AFP)
Le président Donald Trump retire son masque à son retour à la Maison Blanche après son hospitalisation pour cause de Covid-19, le 5 octobre 2020 à Washington, DC. (Win McNamee/Getty Images/AFP)

Des scientifiques israéliens ont développé un cocktail d’anticorps destiné à lutter contre le coronavirus et ont suggéré qu’il pourrait être plus fiable que la « miraculeuse » ingestion dont Donald Trump vante les bienfaits.

Le président américain aurait été soigné par un cocktail expérimental d’anticorps artificiels mis au point par le fabricant de médicaments Regeneron. Il a comparé les traitements qu’il a reçus pour le coronavirus à des « miracles venant de Dieu », mettant en avant les cocktails d’anticorps, malgré les tentatives du Dr Anthony Fauci, son principal conseiller en maladies infectieuses, de tempérer ses éloges.

Mais si les anticorps administrés à Trump seraient basés, en partie, sur ceux produits par une souris, les chercheurs de l’université de Tel Aviv affirment avoir développé et testé en laboratoire un cocktail similaire entièrement basé sur des anticorps humains.

« Nos anticorps se rapprochent de ce que le président Trump a reçu », a confié l’immunologue Natalia Freund au Times of Israël. « La différence réside dans le fait que le cocktail qu’il a reçu serait basé, en partie sur des anticorps produits par des souris génétiquement modifiées, alors que ceux-ci sont basés sur des anticorps humains, ce qui signifie qu’en termes de sécurité, de stabilité et d’effets secondaires, il y a des avantages. »

Des membres de l’équipe médicale de l’unité du coronavirus de l’hôpital de Belinson à Petah Tikva, le 4 octobre 2020. (Yossi Aloni/Flash90)

« Nous négocions avec des compagnies pharmaceutiques pour passer à l’étape des essais cliniques sur des patients humains », a-t-elle ajouté.

Natalia Freund de l’université de Tel Aviv. (Crédit : Université de Tel Aviv)

Freund et ses collègues ont déclaré que leur cocktail d’anticorps protégerait les personnes saines du coronavirus et aiderait les personnes contaminées à lutter contre.

« Notre objectif est de s’en servir à la fois comme un traitement pour les patients dans un état critique et pour protéger les populations à risque et les personnes exposées au coronavirus », a-t-elle dit. « Nous espérons qu’il puisse être injecté et offrir une protection pour quelques semaines puis réadministré jusqu’à l’arrivée d’un vaccin. »

Ce cocktail n’a pas encore été testé sur des êtres humains. Mais Freund a indiqué que les recherches en laboratoire, qui font actuellement l’objet d’une révision par des pairs pour être éventuellement publiées dans le journal PLOS PAthogens, ont montré que les anticorps avaient bloqué le virus in vitro. « Quand nous avons tenté de recontaminer les cellules en présence des anticorps, le virus n’est pas parvenu à les contaminer », a-t-elle dit.

Les scientifiques israéliens ont joué un rôle majeur dans le développement du traitement par des anticorps, et le premier essai clinique au monde pour un médicament contre le coronavirus a eu lieu en août au centre médical Hadassah à Jérusalem. Il semblait prometteur.

Mais pour ce type de médicament, chaque dose nécessite un don d’anticorps. Le cocktail Regeneron administré à Trump, et celui que Freund développe, se servent d’anticorps produits artificiellement. « Nous avons leur séquence et pouvons en produire en quantité infinie », a dit Freund.

Une image tirée du rapport de laboratoire de l’équipe de recherche sur les anticorps de l’université de Tel Aviv, dans lequel le rouge, le rose et le violet représentent l’infection par le coronavirus. (Autorisation : Université de Tel Aviv)

Le cocktail Regeneron serait basé sur les anticorps d’une seule personne qui a guéri du coronavirus et d’une souris qui a été modifiée pour que son système immunitaire se rapproche de celui de l’homme et qui a été contaminée au coronavirus. Les chercheurs de Tel Aviv ont rassemblé des milliers d’anticorps de 18 patients guéris, les ont analysés et ont choisi les plus prometteurs basés sur les schémas de leurs séquences. Ils ont réalisé plusieurs combinaisons et espèrent que certaines d’entre elles iront jusqu’aux essais cliniques.

Freund a déclaré que si l’idée de développer des anticorps artificiels n’était pas nouvelle, elle pensait que l’approche de son équipe sur le séquençage de tant d’anticorps pour trouver ceux qui ont le meilleur potentiel lui donnait un avantage. « Chaque donneur fabrique des anticorps légèrement différents et chacun a des propriétés légèrement différentes, et nous avons vraiment trouvé ceux qui semblent les plus appropriés », a-t-elle déclaré.

« Nos six anticorps les plus prometteurs se lient à différentes zones cibles du virus », a déclaré Freund. « Ce n’est pas un mécanisme unique, mais plutôt plusieurs mécanismes d’action complémentaires. Les anticorps identifient différents points faibles du virus, se lient à ces points et le neutralisent. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...