Des dents de 400 000 ans révèlent la pollution préhistorique
Rechercher

Des dents de 400 000 ans révèlent la pollution préhistorique

Une équipe de l’université de Tel Aviv fournit un aperçu sans précédent sur les habitudes de consommation et de cuisine de l’homme paléolithique

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les dents trouvées à l'extérieur de la grotte Qesem Cave près de Tel Aviv (Autorisation : Prof. Israël Hershkovitz / Université de Tel Aviv)
Les dents trouvées à l'extérieur de la grotte Qesem Cave près de Tel Aviv (Autorisation : Prof. Israël Hershkovitz / Université de Tel Aviv)

Une série de dents vieilles de 400 000 ans, découvertes dans une grotte aux alentours de Tel Aviv, a révélé des nouvelles informations sur la vie quotidienne de l’homme préhistorique, ont annoncé des scientifiques israéliens mercredi.

Une équipe de chercheurs de l’Université de Tel Aviv, avec des collègues d’Espagne, du Royaume-Uni et de l’Australie, ont trouvé des traces minuscules de nourriture, des polluants et peut-être des restes d’instruments d’hygiène dentaire rudimentaire dans la plaque des dents, donnant ainsi un aperçu rare sur le style de vie des permiers humains, a noté un communiqué de presse de l’université.

Les dents ont été découvertes dans une grotte en dehors de Tel Aviv, où elles étaient restées sans être dérangées pendant des centaines de milliers d’années jusqu’à ce qu’une équipe les retire de la terre en 2011.

« Les dents humaines de cet âge n’ont jamais été étudiées auparavant pour le calcul dentaire, et nous n’avions pas beaucoup d’attentes de résultat à cause de l’âge de la plaque », a déclaré le professeur Avi Gophe de l’Université de Tel Aviv, utilisant un terme technique, calculus, pour ce qui est plus connu comme le tartre ou la plaque.

« Pourtant, nos collègues internationaux en utilisant une combinaison de méthodes, ont trouvé de nombreux matériaux piégés dans le calculus. Puisque la grotte a été fermée il y a 200 000 ans, tout, y compris les dents et ses calculus, ont été extrêmement bien préservés ».

Les chercheurs ont trouvé des petites quantités de sang dans les dents datant de la période du pré-paléolitique que les scientifiques ont déclaré comme marquant un régime à base de plantes.

« Nous savons que les habitants de grottes mangeaient des animaux, et les exploitaient entièrement, » a déclaré le professeur barkai du département d’archéologie de l’Université de Tel Aviv. Maintenant, nous avons la preuve directe qu’une petite partie de leur alimentation se composait de plantes, en plus de la viande et de la graisse animale qu’ils consommaient ».

L’équipe a aussi trouvé des fibres incommestibles qui ont peut-être été utilisées par l’homme préhistorique pour nettoyer ses dents, une sorte de brosse à dents préhistorique.

« Nos découvertes sont rares, il n’y a pas de découverte similaire de cette période », a déclaré Barkai.

« Les polluants, y compris des produits respiratoires irritants comme du charbon de bois qui ont été découverts dans le calculus des dents, sont le premier exemple de produits dérivés de l’emploi du feu par les humains qui ait été recensé ».

« C’est l’un des premiers, si ce n’est le premier, cas d’une pollution de l’homme sur la planète », a déclaré Barkai.

Le charbon de bois et des découvertes majeures nous donnent une idée globale de comment ces personnes vivaient, et cette vue d’ensemble provient directement de leur dents.

« C’est la première preuve que le premier barbecue intérieur au monde a eu des conséquences sur la santé. Les personnes qui vivaient à Qesem ont profité des avantages du feu, en grillant leur viande à l’intérieur, mais ils ont également trouvé un moyen de contrôler le feu, de vivre avec », a-t-il déclaré.

« Le progrès a un prix, a-t-il ajouté. Et nous en trouvons peut-être la première preuve dans la grotte Qesem il y a 400 000 ans ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...